TELEMANN GEORG PHILIPP (1681-1767)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Georg Philipp Telemann a sans doute été le compositeur le plus fécond de toute l'histoire de la musique (environ six mille œuvres dont, à la fin de sa vie, il était bien incapable de dresser la liste) : né à Magdeburg neuf ans après la mort de Schütz, et quatre ans avant la naissance de Bach, il meurt à Hambourg trois ans avant la naissance de Beethoven, alors que l'Europe a déjà applaudi (et déjà quelque peu oublié) un enfant prodige nommé Wolfgang Amadeus Mozart, alors que le prince Esterhazy a déjà entendu une bonne trentaine de symphonies de son maître de chapelle Joseph Haydn. Fils d'un pasteur, Telemann s'oriente dans sa jeunesse non seulement vers la musique, mais aussi vers le droit, la géométrie, le latin, le grec. Dès l'âge de douze ans, il écrit et fait représenter avec succès un opéra, et se met à composer abondamment en prenant comme modèles des musiciens tant allemands (Rosenmüller) qu'italiens (Corelli, Caldara). Mais il est surtout autodidacte. Après avoir fait, à Halle en 1701, la connaissance de Haendel, il se rend à Leipzig pour y poursuivre ses études de droit. « Découvert » comme compositeur par le bourgmestre Romanus, il écrit tous les quinze jours une cantate pour l'église Saint-Thomas, dont le cantor est Johann Kuhnau. Il interrompt bientôt ses études de droit et, s'étant tourné définitivement vers la musique, prend la direction de l'Opéra de Leipzig et fonde le Collegium musicum, organisation de concerts publics. En 1705, il devient maître de chapelle du comte Erdmann von Promnitz, à Sorau. Il écrit pour son maître, passionné de musique française, des œuvres inspirées de Lully et de Campra, et l'accompagne dans ses domaines de Pologne, où il entre en contact avec la musique populaire et les danses slaves. En 1706, il est à Eisenach où il rencontre Bach ; il deviendra le parrain de son second fils, Carl Philipp Emanuel. En 1712, il s'installe à Francfort-sur-le-Main, et en 1721 à Hambourg, où il devient cantor au Gymnasium Johanneum et directeur de la musique dans les cinq églises principales de la ville. Il y restera jusqu'à sa mort, non sans avoir brigué contre Bach la succession de Kuhnau à Leipzig (1722), et effectué encore de nombreux voyages, dont un à Paris en 1737. Non content de fournir la métropole hanséatique en opéras, en musique sacrée et en musique de concert, il fonde, en 1728, puis dirige Le Maître de musique fidèle (Der getreue Music-Meister), la première revue musicale allemande, approvisionne régulièrement diverses cours princières en œuvres nouvelles et inédites, et trouve le temps de cultiver soigneusement son jardin (pour lequel Haendel lui envoie les oignons de tulipe et de jacinthe les plus rares), tout en se livrant à une étude approfondie des penseurs, des poètes et des écrivains des Lumières. Il compte, dans ses dernières années, parmi les pionniers de genres nouveaux comme le quatuor à cordes, et son ultime partition achevée, la cantate Ino (1765), offre de curieuses ressemblances avec Gluck.

Telemann, qui de son vivant éclipsa tous ses contemporains par sa célébrité, tomba après sa mort dans un oubli profond : « La postérité [fit] payer cher à Telemann l'insolente victoire que, de son vivant, il remporta sur Bach. Cet homme, dont la musique était admirée dans tous les pays d'Europe, depuis la France jusqu'à la Russie, et que [...] le sévère Mattheson déclarait le seul musicien qui fût au-dessus de l'éloge, est aujourd'hui oublié, dédaigné. On ne cherche même pas à le connaître » (Romain Rolland en 1919). La situation depuis lors a changé ; Telemann a été redécouvert dans les années 1970. « Bach = si mineur, Telemann = ut majeur », déclarait déjà au xixe siècle le musicologue Philipp Spitta. Le caractère extraverti et la verve sympathique de Telemann appelaient cette boutade. D'autant que Bach et lui-même assumèrent de façon fort différente leur position européenne. Bach, génie de la synthèse et de l'unification des tendances et des courants les plus divers, s'oppose nettement à Telemann, qui sut également s'adapter et tirer profit de tout, mais à la manière d'un caméléon, en changeant chaque fois d'habit pour ainsi dire. Il illustra ainsi tous les genres pratiqués à son époque et, grâce à sa curiosité et à son i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TELEMANN GEORG PHILIPP (1681-1767)  » est également traité dans :

CLAVECIN

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI, 
  • Robert VEYRON-LACROIX
  •  • 4 762 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En Allemagne : Bach »  : […] Le premier compositeur allemand qui ait écrit des œuvres significatives pour le clavecin est Samuel Scheidt (1587-1654), élève de Sweelinck. Un nom beaucoup plus important apparaît dans la génération suivante : Johan Jacob Froberger (1616-1667). Il fit des séjours dans toutes les capitales du clavecin ; à Rome, il travailla avec Frescobaldi, il connut à Paris Couperin et Chambonnières, alla à Vie […] Lire la suite

OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini

  • Écrit par 
  • Jean-Vincent RICHARD
  •  • 9 150 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Le triomphe de l'« opera seria » »  : […] À l'orée du xviii e  siècle, Venise va perdre progressivement sa place de citadelle de l'opéra pour la céder à Naples. L'opéra napolitain sera principalement incarné par Alessandro Scarlatti (1660-1725), auteur de quelque cent quinze ouvrages pour la scène, et qui va être le pionnier de l' opera seria (opéra sérieux). Généralement bâti sur une intrigue mythologique ou historique, l' opera seria […] Lire la suite

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 059 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Du baroque au rococo galant »  : […] « À son dernier stade d'évolution, l'art baroque plastique s'affaiblit et se perd dans les mignardises et les joliesses du rococo. Le baroque musical connaît une conclusion parallèle ; dans le style galant, la tension féconde créée par le jeu concertant des voix s'affaiblit et disparaît. La mélodie prétend régner en maîtresse absolue et se débarrasser des ultimes vestiges de la polyphonie » (Gold […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « TELEMANN GEORG PHILIPP - (1681-1767) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-philipp-telemann/