NASSER GAMAL ABDEL- (1918-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Unité arabe et option socialiste

La deuxième étape (1956-1961) est celle de la conjonction entre l'intensification de l'action étatique en matières économique et culturelle, à l'intérieur, et la politique d'unité organique entre les États arabes, notamment par la constitution de l'Égypte et de la Syrie en République arabe unie (févr. 1958-sept. 1961), rejointe à différents moments et sous d'autres modalités par d'autres pays arabes, à l'extérieur. L'alliance avec les États socialistes européens n'empêche pas la lutte contre le communisme égyptien. L'essentiel réside, pour Nasser, dans le démantèlement du pacte de Bagdad, mis en cause par la révolution irakienne du général Kassem (juill. 1958) et dans l'affermissement de l'État en Égypte.

Nasser et la R.A.U.

Photographie : Nasser et la R.A.U.

Le président égyptien Gamal Abdel-Nasser (1918-1970) prononce un discours à Damas, en 1960, lors des cérémonies du deuxième anniversaire de la proclamation, le 1er février 1958, de la République arabe unie ( R.A.U.). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Création de la République arabe unie, 1958

Vidéo : Création de la République arabe unie, 1958

Le 1er février 1958, au Caire, le président égyptien Gamal Abdel Nasser reçoit son homologue syrien Chukri Al-Quwwatli. À la mosquée Al-Azhar, les deux hommes signent l'acte de naissance de la République arabe unie, formée de l'Égypte et de la Syrie. Manifestation ultime du panarabisme... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

Pendant la troisième étape (1961-1967) auront lieu les grandes nationalisations (notamment en 1961 et 1963). Après un nouvel affrontement, victorieux, avec la droite de son régime, à la suite duquel Nasser s'oriente vers les masses populaires d'ouvriers et de paysans, l'option du « socialisme scientifique » est définie comme constituant la base même de la Charte d'action nationale (mai 1962). Deux plans quinquennaux de développement sont mis en chantier dès 1960. L'industrie égyptienne apparaît comme la plus importante en Afrique (république d'Afrique du Sud mise à part), comme au Moyen-Orient. L'Égypte, qui a puissamment soutenu la révolution algérienne et tenu à bout de bras, au prix de grands sacrifices, la jeune république du Yémen (comme elle le fera, après 1967, avec l'organisation de résistance palestinienne al-Fatah), devient le centre d'une aire politique qui détient les clés des principales réserves pétrolières mondiales.

La quatrième étape s'ouvre avec la guerre de juin 1967, la défaite militaire, l'occupation d'un cinquième du territoire national, la paralysie de Suez. En pleine défaite, le peuple égyptien plébiscite par son action le président démissionnaire (9-10 juin 1967). Nasser œuvre d'arrache-pied pour rétablir la situation, reconstituer les forces armées, développer le front intérieur, approfondir ses alliances, notamment avec l'U.R.S.S. et la France, redonner un cours égyptien au projet politique national tout entier. Le 23 juillet 1969, il annonce le début de la guerre d'usure contre Israël, en même temps qu'un programme radical de type coopératif pour les nouvelles terres. Grâce à son acharnement, au dévouement des ouvriers et des techniciens, et grâce à l'aide soviétique massive, le haut barrage, véritable pyramide de l'ère de la révolution scientifique et technique, est achevé (10 milliards de kilowatts-heures par an) ; toutes les régions sont équipées en électricité ; une nouvelle base sidérurgique est installée à Assouan ; la superficie des terres arables a été augmentée de 30 p. 100, et, surtout, 7 200 spécialistes, de l'ouvrier spécialisé au docteur polytechnicien, formés en Union soviétique, contribuent au développement du pays.

Les mois de mai à juillet 1970 sont marqués par de lourdes pertes sur le front du Canal. Le 23 juillet, Nasser accepte le cessez-le-feu et le plan Rogers prévoyant l'évacuation des territoires occupés par Israël. En septembre, le roi Hussein de Jordanie lance ses Bédouins à l'assaut des organisations de la résistance palestinienne. Nasser se dépense, à la onzième heure, pour sauver les Palestiniens : le 27 septembre 1970, l'accord du cessez-le-feu jordano-palestinien est signé au Caire. Le 28, Gamal Abdel-Nasser, déchiré par l'effort, l'émotion, succombe à une nouvelle crise cardiaque en sa modeste demeure d'Héliopolis, celle même qu'il occupait du temps où il était jeune capitaine. Six mois plus tôt, au New York Times, il avait lui-même dicté son testament : « Je n'ai pas de rêve personnel. Je n'ai pas de vie personnelle. Je n'ai rien de personnel. Mon rêve, c'est tout d'abord le développement du pays, l'électricité dans les villages et du travail pour tous les hommes. »

Funérailles de Nasser

Photographie : Funérailles de Nasser

La mort de Nasser, le 28 septembre 1970, donne lieu dans tout le pays à des grandes manifestations populaires de ferveur, en l'honneur du raïs, qui gouvernait le pays depuis seize ans. 

