GÉORGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

GÉORGIE : quelques données-clés.
Nom officielGéorgie (GE)
Chef de l'ÉtatSalomé Zourabichvili (depuis le 16 décembre 2018)
Chef du gouvernementIrakli Garibachvili (depuis le 20 novembre 2013)
CapitaleTbilissi
Langue officiellegéorgien
Unité monétairelari (GEL)
Population3 732 000 (estim. 2022) 2
Note : Exclut la population de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.
Superficie (km2)69 700 3
Note : La superficie de la Géorgie sans l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud est de 57 612 km2

L'histoire

Du Paléolithique à l'ère chrétienne

On peut faire remonter les débuts d'une société humaine sur l'actuel territoire de la République de Géorgie au Paléolithique inférieur et au Néolithique. De nombreux sites de cette dernière époque ont été mis au jour dans les terres basses de Colchide, dans la vallée du Khrami en Géorgie centrale, et en Ossétie du Sud. Ils étaient occupés par des tribus sédentaires qui élevaient du bétail et connaissaient l'agriculture. La culture des céréales au Néolithique est attestée par la découverte de meules à balanciers et de faucilles de silex ; des houes de pierre servaient à défoncer la terre.

Dans l'Antiquité, on considérait que le Caucase était le lieu d'origine du travail des métaux ; l'âge du bronze, en Géorgie, commence au début du IIe millénaire avant notre ère. Les objets remarquables découverts à Trialeti par B. A. Kuftin montrent que, durant le IIe millénaire, la Géorgie centrale était habitée par des tribus de pasteurs dont les chefs étaient riches et puissants. Leurs tombes en forme de tertre ont livré de la vaisselle d'or et d'argent finement travaillée ; quelques pièces sont ornées de scènes rituelles gravées qui évoquent la présence d'influences asianiques dans le culte.

Au début du Ier millénaire avant J.-C., les ancêtres des Géorgiens apparaissent dans les annales assyriennes, plus tard dans celles d'Urartu (Arménie). Il y est question des Diauhi ou Diaeni, ancêtres des Taokhoi qui habitèrent plus tard la province de Tao dans le sud-ouest de la Géorgie et des Kulkha, prédécesseurs des Colchidiens, qui occupaient de vastes territoires à l'extrémité orientale de la mer Noire. La fortune mythique de la Colchide fut tôt connue des Grecs : la légende de Médée et de la Toison d'or en est l'expression symbolique.

Les Assyriens connaissaient d'autres populations qui firent partie de l'histoire ancienne de la Géorgie, ainsi les tribus des Tabaréens et des Moushkis, qui sont les Tubal et les Meshech d'Ézéchiel et les Tibareni et Moskhoi des écrivains classiques.

Au viie siècle avant J.-C., l'invasion des Cimmériens chassa d'Anatolie des tribus qui se mêlèrent aux populations autochtones de la vallée de la Koura ; puis un important royaume d'Ibérie se développa au cours des derniers siècles avant l'ère chrétienne dans la région du Kartli et de la Kakhétie actuelle. Des colons grecs de Milet colonisèrent la Colchide qui tomba ensuite sous la domination de Mithridate le Grand, roi du Pont. Les campagnes de Pompée, en 65 avant J.-C., rendirent Rome maîtresse du royaume d'Ibérie et lui donnèrent le contrôle direct sur la Colchide et le reste du littoral géorgien de la mer Noire.

Le Moyen Âge et les invasions

Vers les années 330, la Géorgie devint chrétienne, conversion attribuée à une esclave, sainte Nino. Pendant les trois siècles suivants, la Géorgie subit les conséquences du conflit qui opposait les empires de Perse et de Byzance ; le pays de Lazique, sur la mer Noire, qui comprenait aussi la Colchide antique, fut très étroitement rattaché à Byzance, tandis que l'Ibérie passait sous contrôle iranien ; au ve siècle, cependant, le roi Vakhtang Gorgaslani, héros à la vaillance légendaire, restitua pour un temps à la Géorgie sa souveraineté nationale. La monarchie ibérienne fut abattue par le monarque sassanide Chosroês Ier (531-579). Par la suite (viie-xe s.), ce sont des princes de chaque province qui exercèrent l'autorité locale sous la suzeraineté successive de l'Iran, de Byzance, puis, après 654, des califes arabes qui installèrent un émirat à Tbilissi (Tiflis).

