GÉNOME NÉANDERTALIEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La place des Néandertaliens dans l'évolution de l'Homme

La comparaison réalisée entre le génome du Néandertalien et d'Hommes actuels permet l'identification des changements de séquences propres au génome humain qui précèdent la grande expansion de l'Homme moderne. La méthode de séquençage utilisée permet d'identifier les petits changements de séquence (correspondant à des différences de séquences d'un nucléotide, appelés SNP et représentant des allèles de la même séquence) ainsi que des régions dont le nombre de copies de gènes varie (CNV), mais pas les éventuels réarrangements chromosomiques.

Génome de Néandertal

Photographie : Génome de Néandertal

Photographie

Longtemps, les études sur les hommes fossiles n'ont pu reposer que sur la description des fossiles humains retrouvés et de l'équipement lithique qui les accompagnait. Dans la généalogie des Hominidés, on place ainsi dans l'ordre chronologique la séparation des grands singes (crâne de... 

Crédits : (M. Bessou, collection et copyrights UMR-PACEA équipe LAPP ; Geigl et al., Université de Paris Diderot

Afficher

Dans un premier temps, les SNPs entre les génomes de l'Homme actuel, de l'Homme de Néandertal et du chimpanzé ont été comparés pour identifier ceux qui sont apparus seulement sur la branche humaine. Ainsi, 88 p. 100 des variations identifiées et localisées dans les régions non codantes de l'ADN étaient identiques entre le Néandertalien et l'Homme actuel. Ces mutations étaient donc apparues avant la divergence des populations néandertaliennes et humaines modernes. Par contre, l'analyse des régions codantes (qui ne représente que quelques pour-cent de la totalité de l'ADN) a permis d'identifier 78 positions où le Néandertalien porte la même base nucléotidique que le chimpanzé (l'allèle ancestral), l'Homme actuel en portant une autre (donc un allèle dérivé). Les régions codantes portant ces variations sont donc de bonnes candidates pour l'apparition de propriétés nouvelles dans la lignée de l'Homme moderne. Notons qu'elles sont étonnamment peu nombreuses. Du fait de la faible couverture de lecture du génome néandertalien, on peut s'attendre à que ce chiffre soit trois à six fois plus important. Parmi les six gènes portant des mutations changeant les protéines correspondantes à plus d'une position, quatre codent pour des protéines qui pourraient être impliquées dans la mobilité des spermatozoïdes, dans la cicatrisation, dans des processus ayant lieu dans les glandes sudoripares et les poils, et dan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Génome de Néandertal

Génome de Néandertal
Crédits : (M. Bessou, collection et copyrights UMR-PACEA équipe LAPP ; Geigl et al., Université de Paris Diderot

photographie

Relations entre populations d'Hommes modernes et Néandertaliens

Relations entre populations d'Hommes modernes et Néandertaliens
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directrice de recherche au CNRS, Institut Jacques Monod, CNRS, université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : directeur de recherche au C.N.R.S., responsable de l'équipe Épigénome et paléogénome de l'Institut Jacques-Monod, C.N.R.S., université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : directeur de recherche au CNRS

Classification

Autres références

«  GÉNOME NÉANDERTALIEN  » est également traité dans :

DÉCHIFFRAGE DU GÉNOME NÉANDERTALIEN

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 298 mots
  •  • 1 média

Longtemps, les chercheurs travaillant sur l'évolution récente de l'homme n'ont eu à leur disposition que des objets matériels qui se conservent relativement bien : squelettes, constructions, poteries, outils, restes alimentaires, ou encore peintures et gravures. L'accès au patrimoine génétique (le génome) des hommes préhistoriques paraissait impossible. Po […] Lire la suite

DENISOVA HOMMES DE ou DÉNISOVIENS

  • Écrit par 
  • Bruno MAUREILLE
  •  • 3 818 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'ADN nucléaire des Dénisoviens »  : […] Quelques mois plus tard (toujours en 2010), c'est une partie importante du génome nucléaire (et non pas mitochondrial) de Denisova 3 qui est publiée. L'étude comparative avec le génome d’un Néandertalien composite (c'est-à-dire provenant de trois individus différents) de Vindija (Croatie) et celui de cinq hommes actuels démontre que la lignée des Dénisoviens (appelés Homo sapiens altaïensis par […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Eva-Maria GEIGL, Thierry GRANGE, Bruno MAUREILLE, « GÉNOME NÉANDERTALIEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/genome-neandertalien/