FOURIÉRISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Harmonie

Fourier croit découvrir entre les passions des rapports analogues à ceux qui existent entre les termes des proportions mathématiques. Il peut donc former des séries de groupes d'individus comme on forme des séries mathématiques, trouver un ordre des caractères et des goûts, qui les pose les uns par rapport aux autres et démultiplie sans fin leurs discriminations. Des séries simples on passe aux puissantielles, susceptibles d'intégrer des « milliards de variables », car la puissance de la dynamique passionnelle est insondable, de même que les termes des séries mathématiques sont indéfinis. Cette double illimitation permet de faire coïncider la préfinalité mathématique et les possibles réels du désir. On ne saurait donc comprendre l'Harmonie sociale de Fourier si l'on néglige l'un de ses pôles, l'analyse des variantes infinitésimales du désir ou les différentes modalités de l'ordre sériaire. Il faut « montrer, dit Marx, comment Fourier a été conduit aux séries [...] De telles constructions, absolument comme la méthode hégélienne, ne peuvent être critiquées qu'en montrant comment il faut les faire et en prouvant ainsi qu'on les domine. »

Puisque le fouriérisme fait problème, il faut pouvoir recourir à tous les textes de Fourier et suivre, à travers les morceaux épars publiés au petit bonheur et les cahiers occultés, le fil d'Ariane de sa pensée.

Tandis que l'œuvre écrite se heurtait à l'opposition et au mépris de tous ceux qui défendent les règles du passé, le fouriérisme pratiqué lui faisait faire un chemin souterrain. Limitées au réalisable immédiat, les épreuves du système en offrent une image appauvrie. On est bien loin, dans les « phalanstères d'essai », de tous les développements de la « gastrosophie » (ou de l'art de concilier les plaisirs de la cuisine et la santé) et des « mœurs phanérogames » (ou du libre exercice de toutes les formes d'amour). Mais Fourier n'avait-il pas prévu qu'il faudrait plusieurs générations avant d'aborder la société « composée [...] insatiable de jouissance » ? « L'Harmonie innovera brusquement sur les coutumes d'ambition, d'économie domestique et industrielle, mais elle ne procédera que par degrés sur les innovations religieuses et morales qui heurteraient les consciences. » Les disciples actifs s'en tenaient donc à bon droit à l'« embryon simple », qui suppose : l'association en vue de la production et de la distribution des biens nécessaires, le passage de « la fausse industrie, morcelée, répugnante » aux efforts « combinés », au « travail attrayant », et la conversion du « commerce mensonger » des intermédiaires parasites en « commerce véridique » et direct ; la répartition des profits selon trois parts inégales et proportionnelles au capital, au travail et au talent.

Ce programme restreint n'allait pas sans difficulté. « C'est un problème effrayant », reconnaît l'intrépide utopiste, « que celui de mettre le genre humain en attraction industrielle. » La solution implique non seulement l'association, mais la possibilité d'offrir à chacun les activités qui répondent à ses goûts, c'est-à-dire l'ordre « sériaire », où les travaux « parcellaires » et les « courtes séances » donnent aux harmoniens le loisir de s'essayer et d'exercer leurs diverses vocations. Il en existe « trente au moins pour chaque individu » et « si on les ignore en civilisation, c'est que l'on n'a aucune méthode ni pierre de touche pour déceler et faire éclore tous les germes ». Les séries sont la condition d'un apprentissage permanent qui renvoie d'ailleurs à la première éducation. La nature humaine, en effet, n'est pas simple, « les hommes n'ont pas d'instincts fixes comme les animaux, mais des facultés illimitées, se développant de siècle en siècle ». C'est pourquoi l'individu « privé d'éducation ne devient pas l'égal de ses semblables ». Et, cependant, pour ne pas « dénaturer les germes », il faut élever l'enfant sans le contraindre, sans distinction forcée de classe ou de sexe, selon sa pente : Fourier sent profondément que si l'on veut recréer le monde, prévenir les déviations ou les refoulements, la maladie ou le crime, il ne faut rien laisser subsister qui ait été subi. Or, une éducation totalement active dès la naissance exige une garde attentive pour les « poupons », des « ateliers miniatures » et des cuisines où les « bambins, chérubins et séraphins » raffinent leurs goûts, un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FOURIÉRISME  » est également traité dans :

