PRIVATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Confondre manque et privation revient à occulter la distinction soulignée par Kant dans l'Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative entre opposition logique et opposition réelle. La connexion logique n'a guère de conséquence réelle : elle comporte une négation sans position, le « manque » consistant en un simple « défaut » d'être. Ainsi un corps en repos n'est point en mouvement, par suite d'une absence de force motrice.

Mais dans la connexion réelle, les deux prédicats sont opposés sans contradiction. Aussi la conséquence constitue-t-elle un objet réel : la négation est position d'être. Lorsque par exemple deux forces agissent sur un même corps, elles se détruisent, se multiplient ou se neutralisent. Cependant, la destruction d'un principe positif est toujours due à l'action d'un principe positif ; et la « privation » résulte toujours d'une « raison ».

Alors donc que le manque apparaît seulement sous le regard étranger qui le fait surgir comme tel, la privation constitue le symptôme d'un conflit entre puissances de signes opposés, dont l'une vient à l'emporter sur l'autre. Le manque fait l'objet d'un constat logique, la privation au contraire exige la mise en œuvre d'une cause effective ; elle n'est concevable qu'au sein d'un système orienté, et seul le caractère incompatible des fins en jeu explique le « sacrifice » que constitue la privation.

À ce niveau sont encore mises entre parenthèses les notions de justice et de responsabilité. De l'abstinence volontaire à la restriction imposée, la privation couvre le champ entier des motifs, depuis les plus privés jusqu'aux plus publics. Dès lors la privation se trouve à interpréter, et l'on peut mettre davantage l'accent sur l'aspect positif qu'elle révèle « en creux », ou bien au contraire sur le caractère négatif qui en est la marque la plus évidente, immédiatement sensible sous la forme de déplaisir. Dans ce dernier cas, l'affect s'accompagnant toujours ici d'une représentation d'ordre causal, il s'agit d'expliquer les formes prises par ce déplaisir, du deuil à la mélancolie, de la colère à la révolte, de l'angoisse à la joie.

De toute évidence, la privation ne se réfère pas tant, en effet, à la satisfaction des besoins qu'aux types de rapports entretenus par l'individu avec le monde extérieur : ce qui apparaît comme « privation » à l'un n'est point du tout nécessairement ressenti comme tel par l'autre ; bien plus, tout se passe comme si la privation engendrait la souffrance dans la mesure seulement où elle parvient à donner corps à l'illusion suivant laquelle le désir humain serait complètement représenté dans un objet. Le « soleil noir de la mélancolie » paraît au ciel du psychotique, lorsque précisément le moi se trouve éclipsé par un objet dont il ne sait rien, hormis le fait qu'il possède un éclat invincible à l'effort d'appropriation du sujet. Tout se passe donc comme si, le possible ne se définissant qu'à rebours, la satisfaction, c'est-à-dire l'absence de privation, n'était pensable qu'au futur antérieur.

Le problème est alors de comprendre comment le sujet est conduit à placer sa libido sur un objet externe, et pourquoi il est contraint à sortir du narcissisme primitif. « Un solide égoïsme, écrit Freud, préserve de la maladie ; mais à la fin l'on doit se mettre à aimer, pour ne pas tomber malade ; et l'on doit tomber malade, lorsque l'on ne peut aimer, par suite de privation (Versagung). » Ainsi, la privation absolue peut constituer au même titre que la privation partielle un élément pathogène. Comme le souligne Freud, les hommes tombent malades « aussi souvent » lorsqu'ils renoncent à un idéal que lorsqu'ils veulent à tout prix l'atteindre.

Un facteur quantitatif entre ici en jeu : quand l'investissement du moi a dépassé une certaine mesure, la situation devient dangereuse ; c'est dire que l'essence de la privation n'est pas à chercher uniquement à l'intérieur ou à l'extérieur du sujet, dans sa seule constitution ou dans le seul destin ; mais que les moments endogènes et exogènes constituent les limites de séries qualifiées par Freud « séries de complémentation » (Ergänzungsreihe), au confluent desquelles se trouve produite une « situation psychique déterminée », dont l'explication peut être reconstituée.

