FOURIER CHARLES (1772-1837)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Besançon dans un milieu aisé, Charles Fourier, après de sérieuses études, s'installe bientôt à Lyon, où la Révolution le ruine. Contraint à gagner sa vie, il exerce plusieurs métiers, dont celui de salarié du commerce. Il ne pourra qu'à partir de 1830 se consacrer entièrement à une œuvre très personnelle de pensée comme de style.

Son premier ouvrage, Théorie des quatre mouvements et des destinées (1808), développe une conception unitaire du monde : les sociétés humaines comme la nature sont soumises à la loi d'« attraction » dont le respect s'impose. Paraissent ensuite : Traité de l'association domestique-agricole (1812, réédité en 1834 sous le titre de Théorie de l'unité universelle) ; Le Nouveau Monde industriel et sociétaire (1829) et La Fausse Industrie (1835-1836). À ces ouvrages s'ajoutent les articles parus dans Le Phalanstère, ou la Réforme industrielle (1832-1834) remplacé par La Phalange (1835-1836). Fourier y critique l'« anarchie industrielle » due au morcellement de la propriété et au parasitisme commercial, source de tous les désordres de la « civilisation ». Une organisation communautaire conforme aux exigences de la nature doit permettre le passage à l'ère de « l'industrie sociétaire, véridique et attrayante ». Telle est la raison d'être de la phalange, établie dans un phalanstère, communauté essentiellement agricole de 1 620 hommes et femmes où se combinent les 810 caractères que Fourier a dénombrés. On y travaille dans l'harmonie et le plaisir selon ses propres passions. Si les hiérarchies subsistent ainsi que l'inégalité des richesses, la salariat en est banni, chacun étant propriétaire de tout « en participation ».

Faute de capitaux, Fourier ne put réaliser le phalanstère dont il rêvait ; en revanche, les essais de ses disciples furent nombreux en France comme à l'étranger entre 1830 et 1850. Les analyses qu'il fait des contradictions du système capitaliste, les conceptions qu'il a de l'organisation du travail, sa volonté de résoudre pour l'épanouissement des facultés humaines le conflit entre l'individu et la société font de cet utopiste un précurseur original du socialisme français.

—  François BURDEAU

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FOURIER CHARLES (1772-1837)  » est également traité dans :

LE NOUVEAU MONDE AMOUREUX, Charles Fourier - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 221 mots

Charles Fourier (1772-1837) occupe une place unique dans l'histoire des idées pour avoir seul prêté forme et cohérence à un rêve d'harmonie universelle. Il a nourri de sa richesse subjective le projet d'une société capable de favoriser les désirs de chacun en les modulant et en les accordant selon les principe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-nouveau-monde-amoureux/#i_16805

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 221 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les trois sources modernes du rejet »  : […] Dominant la société d'Ancien Régime dans son ensemble, l'antijudaïsme hérité du christianisme se politise en se réduisant peu à peu à la droite monarchiste antilibérale et à sa clientèle paysanne, opposées au capitalisme industriel et financier. L'Église romaine reste quant à elle inflexible dans son hostilité religieuse, comme l'illustre tristement, en 1858, l'affaire Mortara : baptisé secrètemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antisemitisme/#i_16805

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « Architecture et « question sociale » au XIXe siècle »  : […] Frappées par l'ampleur des transformations engendrées par la Révolution française, puis par les bouleversements dont s'accompagne l'industrialisation, les élites du xix e siècle sont amenées à s'interroger sur la nature du lien social et sur son évolution. Celui-ci semble menacé à la fois par l'individualisme qui s'est substitué aux réseaux de so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-et-societe/#i_16805

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 805 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le socialisme dit « utopique » »  : […] Si Rousseau n'avait pas voulu la Révolution française telle qu'elle se déroula, les révolutionnaires, et en particulier ceux de la Montagne, furent ses héritiers. Comme le souligne en particulier Tocqueville, la Révolution, en encourageant le dépérissement de ce qu'il y avait de plus avancé dans l'Ancien Régime, se condamna à trouver des substituts à la souveraineté de Dieu, garantie par le roi et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire/#i_16805

ÉCONOMIE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Éric BIDET
  •  • 6 004 mots

Dans le chapitre « L'école collectiviste (ou école de l'égalité) »  : […] L'école collectiviste, également nommée école de l'égalité, est très largement inspirée par la pensée de Thomas More et dérivée du socialisme associationniste qui vise à améliorer les conditions de travail et d'existence des travailleurs en faisant d'eux les copropriétaires de l'appareil productif. Les auteurs les plus importants de cette école, qui valorise la figure du travailleur ou du product […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-sociale/#i_16805

FOURIÉRISME

  • Écrit par 
  • Simone DEBOUT-OLESZKIEWICZ
  •  • 4 168 mots

« Lui seul avait eu la force de concevoir la possibilité d'un ordre nouveau » (Jean Jaurès). Il est assez curieux en effet que Charles Fourier, qui s'affirme résolument « à l'écart absolu » parce qu'il applique « le doute absolu », ait non seulement créé un système sans pareil, mais suscité un mouvement de pensée diffus et de nombreux essais de réalisation. Le fouriérisme englobe à la fois une th […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fourierisme/#i_16805

PÉDAGOGIE - Les courants modernes

  • Écrit par 
  • Antoine LÉON
  •  • 4 232 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éducation intégrale et polytechnique dans la pensée socialiste du XIXe siècle »  : […] En instituant un enseignement primaire obligatoire, gratuit et laïque, les législateurs de la III e République se réfèrent explicitement aux principes qui ont marqué l'œuvre scolaire de la Révolution. À l'application de ces principes, les représentants de la pensée ouvrière et socialiste associent, au xix e siècle, la r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedagogie-les-courants-modernes/#i_16805

RAPPORT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 1 476 mots

Si l’expression « rapport social » est parfois utilisée, le pluriel est beaucoup plus usité. Elle apparaît à l’entrée « social » dans la septième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1835). À l’entrée « rapport », on lit cette courte définition : « se dit souvent des relations que les hommes ont entre eux ». Dans le Dictionnaire d’Émile Littré (2 e  éd., 1872-1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rapport-social/#i_16805

UTOPIE

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Joseph GABEL, 
  • Antoine PICON
  •  • 12 030 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Convergences et distances »  : […] L'acte fondateur de l'utopie, sous sa forme moderne, se situe en 1516, date de parution de l'ouvrage éponyme de l'homme politique anglais Thomas More (1478-1535). Avec cette fiction consacrée à la description de l'île et des habitants d'Utopie, More jette les bases de ce qui va devenir très vite un genre littéraire à part entière. Jusqu'à l'aube de l'ère industrielle, l'utopie renvoie à une catégo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/utopie/#i_16805

Pour citer l’article

François BURDEAU, « FOURIER CHARLES - (1772-1837) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-fourier/