CONSIDÉRANT VICTOR (1808-1893)

  • Écrit par 
  • Georges LABICA
  •  • 601 mots

Né à Salins (Jura), devenu polytechnicien, Considérant renonce, en 1831, à la carrière militaire pour se faire le propagateur de la doctrine de Fourier. Il collabore notamment au Nouveau Monde , à La Réforme industrielle et au Phalanstère . Il sera le fondateur de La Phalange (1836-1840) et de La Démocratie pacifique . À la mort du maître, en 1837, il prend la tête du mouvement auquel il confère […] Lire la suite

DROITS DE L'HOMME

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Gérard COHEN-JONATHAN, 
  • Pierre LAVIGNE, 
  • Marcel PRÉLOT
  • , Universalis
  •  • 24 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La notion de droits sociaux »  : […] Ce concept est plus complexe à l'origine, mais la terminologie semble mieux fixée de nos jours. Elle trouve son fondement, au milieu du xix e  siècle, dans les doctrines socialistes. C'est Charles Fourier qui est le père de l'expression « droit au travail » ; il affirme que « la politique vante les droits de l'homme et ne garantit pas le premier droit, le seul utile, qui est le droit au travail » […] Lire la suite

FOURIER CHARLES (1772-1837)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 392 mots

Né à Besançon dans un milieu aisé, Charles Fourier, après de sérieuses études, s'installe bientôt à Lyon, où la Révolution le ruine. Contraint à gagner sa vie, il exerce plusieurs métiers, dont celui de salarié du commerce. Il ne pourra qu'à partir de 1830 se consacrer entièrement à une œuvre très personnelle de pensée comme de style. Son premier ouvrage, Théorie des quatre mouvements et des dest […] Lire la suite

PÉDAGOGIE - Les courants modernes

  • Écrit par 
  • Antoine LÉON
  •  • 4 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éducation intégrale et polytechnique dans la pensée socialiste du XIXe siècle »  : […] En instituant un enseignement primaire obligatoire, gratuit et laïque, les législateurs de la III e République se réfèrent explicitement aux principes qui ont marqué l'œuvre scolaire de la Révolution. À l'application de ces principes, les représentants de la pensée ouvrière et socialiste associent, au xix e siècle, la réalisation d'une éducation intégrale et polytechnique. L'éducation intégral […] Lire la suite

RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET
  •  • 4 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pensée pauvre »  : […] Si l'on en croit les légitimations théoriques (ou les déclarations politiques) qui préparèrent, annoncèrent ou justifièrent l'action révolutionnaire, c'est au sein de ce triangle malheur-rupture-menace que s'est construite l'idée de révolution (de Platon à Mao Zedong, en passant par Rousseau, Robespierre, Marx et Trotski). En vérité, la pensée de la révolution est théoriquement pauvre  ; elle n'a […] Lire la suite

URBANISME - Théories et réalisations

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY
  •  • 9 916 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'utopie et le pré-urbanisme »  : […] Dès la fin du xviii e  siècle, les problèmes sociaux, économiques, politiques, qui surgissent dans une société en pleine transformation, favorisent la naissance d'une réflexion critique et suscitent une vague de projets réformateurs : institutions panoptiques et utopies dont le fonctionnement et l'efficacité reposent sur leur organisation spatiale. La démarche est directement issue de l' Utopia ( […] Lire la suite

Pour citer l’article

Simone DEBOUT-OLESZKIEWICZ, « FOURIÉRISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fourierisme/