MEAD GEORGE HERBERT (1863-1931)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fortement marqué par les théories évolutionnistes, le philosophe américain George Herbert Mead a exercé une influence considérable sur le développement des sciences sociales. Pragmatiste, ami intime de John Dewey, il a largement contribué à combler le fossé qui séparait la psychologie individuelle de la sociologie. Il est généralement regardé comme l'un des pères fondateurs de la psychologie sociale moderne.

Alors que la psychologie sociale, avant lui, fondait l'étude de l'expérience sociale sur la psychologie de l'individu, il suggéra que l'expérience individuelle fût appréhendée à partir de la société, plus précisément à partir du système de communication interindividuelle qui est l'essence même de l'ordre social. La psychologie sociale, selon Mead, est la discipline qui étudie l'activité ou le comportement des individus au sein même du processus social. En d'autres termes, le comportement de l'individu ne peut être compris qu'à travers le comportement de l'ensemble d'un groupe social donné, dont l'individu n'est qu'un élément.

Professeur à l'université de Chicago de 1893 jusqu'à sa mort, Mead se définit lui-même comme un béhavioriste social. Ses principaux cours sont rassemblés dans deux ouvrages posthumes : The Philosophy of the Present (1932), qui renferme l'essentiel de sa pensée philosophique, et L'Esprit, le soi et la société (Mind, Self and Society, 1934), où sont réunis la plupart de ses travaux psychosociologiques et définis les quatre concepts fondamentaux de son système (actes sociaux, rôles, symboles significatifs et autrui généralisé).

Mead considère qu'il n'y a ni soi, ni conscience de soi, ni communication en dehors de la société, c'est-à-dire en dehors d'une structure qui s'établit à travers un processus dynamique d'actes sociaux communicatifs, à travers des échanges entre des personnes qu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  MEAD GEORGE HERBERT (1863-1931)  » est également traité dans :

HONNETH AXEL (1949- )

  • Écrit par 
  • Gérard RAULET
  •  • 1 858 mots

Dans le chapitre « Les sphères de reconnaissance »  : […] Ce changement de paradigme conduit à ne plus concevoir l’agir communicationnel seulement sous l’aspect de l'entente rationnelle mais au sens des conditions de reconnaissance. Il a aussi des implications importantes quant au rapport de la Théorie critique au marxisme et, plus globalement, à l’articulation entre une philosophie morale et politique avec une philosophie sociale. Axel Honneth ne rédui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/axel-honneth/#i_15478

INTERACTIONNISME SYMBOLIQUE

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 1 344 mots

Dans le chapitre « Origines »  : […] L'expression elle-même a été proposée presque par hasard en 1937 par le sociologue américain Herbert Blumer (1900-1987). Il l'a progressivement affinée dans une série d'articles parus au cours des quarante années suivantes, contribuant ainsi à faire émerger un courant cohérent à partir d'idées éparses, empruntées à divers philosophes et psychologues américains de la fin du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactionnisme-symbolique/#i_15478

JEU - Le jeu dans la société

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 4 893 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'apprentissage social »  : […] On ne s'étonnera donc pas que des psychosociologues aient vu dans le jeu l'un des facteurs les plus importants pour la formation de la personnalité sociale. C'est ainsi que George Herbert Mead attribue la formation du soi , c'est-à-dire de la personnalité dans ce qu'elle a de conscient et de réfléchi, à un processus social d'interaction et d'intériorisation des rôles d'autrui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-le-jeu-dans-la-societe/#i_15478

ORGANICISME

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 2 866 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le tournant du siècle »  : […] La nature tout humaine de l'organisme social ne peut, en effet, que le différencier de l'organisme biologique dans lequel les parties sont naturellement dépourvues de conscience. On peut, par conséquent, situer dans la même perspective que celle de Worms l'organicisme de F.  Tönnies, celui de Durkheim ou enfin celui auquel recourent de nombreux psychologues sociaux. Si Tönnies reprend l'analogie o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organicisme/#i_15478

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 716 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'interactionnisme symbolique »  : […] Qualifiant ceux qu'on appelle parfois les sociologues de la « seconde école de Chicago » (Everett C. Hughes, Anselm Strauss, Howard Becker, Erving Goffman) et leur nombreuse postérité, le terme interactionnisme symbolique a été inventé par Herbert Blumer (1900-1987), qui est radicalement opposé au fonctionnalisme et qui propose une thèse alternative au culturalisme (très présent dans la première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-grands-courants/#i_15478

THÉORIE DE L'AGIR COMMUNICATIONNEL, Jürgen Habermas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 134 mots

Dans le chapitre « Une théorie critique de la raison sociologique »  : […] Constitué de deux épais volumes, l'ouvrage s'ouvre sur le problème de l'articulation entre la théorie de la raison et l'analyse du présent, que ni la spéculation métaphysique ni la philosophie des sciences ne peuvent régler. Pour avoir inscrit le principe de la rationalité dans la constitution de son savoir, et réfléchi en son sein une compréhension de la modernité, la sociologie se présente comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-l-agir-communicationnel/#i_15478

Pour citer l’article

Daniel DERIVRY, « MEAD GEORGE HERBERT - (1863-1931) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-herbert-mead/