Une renaissance nationale permit alors l'unification de tous les pays habités par des Géorgiens ou des hommes de race ibérocaucasienne. Le mouvement fut mené par les Bagratides, une dynastie princière qui pendant longtemps avait joué un rôle important en Arménie. Vers la fin du viie siècle, Ashot Ier le Grand, de la famille des Bagratides, s'installa à Artanuji au pays Tao (sud-ouest de la Géorgie), ayant reçu le titre de couropalates (gardien du palais) de l'empereur de Byzance. Ashot profita évidemment de la faiblesse des empereurs byzantins et des califes arabes et se décréta prince héréditaire d'Ibérie. Plus tard, le roi Bagrat III (975-1014) réunit toutes les principautés orientales et occidentales de Géorgie en un seul État. Tbilissi resta cependant en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 24 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Géorgie : carte physique

Géorgie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Géorgie : drapeau

Géorgie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Caucase, l'Aragvi

Caucase, l'Aragvi
Crédits : Camera Press/ Globe Photos

photographie

Edouard Chevardnadze

Edouard Chevardnadze
Crédits : R. D. Ward/ Department of Defense

photographie

Afficher les 6 médias de l'article

Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée
  • : docteur en slavistique, maître de conférences de russe à l'université de Clermont-Ferrand-II-Blaise-Pascal
  • : professeur à l'École d'études orientales et africaines, université de Londres Royaume-Uni)
  • : professeur honoraire de lettres, directeur-rédacteur de la revue Kartvélologie Bedi Kartlisa (Études géorgiennes et caucasiennes)

Classification

Autres références

«  GÉORGIE  » est également traité dans :

GÉORGIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ABKHAZIE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 328 mots
  •  • 1 média

En bordure de la mer Noire, à l'intérieur des frontières de la république de Géorgie, la république autonome d'Abkhazie couvre un territoire de 8 600 kilomètres carrés. Lors du recensement, contesté, de 2003, la population était de 216 000 habitants ; elle était estimée, en 2006, entre 160 000 et 190 000 habitants. Les Abkhazes, de nationalité éponyme, appartiennent à la famille ethnolinguistique […] Lire la suite

ADJAR

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 729 mots

L'une des nombreuses ethnies constituant la nation géorgienne. Les Adjar ou « Adjareli » habitent dans la république autonome d'Adjarie située dans le sud-est de la Géorgie et faisant partie de cette dernière. Recensés jusqu'en 1926 (ils étaient alors 71 390), ils sont désormais considérés comme Géorgiens. La république autonome d'Adjarie comptait 376 000 habitants au recensement de 2002, les Géor […] Lire la suite

ĀQĀ MOHAMMAD KHĀN ou AGHĀ MUḤAMMAD KHĀN (1742?-1797) shāh de Perse (1796-1797)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 089 mots

Réunificateur de la Perse après la désagrégation de l'empire de Nāder Shāh (1736-1747) et la période troublée de luttes pour la succession de Karim Khān Zand (1750-1779), Āqā Mohammad Khān est le fondateur de la dynastie des Qādjār (1794-1925) sous laquelle la Perse subit des changements profonds ; d'une monarchie orientale médiévale, elle se transforma en une monarchie constitutionnelle ayant les […] Lire la suite

ARDZINBA VLADISLAV (1945-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 251 mots

Homme politique abkhaze, Vladislav Ardzinba fut le premier président (1994-2005) de la république autonome autoproclamée d'Abkhazie. Né le 14 mai 1945 à Eshera, dans la République socialiste soviétique autonome d'Abkhazie, intégrée à la Géorgie, Vladislav Grigoriévitch Ardzinba étudie l'histoire de 1962 à 1966 à l'Institut pédagogique de Soukhoumi, la capitale de l'Abkhazie. Il poursuit son cursu […] Lire la suite

BAKOU-TBILISSI-CEYHAN OLÉODUC (B.T.C.)

  • Écrit par 
  • Marie KNAPIK
  •  • 510 mots

L' oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (B.T.C.), du nom des trois villes clés de son tracé, permet d'acheminer le pétrole de la mer Caspienne, depuis l'Azerbaïdjan vers le grand port du sud-est de la Turquie, Ceyhan, via la Géorgie, puis de l'exporter sur les marchés mondiaux, évitant ainsi la Russie, l'Iran ou le passage par la mer Noire. Ouvrage majeur de génie civil, le B.T.C. a nécessité un assembla […] Lire la suite

CAUCASE

  • Écrit par 
  • André BLANC, 
  • Georges CHARACHIDZÉ, 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Silvia SERRANO
  • , Universalis
  •  • 17 101 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Typologie des sociétés traditionnelles »  : […] Les deux types les plus originaux, aux deux extrêmes de l'histoire, sont ceux de l' Ibérie antique (Géorgie centrale) et des montagnards géorgiens à l'est du Kazbek (jusqu'en 1960). La société ibère, vers l'an 20 après J.-C., comportait quatre « classes » : celle des rois, l'aîné du clan royal assumant le pouvoir politique, le cadet la justice et la guerre ; la deuxième, celle des prêtres, chargé […] Lire la suite

