KEKULE VON STRADONITZ FRIEDRICH AUGUST (1829-1896)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La figuration graphique de l'architecture moléculaire

Ce pouvoir heuristique de l'hexagone kékuléen appelle quelques commentaires. Kekulé, de son propre aveu, aurait eu la vision de ses édifices moléculaires dans des états de rêverie, durant lesquels il apercevait les atomes mobiles s'associer selon leurs affinités, l'anneau benzénique se refermant « comme un serpent qui se mord la queue ». À partir de 1859, semble-t-il, il donna forme schématique aux produits de cette imagerie mentale ; les atomes monovalents y sont figurés par des cercles, les autres, par des sortes de cordons, dont la longueur est proportionnelle à l'atomicité. Il en résulte une occupation figée de l'espace qui répond à sa tenace conception de l'atomicité fixe de chaque élément ; il en résulte encore un mode d'accolement compact bien différent des figurations plus abstraites et purement relationnelles d'un Alexandre Crum Brown (1864), fondées sur la représentation des liaisons émanant de centres atomiques, plus conformes aux diagrammes modernes ; on peut mettre sur le compte de sa formation initiale d'architecte le parti qu'adopta d'abord Kekulé pour représenter comme une organisation volumineuse les unités moléculaires. Son intérêt pour les formules graphiques le porta à critiquer les schématismes de Crum Brown auxquels il reprochait de ne pas rendre compte de la « véritable » disposition spatiale des liaisons, et il proposa en 1867 l'utilisation de modèles tridimensionnels de l'atome de carbone, dans lesquels les quatre unités d'affinité, arrangées symétriquement, définissent les sommets d'un tétraèdre et permettent une représentation « réaliste » des liaisons insaturées entre carbones. Mais Kekulé méconnaît les propriétés de cette image tétraédrique qui se révèlera si féconde comme modèle du carbone asymétrique dans l'interprétation de l'isomérie optique, ou encore dans l'« explication » de l'isomérie géométrique éthylénique, illustrée par les dispositions cis- et trans- du couple maléique-fumarique.

Cependant, l'arrangement structural que postule Kekulé n'est pas statique ; dans ses visions l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  KEKULE VON STRADONITZ FRIEDRICH AUGUST (1829-1896)  » est également traité dans :

AROMATICITÉ

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 4 724 mots
  •  • 2 médias

Peu de notions sont aussi fondamentales et aussi souvent utilisées que celle d'aromaticité ; cependant c'est une des moins claires et des plus difficiles à préciser. Elle tire son origine de faits chimiques qui font apparaître d'étroites parentés entre certaines molécules. Ce fut Kekulé qui, le premier, reconnut, il y a plus de cent ans, une analogie entre diverses substances extraites d'huiles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aromaticite/#i_25087

COUPER ARCHIBALD SCOTT (1831-1892)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 440 mots

Chimiste écossais né et mort à Kirkintilloch, près de Glasgow. Après des études littéraires et philosophiques à Glasgow puis à Édimbourg, Archibald Scott Couper part en 1854 pour Berlin où il s'initie à la chimie. En 1856, il va travailler à Paris dans le laboratoire de Charles Adolphe Wurtz (1817-1884). En 1858, de retour à Édimbourg, Couper y est quelque temps assistant de chimie à l'université […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archibald-scott-couper/#i_25087

ISOMÉRIE, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 787 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les avancées de Kekulé et de Lewis »  : […] En 1865, Friedrich August Kekulé von Stradonitz émit l'hypothèse que les molécules dites aromatiques avaient en commun le cycle benzénique C 6 A 6 , où A est un atome quelconque. La notion de molécule cyclique, d'une chaîne refermée sur elle-même, venait élargir le champ de la structure moléculaire. L'hypothèse de Kekulé allait de pair avec la structure qu'il avançait pour la molécule de benzène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isomerie-chimie/#i_25087

VALENCE, chimie

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 223 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La polyatomicité »  : […] On assigne généralement à Edward Frankland le mérite d'avoir, le premier, explicité la notion de valence. Dans un article de 1852, où il rend compte de la préparation de composés organométalliques du zinc, de l'étain et du mercure, il en compare la constitution à celle des dérivés cacodyliques et stilbéniques, et induit de la symétrie des formules que « le pouvoir de combinaison de l'élément att […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valence-chimie/#i_25087

Pour citer l’article

Jacques GUILLERME, « KEKULE VON STRADONITZ FRIEDRICH AUGUST - (1829-1896) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-august-kekule-von-stradonitz/