CUKOR GEORGE (1899-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les femmes au premier plan

Dans ce monde du spectacle qu'est le monde de Cukor, les rôles principaux sont donnés aux femmes. Elles en sont tout à la fois les héroïnes et les premières victimes (interprétées par Katharine Hepburn, Greta Garbo, Norma Shearer, Joan Crawford, Ingrid Bergman, Judy Holliday, Judy Garland, Ava Gardner, Anna Magnani, Marilyn Monroe, Anouk Aimée, ou Jacqueline Bisset et Candice Bergen). Ce sont des actrices, en ce qu'elles prêtent aux fictions, outre leur éclat, leur énergie qui peut être l'énergie du désespoir, et en ce qu'elles s'essayent à une liberté dont elles sont foncièrement dépossédées – le récit naissant d'elles et de leur situation de malaise. Ce sont des personnages de passage, qui n'ont de solution pour vivre que de passer d'un état à un autre : de l'anonymat à la renommée (le spectacle étant lieu prédisposé à ce genre d'entreprise), de la méconnaissance à la reconnaissance. Ce qui, d'ailleurs, explique aussi l'intérêt de Cukor pour les trajets initiatiques : apprentissages de signes dans Voyages avec ma tante (1973) ou nouvelles « infortunes de la vertu », sombres drames et coups de théâtre qui s'accumulent et par lesquels la société patriarcale victorienne fait payer à un innocent le prix de son orphelinat dans David Copperfield (1935) – adaptation à laquelle Cukor usant, en précurseur, de la profondeur de champ donne, malgré son prétexte désuet, un accent étonnamment moderne.

Femmes-objets, femmes-enfants, femmes-statues, femmes-étoiles, femmes-fleurs, femmes frigides, garçons manqués, nymphomanes, travesties, voyageuses ou exilées, Cukor filme des images de femmes et des femmes comme images, mais à l'instant d'une crise conçue comme moment révélateur. Cette crise est toujours une crise d'identité − comme le prouve encore l'affolant duo féminin de Riches et célèbres, son dernier film (Rich and Famous, 1981). C'est dire que ce qui obsède Cukor, c'est bien le problème de l'aliénation des femmes dans une société qui les enferme dans des images et ne les accepte que si elles s'y plient, les obligeant à se définir par rapport à ces images qui ne viennent pas d'elles mais des hommes et du pouvoir qu'ils incarnent. C'est dire aussi que le propos du cinéaste ne s'est nullement limité, comme on l'a souvent et rapidement dit, à célébrer la femme et à saisir l'instant fugitif, l'éclat qui témoigne du jeu des apparences et de la vérité, et que cette lumière si brillante n'exclut ni la tourmente ni la douleur.

La solution laissée à ces personnages féminins pour trouver leur identité, c'est de devenir autres (comme l'indique clairement le film intitulé La Femme aux deux visages, 1941). Encore est-ce dans la plupart des récits parce qu'un homme leur offre cette chance ou ce désir, leur faisant miroiter tout à coup une autre vie, un autre sort, les mettant presque en demeure de s'en rendre capables. Amoureux ou pédagogues, parfois les deux – la fiction réclamant de leur part, et de la part du spectateur, la même patience –, les héros masculins sont les multiples figures, rejouées de film en film, d'un même complexe de Pygmalion qui est certainement pour Cukor métaphorique de son rôle de cinéaste. Ainsi voit-on ce personnage très exactement à l'œuvre autant dans My Fair Lady (1964), où il apparaît directement emprunté à la pièce de G. B. Shaw, que dans Une étoile est née, dans Comment l'esprit vient aux femmes (Born Yesterday, 1950), ou encore dans The Philadelphia Story ou Sylvia Scarlett. D'où l'importance et l'emprise du vêtement comme déguisement (par exemple, dans deux films aussi différents que Sylvia Scarlett et La Croisée des destins, 1955), d'où le recours à l'artifice, à la comédie, au sourire, aux mots d'esprit, aux malentendus, à la représentation et, du côté de la mise en scène, à l'allusion qui permet à la violence de se profiler sous des dehors légers, en ayant l'air de parler d'autre chose. Que les films se terminent bien ou mal, concluent sur une guérison ou un échec, le cinéma de Cukor ne dit ni plus, ni moins, à travers ses héroïnes, que la solitude, la séparation, la division sociale, les défaites et les déchéances sur lesquelles s'établit la réussite, souvent aux parages de la folie. Rien d'étonnant dès l [...]

