FRACTURE, médecine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rupture de la continuité normale d'un os causée par un traumatisme. Certaines conditions peuvent prédisposer aux fractures : la calcification incomplète des os chez les enfants, l'ostéoporose chez les sujets âgés ; les états pathologiques (endocriniens, carentiels, infectieux) qui touchent le squelette peuvent aussi fragiliser les os.

Une fracture est appelée simple (fermée) quand l'os n'est pas extériorisé par le traumatisme ; elle est appelée exposée (ouverte) lorsque la blessure a arraché les tissus recouvrant l'os ou lorsque l'un des fragments de l'os brisé transperce la peau. Les termes « transverse », « oblique » et « spiroïde » désignent la direction du trait de la fracture ; lorsque le trait de fracture est en forme de T, à proximité d'une articulation, l'os est rompu transversalement et fendu longitudinalement. Une fracture est dite incomplète, ou en bois vert, lorsque l'os se fêle et se plie sans casser ; une fracture engrenée se produit quand les fragments brisés de l'os subissent une interpénétration ; on parle de fracture comminutive lorsqu'elle donne de nombreux fragments.

Les symptômes habituels d'une fracture sont la douleur locale spontanée et à la pression, le grincement ou le craquement à la mobilisation (si elle est possible), une impotence fonctionnelle complète ou partielle. Les signes physiques comprennent une déformation de la région atteinte, un gonflement des tissus, une modification de la teinte de la peau et enfin une mobilité anormale. Les radiographies sont indispensables au diagnostic et au traitement.

La guérison se produit par formation d'un nouveau tissu qui réunit les fragments brisés (cal). Au début, ce nouveau tissu est mou et souple ; par la suite, il devient osseux et dur. Pendant la formation du cal, il faut protéger l'os en évitant tout poids et tout mouvement entre les extrémités de la fracture.

De plus, ce cal ne peut se former que si les segments de l'os cassé sont rigoureusement en contact. L'interposition de tissu mou interdit la consolidation, ce qui aboutit à la persistance de mobilité anormale au niveau du trait de fracture : c'est la pseudarthrose. Il faut donc réduire la fracture en coaptant (sous anesthésie locale ou générale) les fragments osseux, déplacés souvent en sens contraire par les muscles qui s'insèrent sur eux. La réduction doit être immédiatement suivie de la contention du foyer de fracture, en général par des bandes plâtrées parfois renforcées par un appareillage. Lorsque cela ne suffit pas, on rive sur les os une attelle métallique (ostéosynthèse). Dans certains cas, il faut introduire, dans le corps de l'os, une broche métallique. La mise en place de ces dispositifs se fait sous contrôle radioscopique, et des clichés radiographiques permettent de suivre l'évolution du traitement. Les fractures au niveau des articulations présentent un problème particulièrement sérieux étant donné que la surface articulaire peut être déformée. Si la fracture laisse un alignement irrégulier après consolidation, l'articulation risque d'être continuellement raide et douloureuse ; l'arthrose représente une complication fréquente chez les sujets âgés. Si la surface de l'articulation ne peut pas être convenablement replacée par des manipulations ou des tractions, il est nécessaire de recourir à la chirurgie.

Une perte de la fonction peut être entraînée par une immobilisation prolongée, par une mauvaise cicatrisation après une lésion sévère ou une infection, ou encore par une lésion des nerfs moteurs.

On s'efforce aujourd'hui d'utiliser des appareillages permettant une mobilisation des membres fracturés (dispositifs d'extension et de suspension, par exemple) et une rééducation précoce qui évite la tendance à l'atrophie musculaire dans les membres immobilisés.

Les principales complications des fractures comprennent un défaut de guérison (à la suite d'une infection, ou à cause d'une perte de substance osseuse), la guérison dans une position qui interfère avec la mobilité, et une perte de la fonction en dépit d'une bonne guérison. Des interventions chirurgicales sont alors nécessaires, soit pour réaligner les segments osseux, soit pour combler par une greffe osseuse la lacune qui interrompt la continuité norm [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FRACTURE, médecine  » est également traité dans :

ARTICULATIONS

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • André-Paul PELTIER
  •  • 6 080 mots
  •  • 4 médias

En anatomie, le terme « articulation » désigne l'ensemble des moyens d'union de deux pièces du squelette entre elles. Il n'implique pas obligatoirement la notion de mobilité, puisque des articulations fixes unissent les os du crâne. On distingue : – la synarthrose ( junctura fibrosa ), ou articulation immobile ; – l'amphiarthrose ( junctura cartilaginea ), ou articulation semi-mobile, caractérisé […] Lire la suite

