FRÈRES MUSULMANS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Association des Frères musulmans est née à Ismaïlia, en Égypte, en 1928. Son fondateur, Hasan al-Bannā’, n'est pas un ouléma, mais un simple instituteur très affecté par la domination anglaise sur son pays et les influences, jugées corruptrices, de l'Occident matérialiste. Sa prise de conscience de la nécessité d'une renaissance islamique en Égypte s'inscrit dans la postérité intellectuelle des réformistes musulmans, pour qui le principal remède au déclin des sociétés arabes réside dans le retour au modèle des pieux ancêtres. Mais la pensée de Bannā’ introduit une rupture dans la tradition sunnite en faisant du pouvoir politique l'un des piliers de l'islam. Cette politisation nouvelle de l'islam a nourri depuis lors l'ensemble de la mouvance islamiste.

Les Frères musulmans entendent instaurer le règne de la Loi de Dieu (shari‘ā). Leur mot d'ordre fondamental : « Le Coran est notre Constitution », implique le recours aux rares notions politiques contenues dans le Livre. Ainsi le pouvoir exécutif sera-t-il confié à un calife émanant de la communauté (umma) qui devra prendre conseil (shura) auprès d'un certain nombre de ulama et de notables. En matière économique, les Frères prônent l'interdiction de l'usure et le remplacement de l'impôt sur le revenu par l'aumône légale (zakat). Le puritanisme qu'ils revendiquent rejette la mixité, l'alcool et les jeux de hasard. Les Frères attachent du reste plus d'importance à la réforme morale de la société qu'à l'élaboration d'un véritable programme politique, comme si la seule vertu des hommes garantissait le fonctionnement harmonieux de la communauté.

Les cellules de l'Association se multiplient en Égypte, mais aussi au Soudan et dans l'ensemble du Proche-Orient, et le groupe se dote d'une branche militaire, l'Organisation secrète. La participation active des Frères à la guerre de Palestine en 1948 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales, Paris

Classification


Autres références

«  FRÈRES MUSULMANS  » est également traité dans :

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 453 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Renaissance de l'activisme régional saoudien à l'heure des « printemps arabes » »  : […] maintiennent de nombreux liens de patronage avec des politiciens locaux. De même, l'Arabie Saoudite maintient des contacts avec les Frères musulmans égyptiens, qui profitent du changement de régime au Caire pour parvenir au pouvoir, mais elle reste très méfiante vis-à-vis de ces acteurs (qu'elle a souvent accueillis en exil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabie-saoudite/#i_31666

BEN LADEN OUSSAMA (1957-2011)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FILIU
  •  • 906 mots
  •  • 1 média

une école privée pour expatriés de Djeddah, est secrètement initié par l'un de ses enseignants syriens à la doctrine des Frères musulmans, dont il devient dès l'adolescence un militant actif. En 1974, il épouse une cousine maternelle, Najwa Ghanem, âgée de quatorze ans, qui lui donnera onze enfants, dont l'aîné, Abdallah, lui a valu son surnom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oussama-ben-laden/#i_31666

ÉGYPTE - L'Égypte coloniale

  • Écrit par 
  • Nada TOMICHE
  •  • 6 526 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Triomphe du nationalisme »  : […] de nombreux partis de toutes tendances. Le plus important est le groupement des «  Frères musulmans », créé en 1929. Nationaliste et anglophobe, il réussit mieux que les autres partis à s'organiser et à encadrer ses membres dans les innombrables « cellules » qui quadrillent le royaume, à former les adhérents et les cadres de l'avenir, parmi les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-l-egypte-coloniale/#i_31666

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 092 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Transition politique ou contre-révolution ? »  : […] Ensuite et surtout, ce scrutin est historique au vu de ses résultats : le parti Liberté et Justice des Frères musulmans remporte 235 des 498 sièges (soit 45 p. 100 des sièges), tandis que les salafistes, conduits par le parti Al Nour, en obtiennent 125 (25 p. 100). Les mouvements issus de la révolution, ainsi que les courants dits « libéraux » sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-l-egypte-republicaine/#i_31666

