GEMMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Imitations

Nombreux sont les édits et ordonnances anciens destinés à réglementer le port et l'usage des pierres fausses : de tout temps, en effet, l'homme a fabriqué divers produits pour simuler, avec plus ou moins de bonheur, les gemmes.

Les verres

Produits amorphes fabriqués à partir de silice, d'oxydes alcalins ou alcalino-terreux (sodium, potassium, baryum) et d'oxydes métalliques (plomb, cuivre, cobalt), lesquels engendrent éclat (ex. : strass) et couleur, les verres servent à imiter toutes les gemmes (diamants, rubis, saphir, émeraude, turquoise, cornaline, jade, opale, lapis-lazuli...).

Les « crown », verres à base de silicium, potassium, sodium et calcium, moins chers, ont un indice de réfraction faible ; aussi leur culasse est-elle le plus souvent enduite d'un amalgame de mercure, sorte de miroir qui renvoie vers la table la lumière pénétrant cette imitation (« simili »). Les « flints », à base de silicium, de potassium, de sodium et de plomb (ou parfois de thallium), ont un indice de réfraction plus élevé et une forte dispersion (« strass », ainsi nommés d'après le chimiste autrichien Joseph Strass). La couleur des différents verres est obtenue par l'addition d'un faible pourcentage d'éléments chromogènes, le plus souvent des métaux de transition à l'état d'ions convenables seuls ou en mélange ; par exemple : cuivre, or, sélénium, pour le rouge ; cadmium, fer, uranium, pour le jaune ; chrome, fer, cuivre, pour le vert ; cobalt pour le bleu... ; il arrive fréquemment que l'on disperse dans les verres des nappes de bulles pour imiter les givres des gemmes, des « charges » diffusantes colorées pour imiter les pierres ornementales telles que les calcédoines, et même des éléments métalliques, cristallisation secondaire de lamelles de cuivre pour imiter les pierres de soleil.

Les imitations de perles

C'est au xviie siècle que le Français Jaquin découvre qu'un enduit à base d'extraits d'écailles d'ablettes avait un aspect nacré évoquant l'« orient » des perles fines. La macération d'écailles de poissons dans un solvant organique produit ainsi l'« essence d'orient », qui constitue l'élément essentiel des imitations de perles. Les imitations anciennes sont constituées d'une sphère de verre transparent soufflé, enduite intérieurement d'« essence d'orient », puis remplie de cire afin d'en améliorer la solidité ; ces imitations sont fragiles, mais souvent convaincantes. Les imitations récentes sont formées d'une bille de verre opalescente recouverte extérieurement de plusieurs couches d'« essence d'orient » : ces imitations sont résistantes aux chocs, mais peuvent s'« écailler » facilement, contrairement aux précédentes.

Les doublets

Les doublets stricto sensu sont des pierres composites qui peuvent simuler toutes les pierres transparentes. La matière formant la table, qui assure au doublet son éclat et sa dureté, est généralement réunie au niveau du rondis à celle formant la culasse, qui constitue la masse et donne sa couleur à la production. Les doublets grenat-verre coloré étaient connus dès le ve siècle après J.-C.. Les doublets saphir vert - saphir synthétique, récents, se vendent fréquemment, en Thaïlande notamment.

Les triplets

Les triplets, ou doublets sensu lato, sont constitués de deux lames cristallines incolores, réunies au niveau du rondis par une mince couche d'émail coloré qui donne sa couleur à la production ; ce sont notamment les doublets quartz-émail vert-quartz, les doublets spinelle synthétique-émail coloré-spinelle synthétique (de toutes couleurs, qui peuvent imiter toutes les gemmes : émeraude, topaze, améthyste, etc.), les doublets béryl-émail vert-béryl. On peut rattacher à ce type les doublets opale-ciment noir-verre opalescent et opale-ciment noir-opale (lame d'opale très mince mise en valeur par le ciment noir côté table, masse importante côté culasse), ainsi que les « quadruplets » quartz ou spinelle synthétique -opale - ciment noir - calcédoine.

Les cristaux artificiels

Diverses techniques permettent d'obtenir des cristaux artificiels :

a) Procédés par fusion simple : le cristal recherché cristallise à partir de ses éléments simplement amenés à l'état fondu. Des diverses technologies mises au point pour réaliser ainsi des cristaux artificiels, deux seulement sont utilisées couramment pour obtenir des produ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Gemma Augustea, art romain

Gemma Augustea, art romain
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Diamant en forme de brillant rond

Diamant en forme de brillant rond
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Octaèdre de diamant : position de la pierre

Octaèdre de diamant : position de la pierre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

facettes : poses successives

facettes : poses successives
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 26 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur du service public du contrôle des diamants, perles fines et pierres précieuses de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris
  • : docteur ès sciences, maître assistant au Muséum national d'histoire naturelle de Paris, conservateur des collections minéralogiques au Muséum d'histoire naturelle de Paris, directeur général de la revue Gemmologie

Classification

Autres références

«  GEMMES  » est également traité dans :

AGATE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 709 mots
  •  • 1 média