ÉPAULE

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 2 202 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Pathologie »  : […] Parmi les nombreuses affections de l'épaule seront retenus les traumatismes et les arthrites, lesquelles sont dues à des processus inflammatoires et dégénératifs. Le traumatisme le plus banal est l' entorse de l'épaule, qui peut survenir lors d'une chute à la renverse sur la main. La douleur se projette soit en avant, dans la coulisse bicipitale, soit en dehors, sous l'acromion. Une entorse grave […] Lire la suite

GENOU

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 1 532 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pathologie du genou »  : […] Les affections inflammatoires ou suppurées (arthrites, par exemple gonococcique ou tuberculeuse), les affections dégénératives (arthroses) ou dystrophiques (par exemple, l'ostéochondrite disséquante avec production de corps étrangers intra-articulaires) sont relativement moins fréquentes que les traumatismes. La lésion traumatique la plus banale est l' entorse interne, par atteinte du ligament lat […] Lire la suite

HANCHE

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Henri JUDET, 
  • Jean JUDET
  •  • 2 388 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Pathologie traumatique »  : […] La pathologie traumatique de la hanche est dominée par les fractures du col fémoral, qui affectent surtout les personnes âgées. En effet, l'ostéoporose, fréquente à ce stade de la vie, favorise la rupture de l'os, qu'un choc souvent minime suffit à briser. Il convient de distinguer deux types de fracture. Dans l'un, le plus fréquent, le trait de fracture détache la tête fémorale. La consolidation […] Lire la suite

MAIN

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • François ISELIN, 
  • Marie PEZÉ
  •  • 3 915 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Pathologie »  : […] Les affections traumatiques concernent les plaies des doigts, par coupure, avec possibilité de section d'un nerf collatéral ; par écrasement, avec hématome sous-unguéal, menacé de tétanos, ou encore avec fracture esquilleuse de la troisième phalange ; par brûlure ; les piqûres, fréquentes au niveau de la pulpe, sont responsables d'infections appelées panaris. Le panaris doit être excisé, pour évi […] Lire la suite

MÉNOPAUSE

  • Écrit par 
  • Pierre KONOPKA
  •  • 1 323 mots

La ménopause est un processus touchant les femmes entre quarante-huit et cinquante-cinq ans ; les ovaires cessent, de manière plus ou moins progressive, de produire des hormones féminines : estradiol et progestérone. Tout d'abord, les ovaires perdent la possibilité d'ovuler régulièrement et, en conséquence, ne fabriquent plus la progestérone, également appelée l'hormone lutéale, sécrétée par l […] Lire la suite

ODONTOSTOMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel BENOIST, 
  • Frédéric CHABOLLE, 
  • Michel DECHAUME, 
  • Bernard MEYER, 
  • Jacques ROUOT
  •  • 11 329 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fractures de l'étage facial »  : […] L'orientation et le siège des traits de fracture sont, dans une certaine mesure, déterminés par l'architecture osseuse de la face. Cette région du squelette comporte en effet : des zones de faiblesse , qui sont les cavités orbitaires, les fosses nasales, les sinus maxillaires (fig. 3)  : des poutres de résistance , constituées par la charpente osseuse entourant ces cavités (os malaire, voûte palat […] Lire la suite

TÊTE ET COU

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 13 405 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Affections cranio-encéphaliques »  : […] Les traumatismes justifient par leur fréquence la première place. Ils sont dominés par l'importante notion de perte de connaissance ; lorsqu'elle est absente, on parle de traumatisme crânien simple ; parfois associé à une plaie du cuir chevelu, un hématome orbitaire, une épistaxis, ce traumatisme impose cependant une radiographie face et profil du crâne, qui peut révéler l'existence d'une fract […] Lire la suite

TRAUMATISMES

  • Écrit par 
  • René NOTO
  •  • 6 820 mots

Dans le chapitre « Classification en fonction de leur nature »  : […] Les contusions . Il s'agit de lésions fermées résultant de chocs directs : projection d'un objet animé d'une grande vitesse ou projection d'un sujet sur un corps fixe. En fait, la gravité d'une contusion dépendra à la fois du choc initial et surtout de la région contuse et des tissus contus. C'est ainsi qu'on peut parler de contusions des parties molles (peau, aponévroses, muscles), des contusion […] Lire la suite

VERTÈBRES ET RACHIS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Claude GILLOT
  •  • 4 606 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Pathologie du rachis »  : […] Il existe tout d'abord des lésions infectieuses des corps vertébraux, appelées spondylites, l'agent pouvant être un staphylocoque, un bacille d'Eberth, une brucelle ; mais la plus redoutable est la tuberculose des corps vertébraux ou mal de Pott, qui se manifeste par un pincement discal et par l'apparition d'abcès froids. Les affections rhumatismales comprennent, entre autres, la spondylarthr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « FRACTURE, médecine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fracture-medecine/