ÉMIRATS ARABES UNIS

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 6 016 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une vie politique atone »  : […] de pétitions parmi les intellectuels des émirats, occasionnant des arrestations. Après les printemps arabes, le régime émirati manifeste une méfiance vis-à-vis des Frères musulmans, car ils sont des acteurs politiques organisés en quasi-parti, avec des liens transnationaux (depuis la maison mère égyptienne), donc potentiellement dangereux pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emirats-arabes-unis/#i_31666

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les fondamentalistes sunnites »  : […] La mouvance islamiste centriste tourne dans le monde arabe sunnite autour de l'organisation des Frères musulmans (F.M.), fondée en Égypte en 1928 par Hassan Al Banna et qui a essaimé en Syrie, en Palestine, au Soudan, au Koweït, en Jordanie et au Yémen. Dans le sous-continent indien, c' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-islam-et-politique/#i_31666

JORDANIE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT
  •  • 19 645 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La crise du Golfe »  : […] à l'occasion d'un remaniement ministériel (1er janv. 1991), les Frères musulmans entrent au gouvernement où ils détiennent cinq portefeuilles, dont ceux du Développement social et de l'Éducation. Un consensus forcé s'est instauré autour du roi lequel, pour avoir manifesté sa solidarité à l'égard de l'Irak et avoir partiellement démocratisé la vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jordanie/#i_31666

MOUBARAK HOSNI (1928-    )

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN
  •  • 1 678 mots
  •  • 1 média

par les manifestations, la répression policière et de nombreuses arrestations parmi les Frères musulmans, lesquels constituent la première force politique de mobilisation. Pour autant, les nouvelles dispositions annoncées relèvent avant tout de mesures cosmétiques plutôt que d'une amorce de réformes, et visent essentiellement à rassurer la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hosni-moubarak/#i_31666

MUSULMAN DROIT

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 4 410 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « Nahda » (la renaissance) »  : […] essentielle pour comprendre l'apparition des partis ou des associations musulmanes de réforme des mœurs. L'organisation des Frères musulmans, fondée en 1928 par Hassan al-Banna (1906-1949), s'inscrit dans la continuité de la Nahda, tout en devenant le prototype des futurs partis « islamistes », désireux de réislamiser la société par le bas, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-musulman/#i_31666

NIMEYRI ou NIMAYRI ou NEMEYRI MUHAMMAD JAAFOR AL- (1930-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 576 mots

Au début des années 1980, sous l'influence des Frères musulmans, il remet en cause l'accord de 1972 et décide en septembre 1983 d'appliquer la charia dans tout le pays. Ces mesures lui attirent l'hostilité d'une grande partie des Soudanais du sud, majoritairement chrétiens ou animistes, et relance le conflit. En avril 1985, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nimeyri-nimayri-nemeyri/#i_31666

OSMAN MUHAMMAD FATHI (1928-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 286 mots

Muhammad Fathi Osman naît le 17 mars 1928 à Minya, en Égypte. Durant sa jeunesse, il rejoint l'organisation fondamentaliste des Frères musulmans et collabore à leur hebdomadaire ; il quitte ce mouvement dans les années 1950. Après avoir publié Al-Fikr al-Islami wa-al-tatawwur (« La Pensée islamique et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muhammad-fathi-osman/#i_31666

PRINTEMPS ARABE ou RÉVOLUTIONS ARABES

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 8 179 mots

Dans le chapitre « Reconstruire un système »  : […] la famille Moubarak. Parmi les forces politiques en présence dans la transition, les Frères musulmans sont actifs et les mieux organisés, mais ils sont affaiblis par des clivages internes dus au nouveau pluralisme, et par la concurrence d'autres groupes islamistes (salafistes). Le C.S.F.A., soucieux d'un retour à la normalité, peut être tenté de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/printemps-arabe-revolutions-arabes/#i_31666