C.E.I. (Communauté des États indépendants)

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 3 634 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des partenaires aux intérêts divergents engagés dans des coopérations à géométrie variable »  : […] Les pays membres de la C.E.I. présentent une grande diversité de poids économique, démographique et territorial (tableau 1) . Ils n'ont pas tous les mêmes intérêts. On distingue généralement trois groupes de pays : – Les « intégrationnistes ». C'est la Biélorussie qui va le plus loin, en acceptant, voire demandant, une union avec la Russie, effectivement consacrée en plusieurs étapes entre avril 1 […] Lire la suite

CHARACHIDZÉ GEORGES (1930-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 398 mots

Linguiste et historien des religions, Georges Charachidzé a enseigné à l'École pratique des hautes études et à l'Institut national des langues et civilisations orientales. Né à Paris, il est le fils d'un journaliste et député condamné à mort en 1920, après la révolution bolchévique, contraint de quitter la Géorgie et d'émigrer en France, où il se mariera. Durant toute son enfance, Georges Charach […] Lire la suite

CHEVARDNADZE EDOUARD (1928-2014)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 878 mots
  •  • 1 média

Homme de la transition gorbatchévienne, Edouard Chevardnadze fut président de la République (1992-2003) d’une Géorgie indépendante, avant d’être chassé par la révolution des roses. Edouard Chevardnadze est né le 25 janvier 1928 dans le village de Mamati en Géorgie occidentale. À vingt ans, il adhère au Parti communiste de l’Union soviétique (P.C.U.S.) et obtient en 1959 un diplôme d’historien pol […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-26 janvier 2022 Ukraine – États-Unis – Russie. Rejet par Washington des exigences de Moscou dans la crise ukrainienne.

Ils conviennent de poursuivre le dialogue, alors même que le renoncement à tout élargissement de l’OTAN vers l’est, et notamment à l’Ukraine et à la Géorgie, exigé par Moscou, est jugé irrecevable par Washington, tout comme le retrait des forces de l’OTAN déployées dans les pays ayant adhéré à l’Alliance atlantique après 1997. Depuis la fin de 2021, quelque cent mille soldats russes sont déployés à la frontière ukrainienne. […] Lire la suite

1er-30 décembre 2021 Ukraine – Russie – États-Unis. Entretiens entre Washington et Moscou sur les tensions à la frontière ukrainienne.

Elle exige que les États qui étaient membres de l’OTAN en 1997 – soit avant son élargissement vers l’est – s’engagent à ne pas déployer d’armes sur d’autres territoires européens ; que l’OTAN n’intègre ni l’Ukraine ni la Géorgie, et qu’elle ne se livre à aucune activité militaire en Ukraine, ainsi qu’en Europe orientale, en Asie centrale et dans le Caucase du Sud. […] Lire la suite

15-20 décembre 2021 Allemagne. Condamnations dans l'affaire du meurtre du Tiergarten.

Cet ancien militaire avait obtenu l’asile en Allemagne après avoir participé aux guerres contre la Russie en Tchétchénie et en Géorgie. Le tribunal condamne à la réclusion à perpétuité le Russe Vadim Krasikov, interpellé juste après les faits, qu’il identifie comme un « membre des services de sécurité » russes auquel « des autorités appartenant au gouvernement de la Fédération du Russie » avaient « donné l’ordre de liquider » la victime. […] Lire la suite

1er-30 octobre 2021 Géorgie. Arrestation de l'ancien président Mikheïl Saakachvili.

Le 1er, l’ancien président Mikheïl Saakachvili, principale figure de l’opposition, est arrêté à son retour d’Ukraine où il se trouvait en exil. Objet de diverses poursuites pénales dans son pays, il a été condamné par contumace à six ans de prison pour « abus de pouvoir » en janvier 2018. Emprisonné, Mikheïl Saakachvili entame une grève de la faim. […] Lire la suite

23 juin 2021 Russie – Royaume-Uni. Incident naval au large de la Crimée.

Londres dément que des tirs aient visé le destroyer et indique que celui-ci « empruntait un passage internationalement reconnu entre l’Ukraine et la Géorgie ». Cet incident survient quelques jours avant des manœuvres de l’OTAN en mer Noire. L’annexion de la Crimée par la Russie, en mars 2014, n’a pas été reconnue par la communauté internationale. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, Régis GAYRAUD, David Marshall LANG, Kalistrat SALIA, « GÉORGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georgie/