GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'écriture, imitation de Dieu

Toute l'œuvre de Dieu tend à octroyer à l'homme la plus grande perfection possible ; quiconque a reçu une part de perfection doit, pour imiter Dieu, en faire profiter son prochain en écrivant des livres. Ainsi pense Gersonide. Son histoire est celle de ses œuvres ; aussi bien croit-il, d'ailleurs, que la pensée d'un individu est infiniment plus importante que les « accidents » d'une existence éphémère.

La vie de Gersonide nous est mal connue. Né probablement à Bagnols-sur-Cèze (aujourd'hui département du Gard, France), Levi ben Gershom, appelé aussi Léon de Bagnols, magister Leo Hebraeus et Gersonide, vécut une grande partie de sa vie à Orange et fit quelques brefs séjours à Avignon. Il entretint des relations avec d'importants personnages chrétiens. On ignore le lieu de sa mort.

De 1319 à 1324, il compose des commentaires (encore inédits) sur un certain nombre de résumés et de commentaires d'ouvrages aristotéliciens par Averroès, dans lesquels il explique, rectifie et critique la pensée d'Aristote et d'Averroès. Son grand ouvrage de philosophie, Milhamot Ha-Shem (Les Guerres du Seigneur) dont la rédaction s'étend sur douze ans, est achevé en 1329. De 1325 à 1338, il écrit des commentaires sur la plus grande partie de la Bible. Dans son volumineux Commentaire sur le Pentateuque (Perush ‘al Ha-Tora, 1329-1338), Gersonide substitue aux règles traditionnelles de l'herméneutique talmudique d'autres règles destinées à obtenir une déduction plus sûre des lois religieuses à partir du texte sacré. Cette hardiesse fera scandale, et on l'accusera d'avoir voulu fabriquer un nouveau Talmud.

Parallèlement à ses ouvrages philosophiques, théologiques et exégétiques, Gersonide compose des traités scientifiques : un ouvrage d'arithmétique, où il utilise l'induction mathématique ; un autre, traduit en latin pour Philippe de Vitry, dans lequel il étudie le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur en théologie, docteur en histoire de la philosophie, docteur d'État ès lettres, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification

Autres références

«  GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344)  » est également traité dans :

AVERROÏSME

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 1 591 mots

Dans le chapitre « Averroïsme et penseurs juifs »  : […] Il ne semble pas que la doctrine d'Averroès ait influé sur l'histoire ultérieure de la pensée en Islam. En revanche, un certain nombre de penseurs juifs l'ont assimilée, rejetant toutefois certains éléments. Tel Isaac Albalag, qui vécut dans la seconde moitié du xiii e  siècle, probablement en Catalogne ; admettant que la vérité est également contenue dans la philosophie et dans la Torah , mais so […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles TOUATI, « GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gersonide-levi-ben-gershom-dit-1288-1344/