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 333 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Protestations islamistes »  : […] variables dans ses modalités d'action. La mouvance la plus radicale est issue de la pensée de Sayyid Qutb, théoricien des Frères musulmans exécuté sous Nasser et très influencé par les analyses de Mawdūdi. Ses adeptes jettent l'anathème (takfīr) sur l'État, accusé de retour à l'ignorance des temps pré-islamiques (jāhiliyya), et construisent l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proche-et-moyen-orient-contemporain/#i_31666

SADATE ANOUAR EL- (1918-1981)

  • Écrit par 
  • Rémy LEVEAU
  •  • 2 529 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La succession de Nasser »  : […] de « ni guerre ni paix » avec Israël. Les déclarations du président sur 1'« année de la décision » font rire tout le pays. Pour contrer le courant de gauche qui le défie au sein des universités, il donnera bientôt le champ libre aux divers mouvements issus des Frères musulmans qu'appuient au même moment le Koweït et l'Arabie Saoudite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anouar-el-sadate/#i_31666

SALAFISME

  • Écrit par 
  • Cyrille AILLET
  •  • 4 368 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La genèse des salafismes contemporains »  : […] constitution du salafisme fut franchie dans l’entre-deux-guerres et dans les années 1960. La formation en Égypte de la confrérie des Frères musulmans par Hassan al-Banna (1906-1949), en 1928, contribua à populariser les mots d’ordre du salafisme sur la scène publique grâce à la prédication, à l’action politique et à la création d’un réseau d’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salafisme/#i_31666

SOUDAN

  • Écrit par 
  • Alain GASCON, 
  • Roland MARCHAL
  •  • 10 539 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'instabilité des régimes libéraux (1956-1969) »  : […] situation paradoxale. D'une part, elle manifeste l'arrivée dans le champ politique des Frères musulmans regroupés sous la houlette de Hassan al-Tourabi, diplômé de la Sorbonne et enseignant à l'université de Khartoum. Jusqu'alors, les Frères musulmans ont surtout cultivé leur influence sociale mais se sont tenus le plus souvent à l'écart du débat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soudan/#i_31666

SOUDAN DU SUD

  • Écrit par 
  • Alain GASCON, 
  • Roland MARCHAL
  • , Universalis
  •  • 6 582 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Vers le retour de la guerre »  : […] la viabilité du régime de Nimeyri, le retour sur la scène politique, en 1977, des Frères musulmans dirigés par Hassan al-Tourabi et du grand parti Oumma de l'ancien Premier ministre, Sadeq al-Mahdi, constitue un tournant pour Nimeyri. Celui-ci parie alors sur son alliance avec les pays du Golfe, pour son développement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soudan-du-sud/#i_31666

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 34 145 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Baassistes, militaires et alaouites »  : […] islamique (l'islam n'est pas religion d'État), perceptible depuis 1976, et dont les Frères musulmans sont les principaux artisans (massacre d'Alep, le 16 juin 1979, et émeutes de Lattaquié des 30 et 31 août 1979), et l'opposition laïque (l'Union socialiste arabe d'abord), à l'audience populaire limitée mais présente dans les milieux intellectuels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie/#i_31666

YÉMEN

  • Écrit par 
  • Laurent BONNEFOY, 
  • André BOURGEY, 
  • Serge CLEUZIOU
  •  • 14 218 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le « tournant révolutionnaire » »  : […] effectif du président Hadi. Leur coup de force entraîne une marginalisation des soutiens islamistes sunnites de ce dernier, en particulier les Frères musulmans du parti Al-Islah. Hadi, acculé, annonce en janvier 2015 sa démission, qui est refusée par les houthistes et qui n’est pas validée par les parlementaires, comme l’exige la Constitution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yemen/#i_31666

Pour citer l’article

Nadine PICAUDOU, « FRÈRES MUSULMANS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/freres-musulmans/