My Fair Lady, de George Cukor

Photographie : My Fair Lady, de George Cukor

Rex Harrison, Audrey Hepburn et Wilfrid Hyde-White dans My Fair Lady (1964), de George Cukor. 

Crédits : Warner Brothers, Inc./ Collection privée

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Le Roman de Marguerite Gautier, G. Cukor

Le Roman de Marguerite Gautier, G. Cukor
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Pictures/ Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Images

photographie

Hantise, de George Cukor

Hantise, de George Cukor
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Inc./ Collection privée

photographie

Indiscrétions, de George Cukor

Indiscrétions, de George Cukor
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Inc./ Collection privée

photographie

Indiscrétions, G. Cukor

Indiscrétions, G. Cukor
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CUKOR GEORGE (1899-1983)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma américain classique »  : […] Mais le registre de Capra demeure limité. Howard Hawks et Leo Mac Carey, qui sont ses rivaux en matière de comédie, ont un projet bien plus vaste. Pour l'un et l'autre, la comédie représente simplement le terme privilégié d'une alternative personnelle. L'œuvre de Hawks oscille entre le burlesque ( L'Impossible Monsieur Bébé [ Bringing Up Baby ], 1938) et le tragique ( Scarface [ Scarface Shame o […] Lire la suite

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 218 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie musicale »  : […] Par définition, la comédie musicale n'apparaît qu'avec le son, même si le célèbre film de la Warner The Jazz Singer ( Le Chanteur de Jazz , Alan Crossland, 1927) ne comporte que quelques chansons synchronisées avec l'image. Des spectacles comiques faciles entrecoupés de chants et de numéros musicaux existaient dès la seconde moitié du xix e  siècle ( The Black Crook , 1866) aux États-Unis. Ils év […] Lire la suite

GORDON RUTH (1896-1985)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 523 mots

Né en 1896 à Quincy (Massachusetts), Ruth Gordon avait commencé sa carrière dans des films muets produits à Fort Lee ( Camille , 1915 ; The Whirl of Life , ibid .). Elle la poursuivit à Broadway où, en 1937, elle donne une interprétation peu conventionnelle de Nora, héroïne de Maison de poupée d'Ibsen. Sa prestation insolite ne passe pas inaperçue aux yeux des talent-scouts hollywoodiens, qui lui […] Lire la suite

HEPBURN KATHARINE (1907-2003)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 804 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du théâtre au cinéma »  : […] Katharine Houghton Hepburn est née le 9 novembre 1907 à Hartford, dans le Connecticut, d'un père éminent chirurgien et d'une mère suffragette. Au terme de ses études à Bryn Mawr, fameuse université pour jeunes filles de la bourgeoisie, elle épouse un agent de change dont elle divorcera en 1934. Après avoir étudié l'art dramatique, elle fait ses débuts sur scène en 1928, à Baltimore, puis, la même […] Lire la suite

LEMMON JACK (1925-2001)

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 879 mots
  •  • 1 média

Né à Boston, Jack Lemmon est engagé dans la marine à la fin de la Seconde Guerre mondiale, tout en poursuivant ses études à Harvard, où il découvre l'art dramatique. Pendant une dizaine d'années, il fait son apprentissage dans les tournées théâtrales, le music-hall, puis la télévision. Dès son premier film, Une femme qui s'affiche (1954), de George Cukor, il tient la vedette face à Judy Holliday. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jérôme PRIEUR, « CUKOR GEORGE - (1899-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/george-cukor/