GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rôle du peuple d'Israël

La providence s'exerce tout particulièrement en faveur du peuple d'Israël, élu par Dieu en raison de l'alliance avec les patriarches. La prophétie est une forme de révélation supérieure à toutes les autres dont il a été question ci-dessus (prémonitions, rêves, etc.), différente d'elles non pas en degré mais en nature. Le prophète doit nécessairement être un philosophe suréminent qui lit la loi générale du devenir en Dieu et qui, grâce à son imagination, en fait l'application à une situation donnée, individuelle ou collective, et annonce le bien ou le mal qui doit atteindre une personne, un groupe ou le peuple tout entier. Il prévoit le miracle, violation des lois naturelles qui n'est pas inscrite depuis la Création dans le déterminisme, comme le pensait Maïmonide, mais qui se produit à tel moment et dans tel lieu, quand Dieu, suspendant la loi naturelle qui n'est plus adaptée à certaines circonstances particulières, met en jeu une autre loi ; Gersonide estime, en effet, que le miracle même obéit à des lois. Mais, parce que le miracle ne se réalise que dans le monde sublunaire, on ne peut admettre que le soleil se soit arrêté sur l'ordre de Josué (Josué, x, 12-14) : la victoire de Gabaon a été obtenue pendant le court laps de temps où le soleil au zénith semble immobile. Cette explication de Gersonide suscitera de violentes critiques.

Par l'intermédiaire du plus grand des prophètes, Moïse, Dieu a accordé à Israël la Loi, qui, par ses récits, ses préceptes et son enseignement métaphysique, mène les enfants d'Israël à la perfection morale et intellectuelle qui leur fait gagner l'immortalité. Les préceptes du Pentateuque ont des motifs très variés que Gersonide expose avec un grand luxe de détails ; mais le but essentiel de la plupart d'entre eux était de faire recu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : docteur en théologie, docteur en histoire de la philosophie, docteur d'État ès lettres, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344)  » est également traité dans :

AVERROÏSME

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 1 591 mots

Dans le chapitre « Averroïsme et penseurs juifs »  : […] Il ne semble pas que la doctrine d'Averroès ait influé sur l'histoire ultérieure de la pensée en Islam. En revanche, un certain nombre de penseurs juifs l'ont assimilée, rejetant toutefois certains éléments. Tel Isaac Albalag, qui vécut dans la seconde moitié du xiii e  siècle, probablement en Catalogne ; admettant que la vérité est également cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/averroisme/#i_33536

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles TOUATI, « GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gersonide-levi-ben-gershom-dit-1288-1344/