FRUSTRATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La construction du concept

Le retour à Freud, en ce qui concerne l'occurrence et l'usage d'un concept de la frustration, est loin de décevoir. C'est principalement durant la décennie 1908-1918 qu'il est mis en chantier. On verra que son apparition est liée à deux mutations : d'une part celle qu'entraîne la production du concept de « pulsion », à partir de 1905, et d'autre part celle qu'implique l'abandon de l'étiologie traumatique.

Quant à son usage, il permet de souligner la dimension de la demande, concept seulement opératoire chez Freud, comme de mettre en place le domaine du fantasme. C'est précisément en ces deux points que le discours de Lacan s'enracine, pour prendre acte aussi bien de ce qu'implique la différence entre privation et frustration que de ce qui permet d'en articuler les termes, à savoir la castration.

L'occurrence du concept

Il n'est pas indifférent que le terme de Versagung ne soit thématisé par Freud qu'en 1908 ; car le texte où il apparaît pour la première fois indique une solution du problème de son origine. Il s'agirait, cette fois, non plus seulement d'un effet du raisonnement généalogique, mais d'un effet historiquement situable de l'importation du modèle énergétique en psychanalyse. Il importe d'en juger sur pièces.

Le modèle énergétique

Freud écrit, dans Moralité sexuelle « civilisée » et nervosité moderne  : « Il nous semble que la constitution innée de chaque individu décide en dernier chef de la mesure dans laquelle une partie de sa pulsion sexuelle pourra être sublimée et réutilisée. En sus, les effets de l'expérience et les influences intellectuelles sur son appareil psychique parviennent à amener la sublimation d'une nouvelle partie de la pulsion. Mais étendre indéfiniment ce procès de déplacement n'est certainement pas possible, tout comme n'est pas indéfiniment possible la transformation de la chaleur en énergie mécanique dans no [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

  • : psychanalyste, ancien élève de l'École normale supérieure, membre fondateur des Cartels constituants de l'analyse freudienne

Classification


Autres références

«  FRUSTRATION  » est également traité dans :

ADOLESCENCE

  • Écrit par 
  • Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI, 
  • Universalis
  •  • 2 657 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Restrictions au mouvement physique »  : […] Les adolescents passent un nombre incalculable d'heures à faire des choses qu'ils préféreraient ne pas faire, que ce soit à travailler pour gagner leur vie dans les pays pauvres et en développement, ou, dans les pays riches, à rester derrière une table d'école à ingérer des informations et des concepts qui leur semblent souvent abstraits ou inutiles. Ce sentiment de frustration peut être accru ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolescence/#i_8316

BION WILFRED R. (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 4 813 mots

Dans le chapitre « La psychose »  : […] Bion a élaboré ses conceptions concernant la psychose pendant les années 1950-1962 et les a explicitées dans Second Thoughts (1967). Il reprend au modèle de l'appareil psychique, présenté par Freud dans l'aporétique chapitre VII de L'Interprétation des rêves (1900), le thème de la conscience comme organe de perception périphérique, en double contact, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilfred-r-bion/#i_8316

INTERPRÉTATION

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA
  •  • 6 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'objet de l'interprétation »  : […] On en vient alors à se poser une dernière question : qu'est-ce qui est interprété ? La réponse n'est sans doute pas facile si l'on veut désigner des contenus précis, par exemple les productions de l'inconscient : rêves, fantasmes, lapsus. En fait, on s'aperçoit bien vite que la définition de l'interprétation en psychanalyse ne peut se satisfaire de la référence exclusive au symbole. Il faut ici re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interpretation/#i_8316

PRIVATION

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 102 mots

Confondre manque et privation revient à occulter la distinction soulignée par Kant dans l' Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative entre opposition logique et opposition réelle. La connexion logique n'a guère de conséquence réelle : elle comporte une négation sans position, le « manque » consistant en un simple « défaut » d'être. Ainsi un corps en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/privation/#i_8316

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques NASSIF, « FRUSTRATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frustration/