COUPER ARCHIBALD SCOTT (1831-1892)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste écossais né et mort à Kirkintilloch, près de Glasgow. Après des études littéraires et philosophiques à Glasgow puis à Édimbourg, Archibald Scott Couper part en 1854 pour Berlin où il s'initie à la chimie. En 1856, il va travailler à Paris dans le laboratoire de Charles Adolphe Wurtz (1817-1884). En 1858, de retour à Édimbourg, Couper y est quelque temps assistant de chimie à l'université mais, très vite, il va présenter un très grave état dépressif. Il ne se rétablira jamais complètement et souffrira d'une grande fragilité mentale jusqu'à sa mort.

Au début de 1858, Couper demande à Wurtz, dans le laboratoire duquel il travaille alors, de présenter devant l'Académie des sciences une note intitulée Sur une nouvelle théorie chimique dans laquelle il énonçait les deux principes suivants :

1. La valence de l'atome de carbone – Couper parle de « pouvoir de combinaison » – est de 2 comme dans l'oxyde de carbone CO ou de 4 comme dans le gaz carbonique CO2 ;

2. L'atome de carbone peut entrer en combinaison avec lui-même en conduisant aux différentes combinaisons organiques.

Dans sa note, Couper représente les composés organiques en utilisant des lignes pointillées pour représenter les interactions entre atomes unis entre eux, c'est-à-dire les liaisons chimiques, même si Couper n'utilise pas ce terme.

Wurtz, qui n'est pas encore académicien, tarde à trouver un chimiste membre de l'Académie pour présenter cette note. Entre-temps paraît un article de Friedrich August Kekulé (1829-1896) daté du 19 mai 1858 qui présente les mêmes conclusions que celles auxquelles Couper était parvenu, à la différence près que Kekulé postule une quadrivalence constante pour l'atome de carbone.

Couper reprend sa note et demande à Jean-Baptiste Dumas (1800-1884) de la présenter à l'Académie des sciences. Elle paraît le 14 juin 1858. Kekulé réplique aussitôt en soulignant son antériorité de publication (26 jours) et en proclamant la supériorité de son travail sur celui de Couper !

Couper a une vive discussion avec Wurtz, quitte son laboratoire, ne répond pas à Kekulé et retourne en Écosse pour y terminer trente-quatre ans plus tard sa vie, ignoré par la plupart des chimistes. Et pourtant ce jeune chimiste écossais, dont on a dit qu'il avait traversé l'histoire de la chimie comme un météore, partage avec Kekulé la paternité des deux principes qui sont à la base des théories structurales de la chimie organique.

—  Georges BRAM

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud-XI-Orsay

Classification

Pour citer l’article

Georges BRAM, « COUPER ARCHIBALD SCOTT - (1831-1892) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/archibald-scott-couper/