Le paradoxe tient ici à la permanence d' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRIVATION  » est également traité dans :

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Albanie face aux réalités économiques du marché mondial »  : […] Après trois années de croissance ralentie, 1979 était considérée comme la « meilleure année » du sixième plan, marqué par la rupture de l'aide chinoise. L'Albanie occupait alors le troisième rang mondial pour la production de chrome et le deuxième pour l'exportation de ce dernier. La construction de l'usine du Mat permettait l'exportation d'un nouveau produit, le ferrochrome. Une usine de fonte é […] Lire la suite

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Du bonheur manqué au divertissement »  : […] Le bonheur est désirable, montrait Aristote, suprêmement désirable, et c'est ce qui le définit. Mais qu'est-ce que le désir ? Platon, dans Le Banquet , avait déjà répondu. Le désir est manque  : « Celui qui désire désire une chose qui lui manque et ne désire pas ce qui ne lui manque pas. » Comment désirer être grand ou fort quand on l'est déjà ? Tout au plus peut-on désirer être plus grand ou pl […] Lire la suite

FRUSTRATION

  • Écrit par 
  • Jacques NASSIF
  •  • 7 788 mots

Dans le chapitre « Analyse lexicographique »  : […] La frustration désigne un état consécutif à la perte d'un objet ou au fait qu'un obstacle s'interpose qui empêche la « prise » et relance la « chasse ». C'est dire que ce mot risque de devoir assumer le paradoxe qui fait préférer la chasse sans la prise à la prise sans la chasse. Il n'est donc pas si sûr que la satisfaction d'un besoin mette un terme à ce qu'il faut entendre comme étant la frus […] Lire la suite

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 258 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un processus psychologique »  : […] C'est en effet le même terme de nostalgie ( Sehnsucht ) que reprend Freud pour désigner également une aspiration intense issue le plus souvent de satisfactions passées auxquelles le sujet n'a pu totalement renoncer, telles par exemple les satisfactions sexuelles qui sont attachées aux zones érogènes infantiles et que le sujet a dû abandonner au profit de la seule satisfaction génitale. Dans c […] Lire la suite

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 815 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Kant »  : […] Kant a introduit, à l'état de thème philosophique explicite, le concept d'opposition polaire, de couples de contraires contrastés. Cette innovation apparaît tout d'abord dans le cadre de sa réflexion critique sur les principes de la physique newtonienne ( Histoire générale de la nature et théorie du ciel , 1755). Elle s'enrichit ultérieurement par extension à d'autres champs de phénomènes, en part […] Lire la suite

Les derniers événements

10-18 février 2022 France. Annonce du programme énergétique du président Emmanuel Macron.

Il évoque la nécessité, en trente années, de « baisser de 40 % nos consommations d’énergie », non par « la privation », mais par « l’innovation », et de marier les énergies renouvelables et le nucléaire afin de produire « davantage d’électricité décarbonée ». Le développement des premières a « pris du retard », admet-il, prévoyant de décupler la production d’énergie solaire d’ici à 2050 et d’installer une « cinquantaine de parcs éoliens en mer [tout en] étalant dans le temps » le développement de l’éolien terrestre. […] Lire la suite

5-31 août 2021 France. Annonce de nouvelles mesures sanitaires et économiques.

Il censure toutefois l’obligation d’isolement pendant dix jours de toute personne testée positive à la Covid-19, cette « privation de liberté » ne pouvant être appliquée sans que l’autorité judiciaire ou administrative ne soit en mesure d’apprécier « la situation personnelle » de l’intéressé. Il annule également la possibilité de rompre un contrat de travail à durée déterminée (CDD) ou une mission d’intérim pour cause de non-présentation du passe sanitaire, cette mesure créant « une différence de traitement […] sans lien avec l’objectif poursuivi » entre les titulaires des différents types de contrats de travail. […] Lire la suite

8-10 juin 2021 France. Gifle infligée au président Emmanuel Macron.

La peine est accompagnée de l’interdiction définitive d’exercer une fonction publique et de la privation des droits civils, civiques et familiaux pour trois ans. […] Lire la suite

28 mai 2021 France. Condamnation des frères Jean-Noël et Alexandre Guérini.

Ce dernier est condamné à six ans de prison, la privation de ses droits civils et civiques et l’interdiction de diriger une société pendant cinq ans, pour avoir orchestré le trucage de marchés publics. Sept autres prévenus sont condamnés à des peines de prison et des amendes.  […] Lire la suite

21 janvier 2021 France. Condamnation de l'ancien député Jean-Pierre Maggi.

Le tribunal correctionnel de Marseille condamne Jean-Pierre Maggi, ancien député et ancien maire (PS) de Velaux (Bouches-du-Rhône), à trente mois de prison dont vingt-quatre avec sursis et cinq ans de privation des droits civils et civiques pour, notamment, « prise illégale d’intérêts », « favoritisme » et « détournement de fonds publics », en relation avec des faits de clientélisme et de népotisme. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, « PRIVATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/privation/