BÜCHNER GEORG (1813-1837)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« La Mort de Danton »

La Mort de Danton (1835) inscrit sa trajectoire entre le goût de l'action et le goût du néant, entre la politique et le mythe, entre l'histoire et sa négation, la guillotine, image des Parques insensibles, tranchantes. Il s'agit de la tragédie du révolutionnaire, du conflit qui se développe, au nom de la liberté, entre l'individualisme épicurien des Indulgents et la vertu des Intransigeants, alliée aux revendications concrètes des masses. Au-delà même de ce conflit formulable, ce sont les causes et les effets, les intentions et les actes, la puissance créatrice et la folie destructrice de la Révolution qui ne cessent de se contredire, découvrant une multiplicité de lois complexes et implacables. Le progrès ouvre ainsi la porte aux démons archaïques d'une nature immémoriale, qui dévore ses propres enfants. Danton, visionnaire de cette étrange dialectique, se trouve en conséquence frappé, à l'heure de son destin, d'une indolence qui est l'envers de son audace historique. Robespierre, son vainqueur, est malgré les apparences lui aussi habité par l'hésitation. À vrai dire, cette hésitation fonde la structure même de la pièce, elle se propage à l'ensemble des personnages et à l'ensemble des événements, quitte à se résorber tantôt dans le volontarisme ou le fatalisme tantôt dans la versatilité et l'arbitraire. La Mort de Danton ne saurait être simplifiée, elle ne peut être interprétée ni comme une apologie ni comme une condamnation de la Révolution. Le drame reste ouvert, il continue à osciller entre la politique et le mythe, et si la poésie du néant l'emporte de facto sur le réalisme du progrès, elle ne peut cependant faire oublier les différents moments qui provoquent, chez le spectateur moderne, l'interrogation : interrogation sur le mystère de la volonté, sur les mobiles qui agitent la collectivité à l'heure où elle est appelée à se sauver ou à se perdre, bref, à se choisir. Et à la fameuse lettre, toujours citée, où Büchner manifeste une horreur sacrée devant la fatalité qui règle le cours des choses («  [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BÜCHNER GEORG (1813-1837)  » est également traité dans :

LA MORT DE DANTON et LENZ, LÉONCE ET LENA (mises en scène)

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 933 mots

Comment expliquer l'insistante présence de Büchner sur les scènes françaises, notamment lors de la saison 2001-2002 ? Comment expliquer par ailleurs la transposition à la scène de Lenz, ce récit de l'errance du poète allemand dans les vallées vosgiennes ? Pour le dire autrement : à quoi tient la modernité de Büchner ? Quelle réflexion sur le « dramatique » suscite-t-elle ? Sans […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'Avant-Mars »  : […] On a dénommé Vormärz la période qui précède les vaines révoltes de 1848. Si l'on use de ce terme manifestement emprunté au langage de la politique, c'est qu'une partie de la littérature est alors engagée dans le combat. C'est le temps des frères ennemis Ludwig Börne (1786-1837) et Henri Heine (1797-1856), le premier, issu des salons romantiques, associant curieusement le culte de Jean-Paul et l' […] Lire la suite

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 631 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Büchner »  : […] Quant aux pièces de Büchner, elles ne commenceront vraiment à être jouées qu'à partir de la fin du xix e siècle. Elles reflètent le contre-coup du drame romantique français sur le drame allemand. C'est ainsi que Büchner écrit Léonce et Léna (1836), parodie pleine de sens du Fantasio de Musset, qui relie la quête de l'amour aux problèmes du pouvoir et de sa légitimité, que Musset effleure seulem […] Lire la suite

WOYZECK, Georg Büchner - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 883 mots

Georg Büchner est mort à vingt-trois ans, en février 1837, sans avoir eu le temps de mettre un point final à sa dernière pièce, Woyzeck . Le manuscrit, divisé en quatre parties qui correspondent à différentes phases de travail, n'offre pas une cohérence suffisante pour établir une version fiable : l'œuvre se présente donc sous forme de scènes éparses pour lesquelles aucun ordre logique ne s'impose […] Lire la suite

MAYER HANS (1907-2001)

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 790 mots

Né à Cologne, dans une famille de la bourgeoisie juive éclairée, Hans Mayer, après des études à Cologne, Berlin et Bonn, est promu docteur en droit en 1930 et se prépare à une carrière de magistrat. Influencé entre autres par la lecture de Lukács ( Histoire et conscience de classe ), il se rapproche dès 1928 du mouvement de la jeunesse socialiste et adhère par la suite à un petit Parti socialiste […] Lire la suite

SIVADIER JEAN-FRANÇOIS (1963- )

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 1 048 mots

La première mise en scène de Jean-François Sivadier, en 1996, révèle avec éclat l'originalité d'une démarche théâtrale dont l'écriture, la réflexion et la portée artistique se colorent d'une séduction ludique. Italienne avec orchestre évoque avec humour une répétition de La Traviata de Giuseppe Verdi à laquelle le public est convié. Celui-ci prend place dans la fosse d'orchestre, pour s'associer […] Lire la suite

WOZZECK (A. Berg)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 569 mots

L’histoire de l’opéra Wozzeck d’Alban Berg est tirée d’un fait divers : en 1821, à Leipzig, un ancien soldat, Woyzeck, poignarde sa maîtresse ; il sera décapité le 27 août 1824 sur la place publique. Georg Büchner écrit les premières esquisses de Woyzeck en 1836, mais meurt du typhus l’année suivante, à l’âge de vingt-trois ans. Son drame est publié pour la première fois en 1875 par la Neue Fr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe IVERNEL, « BÜCHNER GEORG - (1813-1837) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-buchner/