Dioxydes de silicium, les agates appartiennent au groupe des quartz microcristallins, comme les calcédoines et les jaspes. Elles se distinguent facilement des calcédoines car elles présentent une coloration zonée concentrique, sinueuse ou bréchique. Elles peuvent être cependant confondues avec l'onyx marbre (souvent appelé à tort simplement onyx), également zoné, mais qui est constitué de calcit […] Lire la suite

AIGUE-MARINE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 153 mots

L'aigue-marine est la variété bleue et limpide du béryl, un cyclosilicate de béryllium. Sa couleur présente de nombreuses nuances en fonction de la provenance de la pierre : bleu pâle, bleu, bleu-vert. Pierre fine recherchée en joaillerie, elle est d'autant plus appréciée que sa couleur est d'un bleu soutenu. Son habitus (forme géométrique) en cristaux hexagonaux allongés aux faces basales parfoi […] Lire la suite

ALMANDIN

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 330 mots

Nésosilicate de fer et d'aluminium, l'almandin est le grenat le plus commun. Il se présente sous forme de cristaux rhombododécaédriques, souvent centimétriques, de couleur rouge à rouge foncé avec des nuances violacées ou brunes. Formule : Fe 3 Al 2 (SiO 4 ) 3  ; système : cubique ; dureté : 7-7,5 ; poids spécifique : 4,1-4,3 ; éclat : vitreux ; transparence : transparent à translucide ; cassure : […] Lire la suite

AMBRE

  • Écrit par 
  • Christine FLON
  •  • 1 673 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La légende de l'ambre »  : […] Dès l'époque néolithique, les hommes ont recherché les objets naturels dont l'aspect bizarre ou attrayant avait attiré leur attention. Il s'agissait bien souvent de substances minérales plus ou moins précieuses, et le développement des premières routes commerciales n'est pas sans rapport avec cette quête. Parmi les gemmes convoitées, l'ambre occupait autrefois une place particulière : alors qu'il […] Lire la suite

AMÉTHYSTE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 2 334 mots
  •  • 1 média

Tectosilicate, l'améthyste est la variété gemme la plus prisée des nombreuses espèces du groupe du quartz auquel elle appartient. À l'état naturel, elle se reconnaît aisément par ses cristaux prismatiques pseudohexagonaux de couleur violacée, terminés à chaque extrémité par un rhomboèdre. La couleur va du violet lilas très clair au violet bleuâtre très foncé, en passant par des tons franchement […] Lire la suite

BÉRYL

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 709 mots

Cyclosilicate d'aluminium et de béryllium, le béryl se présente sous forme de cristaux hexagonaux lisses ou striés parallèlement à l'allongement. La base des cristaux est souvent plane (perpendiculaire à l'axe de symétrie 6) ou tronquée de faces pyramidales rarement complètes. Les cristaux sont généralement de taille centimétrique, mais on connaît aussi des formes géantes de béryl « pierreux », d […] Lire la suite

BÉRYLLIUM

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Robert GADEAU, 
  • Jean PERROTEY
  •  • 5 434 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les béryls gemmes »  : […] Toutes les variétés limpides sont utilisées en joaillerie. La goshenite incolore, la morganite rose, l' héliodore jaune sont assez appréciés, ainsi que certains béryls vert pâle. L' aigue-marine , d'un bleu-vert assez clair, provient de nombreux gisements, mais surtout du Brésil et de Madagascar, qui fournit des pierres d'un bleu plus soutenu. L' émeraude , également connue depuis l'Antiquité, at […] Lire la suite

CALCÉDOINE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 795 mots
  •  • 3 médias

Dioxydes de silicium, les calcédoines appartiennent au groupe des quartz microcristallins, au même titre que les jaspes et les agates ; elles se distinguent donc du groupe des quartz macrocristallins, tels que l'améthyste ou le cristal de roche, et du groupe des opales, toujours amorphes. Elles cristallisent en masse concrétionnée cryptocristalline et se caractérisent par un éclat cireux à mat. fo […] Lire la suite

CAMÉES

  • Écrit par 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 2 615 mots
  •  • 2 médias

Dans la glyptique, qui est l'art de graver les pierres fines, il faut distinguer deux techniques : l'une qui consiste à graver les pierres en creux, l'autre qui consiste à les graver en relief. La première de ces techniques produit les intailles ou pierres gravées ; la seconde, les camées . Le camée n'a pas été, chez les Anciens, distingué avec précision des pierres fines en général et même des œu […] Lire la suite

CHRYSOBÉRYL

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 062 mots
  •  • 1 média

Oxyde de béryllium et d'aluminium, le chrysobéryl (« béryl d'or », du grec chrusos , or, et bêrullos , béryl) est une pierre fine présentant à l'état naturel des cristaux prismatiques ou tabulaires, striés, de couleur jaune verdâtre, grise, brune, vert bleuté. Il est souvent maclé à deux individus, formant un « V » caractéristique, ou à trois individus, prenant alors une forme pseudo-hexagonale. f […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul POIROT, Henri-Jean SCHUBNEL, « GEMMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gemmes/