KEKULE VON STRADONITZ FRIEDRICH AUGUST (1829-1896)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le noyau benzénique

Les publications de Kekulé, en 1865 et 1866, sur la constitution du benzène et des substances aromatiques consacrent la validité de ses vues sur la chimie structurale et composent l'un des plus brillants monuments de prédictions dans l'histoire de la chimie. Ces textes introduisent les notions désormais classiques de « chaîne fermée », de « noyau » et de « chaîne latérale ». Tout ce qu'énonce Kekulé en cette occasion a été sanctionné par l'expérience, et les objections qu'on lui fera ont été infirmées. Les dérivés de substitution prévus par la théorie ont été successivement identifiés. La constitution qu'il suppose pour le benzène C6H6 implique l'équivalence des six affinités insaturées ; il en infère le nombre de dérivés de substitution contenant 1, 2, 3, etc., substituants identiques, en fonction des relations d'isomérie possibles. Si l'on pouvait s'attendre à l'existence de 3 dérivés C6H3X3, on devait encore prévoir 6 composés différents de formule brute C6H3X2Y, toutes prédictions qui s'accomplirent exactement. La fécondité de la théorie structurale fut démontrée par l'essor de l'industrie des dérivés benzoliques qui a façonné maints traits de notre civilisation matérielle. Une adresse de la Chemical Society à l'occasion de la Benzolfeier célébrée en l'honneur de Kekulé, proclamait que sa « théorie trouva la chimie des dérivés immédiats du benzène comme un champ à peu près vide ; elle l'a transformée en une province fertile, à laquelle furent annexées des provinces dont l'existence même était inconnue ». Et, en 1898, F. R. Japp pouvait surenchérir et louer le génie de Kekulé, par les immenses conséquences d'un simple symbolisme graphique : « Une formule, consistant en quelques symboles chimiques jetés sur le papier, joints par des lignes, a fourni travail et inspiration à toute une génération d'organiciens, et sert de guide à la plus complexe des industries ».

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KEKULE VON STRADONITZ FRIEDRICH AUGUST (1829-1896)  » est également traité dans :

AROMATICITÉ

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 4 724 mots
  •  • 2 médias

Peu de notions sont aussi fondamentales et aussi souvent utilisées que celle d'aromaticité ; cependant c'est une des moins claires et des plus difficiles à préciser. Elle tire son origine de faits chimiques qui font apparaître d'étroites parentés entre certaines molécules. Ce fut Kekulé qui, le premier, reconnut, il y a plus de cent ans, une analogie entre diverses substances extraites d'huiles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aromaticite/#i_25087

COUPER ARCHIBALD SCOTT (1831-1892)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 440 mots

Chimiste écossais né et mort à Kirkintilloch, près de Glasgow. Après des études littéraires et philosophiques à Glasgow puis à Édimbourg, Archibald Scott Couper part en 1854 pour Berlin où il s'initie à la chimie. En 1856, il va travailler à Paris dans le laboratoire de Charles Adolphe Wurtz (1817-1884). En 1858, de retour à Édimbourg, Couper y est quelque temps assistant de chimie à l'université […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archibald-scott-couper/#i_25087

ISOMÉRIE, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 787 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les avancées de Kekulé et de Lewis »  : […] En 1865, Friedrich August Kekulé von Stradonitz émit l'hypothèse que les molécules dites aromatiques avaient en commun le cycle benzénique C 6 A 6 , où A est un atome quelconque. La notion de molécule cyclique, d'une chaîne refermée sur elle-même, venait élargir le champ de la structure moléculaire. L'hypothèse de Kekulé allait de pair avec la structure qu'il avançait pour la molécule de benzène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isomerie-chimie/#i_25087

VALENCE, chimie

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 223 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La polyatomicité »  : […] On assigne généralement à Edward Frankland le mérite d'avoir, le premier, explicité la notion de valence. Dans un article de 1852, où il rend compte de la préparation de composés organométalliques du zinc, de l'étain et du mercure, il en compare la constitution à celle des dérivés cacodyliques et stilbéniques, et induit de la symétrie des formules que « le pouvoir de combinaison de l'élément att […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valence-chimie/#i_25087

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques GUILLERME, « KEKULE VON STRADONITZ FRIEDRICH AUGUST - (1829-1896) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-august-kekule-von-stradonitz/