FRANCEL'année politique 2020

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le gouvernement face à l’opinion

Après le second tour des élections municipales (28 juin), le président de la République remplace le Premier ministre Édouard Philippe par Jean Castex. Magistrat à la Cour des comptes, maire de Prades (Pyrénées-Orientales), chargé de l’organisation du premier déconfinement, haut fonctionnaire, ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy à l’Élysée, Jean Castex est inconnu du grand public. Le nouveau gouvernement est nommé le 6 juillet, les secrétaires d’État le 26. L’ancien sarkozyste Gérald Darmanin est nommé à l’Intérieur ; l’avocat pénaliste médiatique Éric Dupond-Moretti à la Justice ; l'ancienne ministre de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy Roselyne Bachelot à la Culture ; l’écologiste Barbara Pompili à la Transition écologique ; Élisabeth Borne, ancienne ministre de la Transition écologique et solidaire, à l’Emploi et à l’Insertion ; Clément Beaune, ancien conseiller spécial Europe du président, aux Affaires européennes ; l’ancien socialiste Olivier Véran est reconduit au ministère des Solidarités et de la Santé.

Si la gestion de la pandémie est la principale préoccupation du gouvernement, celui-ci doit faire face à plusieurs actes terroristes se réclamant de l’islamisme armé, qui endeuillent encore le pays : à Villejuif le 3 janvier (un mort), à Colombes le 27 avril (deux policiers grièvement blessés), à Paris le 25 septembre (deux personnes grièvement blessées devant les anciens locaux de Charlie Hebdo), à Conflans-Sainte-Honorine le 16 octobre (assassinat du professeur Samuel Paty, après un cours d’éducation civique sur la liberté d’expression où il avait présenté des caricatures du prophète Mahomet) et à Nice le 29 octobre (trois victimes tuées aux abords et à l’intérieur de la basilique Notre-Dame-de-l’Assomption). D’autres attentats sont évités par les services de police. Plusieurs procès pour participation ou complicité dans des actes terroristes émaillent par ailleurs l’année 2020. Celui des attentats de janvier 2015 (contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, ainsi que l’assassinat d’une policière à Montrouge) se tient entre le 2 septembre et le 16 décembre. Entièrement filmé « pour l'histoire », comme l’autorise la loi Badinter de 1985, il se solde par des peines de prison de quatre à trente ans. Quant à l’auteur de l’attentat raté du Thalys d’août 2015, il est condamné à la perpétuité et ses complices à des peines de sept à vingt-sept ans de réclusion.

Hommage à Samuel Paty

Photographie : Hommage à Samuel Paty

Après avoir donné un cours d'instruction civique sur la liberté d'expression et montré à ses élèves des caricatures de Mahomet publiées dans Charlie Hebdo, le professeur d'histoire-géographie Samuel Paty est assassiné et décapité le 16 octobre 2020. L'enseignant avait été pris à... 

Crédits : Pascal Guyot/ AFP

Afficher

Tenu d’apporter une suite concrète aux discours du président de la République du 4 septembre (150e anniversaire de la République) et du 2 octobre (discours des Mureaux sur la lutte contre les séparatismes), le gouvernement présente un projet de loi confortant le respect des principes de la République (9 décembre). Le projet, un temps baptisé « loi sur le séparatisme », s’efforce de ne pas établir de lien entre islam, radicalisation et actes terroristes. Une partie de l’opinion y voit malgré tout une loi visant particulièrement le culte musulman.

Le projet de loi sur la sécurité globale est présenté en novembre par Gérald Darmanin, alors que de nouvelles vidéos de violences policières circulent sur les réseaux sociaux. Plusieurs faits divers impliquant des policiers, les actions des « black blocs » et les affrontements au cours des manifestations contre le projet de loi crispent les positions de part et d’autre (novembre-décembre). La presse – quasi unanime –, les organisations de défense des droits de l’homme, plusieurs partis politiques, une partie de la majorité et un grand nombre de citoyens s’inquiètent en particulier de l’article 24 du projet de loi. Soutenu par des syndicats de police, celui-ci prévoit d'interdire la diffusion d’images de tout membre des forces de l’ordre prises « dans le cadre d’une opération de police » et « dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique ». D’autres dispositions sont contestées : notamment celles relatives à l’usage des drones ou aux agents de sécurité privée. En fin d’année, la [...]

Évacuation de la place de la République à Paris, 2020

Photographie : Évacuation de la place de la République à Paris, 2020

La fin de l'année 2020 est marquée par plusieurs polémiques sur les violences policières. La question de l'hébergement des réfugiés reste par ailleurs sans solution. Après l'évacuation d'un de leurs camps, certains d'entre eux occupent la place de la République, à Paris, le... 

Crédits : Jerome Gilles/ NurPhoto/ AFP

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

France : participation aux élections municipales (1947-2020)

France : participation aux élections municipales (1947-2020)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : groupes politiques au Sénat (2004-2020)

France : groupes politiques au Sénat (2004-2020)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Olivier Véran et Jean Castex, 2020

Olivier Véran et Jean Castex, 2020
Crédits : Ludovic Marin/ AFP

photographie

Hommage à Samuel Paty

Hommage à Samuel Paty
Crédits : Pascal Guyot/ AFP

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

10 septembre 2021 France. Mise en examen de l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn.

La Cour de justice de la République (CJR) met en examen l’ancienne ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn pour « mise en danger de la vie d’autrui », en lien avec sa gestion de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Celle-ci est également placée sous le statut de témoin assisté pour le chef d’« abstention volontaire de combattre un sinistre ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2020 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2020/