CHATEAUBRIAND FRANÇOIS RENÉ DE (1768-1848)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quelle image de l'écrivain et de l'homme ?

Comme écrivain, Chateaubriand a le goût classique ; ses admirations poétiques vont à Ducis, Parny, Delille, J.-B. Rousseau. Poète lui-même, il versifie comme eux dès ses « Tableaux de la nature » (1789-1790) ; dramaturge, il définit son Moïse, écrit en 1811, comme « un ouvrage strictement classique », et c'en est la meilleure critique. Ce sont là des sections mortes de son talent. À ce qu'il appelle également un « reste de [s]es préjugés classiques » (Mémoires d'outre-tombe, XVIII, vi) se rattache encore l'emploi pénible du merveilleux chrétien dans Les Martyrs, qu'il se reprocha trop tard comme un manque de naturel. Même dans les Mémoires, son goût de la rhétorique le pousse à « abîmer » ce que son écriture peut avoir de spontanément intime et simple (comme on le voit dans certaines de ses lettres) par des alourdissements discutables, même s'ils sont hautement significatifs ; ainsi le chapitre x du IIIe livre, rédigé en 1817, ne peuple les songes de l'adolescent que d'une « fille enchantée ». C'est dans la révision de 1832-1833 que Chateaubriand enrichit l'imagerie d'allusions mythologiques et donne à son fantôme ce nom de « sylphide » rendu fameux au même moment par le ballet où brillait l'inégalée Taglioni. Le rêve bien simple d'autrefois disparaît presque sous le flamboiement d'un style très (trop ?) « littéraire ». On peut aimer un Chateaubriand moins apprêté, moins ornemental.

Autre pan de son œuvre à avoir mal vieilli : les digressions. Compilateur abondant comme on l'était à son époque, et d'ailleurs parfois imprudent dans ses emprunts à des sources non vérifiées, Chateaubriand est « homme de lettres » dans des circonstances où le lecteur moderne le voudrait concis et surtout plus personnel. Dans sa première pièce de vers imprimée, « L'Amour de la campagne » (1790), il se peignait déjà se promenant « un Tibulle à la main » ; et plus tard que de réflexes de pur homme des livres ! Voyons-le par exemple à Jérusalem, en 1806 ; il lui suffit de s'asseoir « au pied du tombeau de Josa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, docteur d'État ès lettres, assistant à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CHATEAUBRIAND FRANÇOIS RENÉ DE (1768-1848)  » est également traité dans :

CHATEAUBRIAND. POÉSIE ET TERREUR (M. Fumaroli)

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 1 109 mots

Goethe avait intitulé Poésie et vérité son autobiographie, où se formule un certain idéal du moi. Symétriquement, la méditation sur les fractures du temps et sur les interférences entre histoire personnelle et histoire politique conduit Marc Fumaroli à baptiser son essai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chateaubriand-poesie-et-terreur/#i_8498

ESSAI SUR LES RÉVOLUTIONS, François René de Chateaubriand - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 964 mots
  •  • 1 média

En 1794, F. R. de Chateaubriand (1768-1848) commence à rédiger l'Essai historique, politique et moral sur les révolutions anciennes et modernes, considérées dans leurs rapports avec la Révolution française. Quand il le publie, en 1797, à Londres, la Révolution est achevée. À l'en croire, il renie l'ouvrage aussitôt publié, alors même q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essai-sur-les-revolutions/#i_8498

MÉMOIRES D'OUTRE-TOMBE, François René de Chateaubriand - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 1 114 mots
  •  • 1 média

Les Mémoires d'outre-tombe sont, comme le signale leur titre et selon la volonté de Chateaubriand (1768-1848), une œuvre posthume, publiée d'abord en feuilleton dans La Presse, à partir du 21 octobre 1848, puis en douze volumes, de 1849 à 1850. Ils sont issus des « Mémoires de ma vie », commencés en 1809, abandonnés d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoires-d-outre-tombe/#i_8498

RENÉ, François René de Chateaubriand - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 1 052 mots
  •  • 1 média

René (sous le titre René et Céluta) et Atala furent conçus au départ comme des épisodes des Natchez, roman dont Chateaubriand (1768-1848) puisa l'inspiration dans son voyage en Amérique du Nord (juillet-décembre 1791), mais qu'il ne publia qu'en 1826. Il l'a en effet provisoirement délaissé au printemps de 1798 au prof […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene/#i_8498

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Présupposés et stratégies de l'autobiographie »  : […] La vulgarisation et la valorisation médiatique du discours autobiographique permettent de souligner son rôle social de reproduction. « Parler d'histoire de vie, c'est présupposer au moins, et ce n'est pas rien, que la vie est une histoire » (P. Bourdieu, Actes de la recherche en sciences sociales , juin 1986). Quelle autobiographie serait en mesure de présenter ou représenter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_8498

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un thème romantique »  : […] On trouve le rêve exotique chez Heinse ( Ardinghello ,1787), Wackenroder ( Herzensergiessungen eines kunstliebenden Klosterbruders , 1797), Coleridge ( Kubla Khan , 1798), et chez Thomas Wainewright, qui doit sa renommée surtout au portrait que donna de lui Oscar Wilde dans Intentions (« Pen, Pencil and Poison […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exotisme/#i_8498

FONTANES LOUIS DE (1757-1821)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 647 mots

De famille noble, passionné pour la poésie, Fontanes produit avant la Révolution quelques œuvres qui lui permettent de se faire connaître dans le monde littéraire. En 1783, il publie une traduction en vers de l' Essai sur l'homme de Pope, précédé d'un Discours préliminaire qu'on trouva d'une rare sûreté de goût chez un jeune homme de vingt-six ans. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-de-fontanes/#i_8498

LES ANTIMODERNES (A. Compagnon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 019 mots

Depuis que l'on a proclamé la fin des avant-gardes, la modernité a été périodiquement l'objet de débats où se mêlent mises en accusation et plaidoyers teintés de nostalgie. Professeur de littérature à la Sorbonne et à Columbia University, Antoine Compagnon a déjà consacré plusieurs essais à cette question, notamment Les Cinq Paradoxes de la modernité (1990), où il s'en prena […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-antimodernes/#i_8498

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 651 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Quelle chronologie ? »  : […] Du point de vue chronologique, la littérature du xviii e  siècle s’étend des dernières années du règne de Louis XIV à la Restauration. Les premières œuvres de Lesage, de Charles Dufresny, de Dancourt, celles de Bayle ou de Fontenelle, qui vécut de 1657 à 1757 , enjambent le tournant du siècle et témoignent à leur façon de la « crise de la conscie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviiie-s/#i_8498

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 010 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du fantasme à la quête »  : […] Les grands noms offrent moins de surprises. Dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811), Chateaubriand avoue qu'il est parti « chercher des images. Voilà tout ». Mais il rêve aussi d'une nouvelle croisade et se souvient du Tasse. Lamartine va vers l'Orient comme vers la « patrie de [son] imagination », mais tout en donnant des conseils pour une politique de protectorat, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_8498

RÉCIT DE VOYAGE

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 7 143 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La question de l'enjeu »  : […] Cependant, c'est l'enjeu du voyage qui le fonde véritablement, en justifie les descriptions et fait de constructions hasardeuses des systèmes symboliques. La quête de richesse rend essentiels les renseignements précis sur la route de la soie. Plus tard, la volonté de savoir délimite les modes d'interrogation : la réflexion anthropologique des libertins du xvii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit-de-voyage/#i_8498

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick BERTHIER, « CHATEAUBRIAND FRANÇOIS RENÉ DE - (1768-1848) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-rene-de-chateaubriand/