FOURIÉRISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Lui seul avait eu la force de concevoir la possibilité d'un ordre nouveau » (Jean Jaurès). Il est assez curieux en effet que Charles Fourier, qui s'affirme résolument « à l'écart absolu » parce qu'il applique « le doute absolu », ait non seulement créé un système sans pareil, mais suscité un mouvement de pensée diffus et de nombreux essais de réalisation. Le fouriérisme englobe à la fois une théorie qui prétend expliciter et orienter, selon « le juste essor », les relations naturelles des hommes ou le dynamisme des choses, et le retentissement réel de ce modèle théorique, en France et bien au-delà, en Russie notamment et aux États-Unis. Il comporte deux aspects : le fouriérisme pratiqué, c'est-à-dire les diverses mises en application tentées, et le fouriérisme écrit ou la formulation du modèle d'« Harmonie » par Fourier et les gloses de ses disciples.

Ce personnage, en marge de la culture traditionnelle et du pouvoir, « sergent de boutique illitéré » (dit-il), a provoqué des commentaires sans fin et des essais pratiques qui sont loin d'être tous dénombrés ; certains, en effet, furent trop limités et brefs pour avoir laissé des traces, d'autres sont difficiles à situer car ils se rattachent à la « doctrine sociétaire » en « mode composé » : c'est ainsi que les plus amples résonances de l'œuvre de Fourier, sur le mouvement coopératif en particulier, se firent par l'intermédiaire de disciples actifs.

Et, cependant, Fourier est encore méconnu. L'amas d'articles et de livres écrits sur lui n'éclaire pas sa pensée et les épreuves du système sont restées partielles et marginales. Du grand intérêt que lui portèrent Marx et Engels, on a retenu la critique : on le qualifie d'utopiste et l'on apprécie tout au plus son attaque contre le « commerce mensonger » et les mœurs hypocrites. En fait, s'il atteint la société à son défaut, s'il marque la « civilisation » au fer rouge (elle couvre de ses beaux principes, dit-il, « indigence, fourberie, oppression, carnage »), c'est qu'il sait comment tout reconstruire. Son projet est critique dans la mesure où il supplée au réel ; la découverte des nouvelles assises du monde et la fureur de renversement vont de pair. Or Fourier croit atteindre, en deçà des avatars historiques, un invariant humain : notre « nature intentionnelle » ou « passionnelle ». Muni de ses cinq sens et des passions affectives, il départage l'évidence : celle de la raison s'effrite ; l'autre au contraire, relevant de la sensibilité, récuse le monde inhumain édifié au cours des siècles et se montre capable de recréer l'univers. Rien ne résiste à la « baguette enchantée » de « l'attraction passionnelle » : tout est métamorphosé, le travail, la police, l'amour, la vieillesse et jusqu'aux « désordres des climatures », la glace des pôles, l'amertume des mers ou les étoiles de notre « ciel de nuit ».

Une pensée sauvage

Il n'est pas surprenant qu'une telle pensée sauvage, qui combine l'analyse minutieuse des secrets du désir et les considérations encyclopédiques ou cosmogoniques, ait trouvé d'amples échos en des temps proches encore de la Révolution. Fourier, ce provincial né à Besançon en 1772, reprend le souffle de liberté renversant les vieux mondes et prolonge, en imagination, la grande vacance des institutions, pour rebâtir tout à neuf. Révolutionnaire brut et total, il ne met pas seulement en question les lois ou l'organisation du travail, mais la morale et toutes les valeurs civilisées. Aussi hardi que Sade, dont il est comme le contrepoint positif, il devançait de loin ses compagnons de bonne volonté, qu'il déroutait par ses extravagances, car l'« écart absolu » ne va pas sans dérèglement possible : certes, il fait retour sur lui-même avec une étrange lucidité, mégalomane inspiré, certain que ses créations les plus fantastiques indiquent la réalité de quelque autre chose : « Preuve que savent rien inventer, prennent figure à la lettre », note-t-il. Mais il n'est pas facile de comprendre tous les aspects d'une œuvre qui concilie le principe de réalité et l'imagination, le désir et les sciences exactes, d'autant que, sur deux questions essentielles, les séries et le « plein essor » de l'amour, Fourier ne publia pas les points d'abo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FOURIÉRISME  » est également traité dans :

CONSIDÉRANT VICTOR (1808-1893)

  • Écrit par 
  • Georges LABICA
  •  • 601 mots

Né à Salins (Jura), devenu polytechnicien, Considérant renonce, en 1831, à la carrière militaire pour se faire le propagateur de la doctrine de Fourier. Il collabore notamment au Nouveau Monde , à La Réforme industrielle et au Phalanstère . Il sera le fondateur de La Phalange (1836-1840) et de La Démocratie pacifique . À la mort du maître, en 1837, il prend la tête du mouvement auquel il confère […] Lire la suite

DROITS DE L'HOMME

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Gérard COHEN-JONATHAN, 
  • Pierre LAVIGNE, 
  • Marcel PRÉLOT
  • , Universalis
  •  • 24 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La notion de droits sociaux »  : […] Ce concept est plus complexe à l'origine, mais la terminologie semble mieux fixée de nos jours. Elle trouve son fondement, au milieu du xix e  siècle, dans les doctrines socialistes. C'est Charles Fourier qui est le père de l'expression « droit au travail » ; il affirme que « la politique vante les droits de l'homme et ne garantit pas le premier droit, le seul utile, qui est le droit au travail » […] Lire la suite

FOURIER CHARLES (1772-1837)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 392 mots

Né à Besançon dans un milieu aisé, Charles Fourier, après de sérieuses études, s'installe bientôt à Lyon, où la Révolution le ruine. Contraint à gagner sa vie, il exerce plusieurs métiers, dont celui de salarié du commerce. Il ne pourra qu'à partir de 1830 se consacrer entièrement à une œuvre très personnelle de pensée comme de style. Son premier ouvrage, Théorie des quatre mouvements et des dest […] Lire la suite

PÉDAGOGIE - Les courants modernes

  • Écrit par 
  • Antoine LÉON
  •  • 4 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éducation intégrale et polytechnique dans la pensée socialiste du XIXe siècle »  : […] En instituant un enseignement primaire obligatoire, gratuit et laïque, les législateurs de la III e République se réfèrent explicitement aux principes qui ont marqué l'œuvre scolaire de la Révolution. À l'application de ces principes, les représentants de la pensée ouvrière et socialiste associent, au xix e siècle, la réalisation d'une éducation intégrale et polytechnique. L'éducation intégral […] Lire la suite

RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET
  •  • 4 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pensée pauvre »  : […] Si l'on en croit les légitimations théoriques (ou les déclarations politiques) qui préparèrent, annoncèrent ou justifièrent l'action révolutionnaire, c'est au sein de ce triangle malheur-rupture-menace que s'est construite l'idée de révolution (de Platon à Mao Zedong, en passant par Rousseau, Robespierre, Marx et Trotski). En vérité, la pensée de la révolution est théoriquement pauvre  ; elle n'a […] Lire la suite

URBANISME - Théories et réalisations

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY
  •  • 9 916 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'utopie et le pré-urbanisme »  : […] Dès la fin du xviii e  siècle, les problèmes sociaux, économiques, politiques, qui surgissent dans une société en pleine transformation, favorisent la naissance d'une réflexion critique et suscitent une vague de projets réformateurs : institutions panoptiques et utopies dont le fonctionnement et l'efficacité reposent sur leur organisation spatiale. La démarche est directement issue de l' Utopia ( […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Simone DEBOUT-OLESZKIEWICZ, « FOURIÉRISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fourierisme/