Crédits : Fred Ihrt/ LightRocket/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Mort de Nasser

Mort de Nasser
Crédits : Hulton Getty

photographie

Étudiants nationalistes

Étudiants nationalistes
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Le roi Farouk

Le roi Farouk
Crédits : Hulton Getty

photographie

Crise de Suez, 1956

Crise de Suez, 1956
Crédits : National Archives

vidéo

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de recherche au C.N.R.S., chargé d'enseignement à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  NASSER GAMAL ABDEL- (1918-1970)  » est également traité dans :

SUEZ AFFAIRE DE (1956)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 281 mots
  •  • 1 média

Le 22 décembre 1956, le rembarquement du corps expéditionnaire franco-britannique à Port-Saïd (Égypte) illustre les nouveaux rapports de forces internationaux de l'après-1945. En nationalisant le 26 juillet 1956 le canal de Suez, le leader égyptien Nasser entendait affirmer la force du monde arabe et la fierté des nations ex-colonisées, au détriment des intérêts et de l'orgueil des puissances impé […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire anglophone »  : […] La Grande-Bretagne s'engagea la première dans la voie de la décolonisation en Afrique de l'Ouest, où la situation était plus « mûre » qu'ailleurs, et sur les marges du monde noir. Au Soudan, le problème était étroitement lié à l'avenir des relations anglo-égyptiennes. Le processus de transfert de souveraineté y fut très précoce. S'appuyant sur le statut juridique de condominium anglo-égyptien dep […] Lire la suite

ARABISME

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 5 512 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De la Ligue arabe à la République arabe unie (1945-1958) »  : […] La Ligue arabe est loin de satisfaire les aspirations idéologiques des peuples arabes. Elle a certes une activité utile dans les domaines culturel, économique, administratif. Mais elle n'arrive pas à formuler une politique commune. Même lorsque les orientations politiques sont identiques, la coordination se fait plus sur le plan de la propagande que sur celui de l'action concrète. Des tendances op […] Lire la suite

ARAFAT YASSER (1929-2004)

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU
  •  • 1 390 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps de la lutte armée »  : […] Le Mouvement de libération de la Palestine, communément appelé Fatah (la conquête), naît en réalité de la fusion de plusieurs groupuscules qui ont vu le jour dans le Golfe. Le mouvement, qui obtient le soutien initial de l'Irak et de l'Algérie de Ben Bella, lance sa première opération de commando en janvier 1965 sous l'impulsion de Khalil al-Wazir (le futur Abou Jihad), le seul à avoir déjà fait […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 094 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La mise en place du pouvoir républicain »  : […] La monarchie est maintenue quelques mois encore. Le fils de Fārūk règne sous le nom de Ahmad Fu'ād II. Trois régents, un membre de la famille royale, fils de l'ancien khédive 'Abbas II Hilmi, déposé en son temps par les Britanniques, un juriste, ancien président de la Cour des comptes, un officier enfin suppléent le monarque pendant sa minorité. Les noms des membres du Conseil supérieur de la révo […] Lire la suite

FAROUK ou FĀRŪQ (1920-1965) roi d'Égypte (1936-1952) et du Soudan (1951-1952)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Roi d'Égypte (1936-1952), né le 11 février 1920 au Caire, mort le 18 mars 1965 à Rome. Farouk, en arabe F̄ar̄uq al Awwal, fils et successeur du roi Fuad I er , fait ses études en Égypte et en Angleterre. Il est couronné en 1936. Une fois roi, il perpétue les rivalités qui opposaient son père au parti populaire du Wafd, avec lequel il est en conflit sur de nombreux sujets, comme les fonctions adm […] Lire la suite

GAZA BANDE DE

  • Écrit par 
  • Olivier CARRÉ
  •  • 1 098 mots
  •  • 1 média

La bande de Gaza s'étire sur quelque 55 kilomètres et couvre 363 kilomètres carrés. La délimitation de ce territoire est, au sud, héritée du tracé du mandat britannique sur la Palestine en 1922 ; au nord et à l'est, elle est imposée par la ligne de démarcation fixée par l'armistice entre Israël et l'Égypte le 24 février 1949. Le plan de partage du 29 novembre 1947 adopté à l'O.N.U. prolongeait cet […] Lire la suite

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 317 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La révolution du 14 juillet 1958 »  : […] Sous la couronne hāchémite, la situation intérieure de l'Irak a considérablement évolué, entraînant une modification sensible du rapport des forces politiques : le pouvoir n'appartient pas au roi – Fayçal II a atteint sa majorité le 2 mai 1953  – mais toujours au régent Abdulillah et surtout à Nouri Pacha Saïd. Le Parlement, docile, est neutralisé, les gouvernements se succèdent les uns aux autres […] Lire la suite

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 723 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les guerres avec les pays arabes »  : […] Dans une très large mesure, l'histoire d'Israël est avant tout l'histoire de ses guerres : guerre d'Indépendance (1948-1949), campagne du Sinaï (1956), guerre de Six Jours (juin 1967) suivie de la guerre d'usure sur le canal de Suez (de septembre 1968 à août 1970), guerre du Kippour (octobre 1973), opération du Liban (appelée en Israël « opération paix pour la Galilée ») à partir de juin 1982 , s […] Lire la suite

JORDANIE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT
  •  • 19 647 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « De crises en complots »  : […] Aussitôt installé sur le trône, le roi Hussein s'efforce d'imposer, bon gré mal gré, son autorité sur ses propres sujets et surtout sur ceux, Palestiniens, qui ont trouvé refuge de l'autre côté du Jourdain. Cette autorité va devenir incontestable sinon incontestée. Seule la complexité des liens de toutes sortes, affectifs ou intéressés, qui se sont tissés entre le Palais et l'extérieur, peut expli […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anouar ABDEL-MALEK, « NASSER GAMAL ABDEL- - (1918-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gamal-abdel-nasser/