CHKLOVSKI VIKTOR BORISSOVITCH (1893-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une extrême diversité dans l'œuvre (romans, essais, mémoires, scénarios, études littéraires et historiques), le non-conformisme de la pensée, une production abondante — plus de soixante œuvres, des centaines d'articles écrits de 1908 à nos jours —, rendent Chklovski difficile à classer et déroutant.

Théoricien de la littérature, il est un des pétersbourgeois fondateurs de l'Opoïaz, mouvement d'où sort le formalisme russe, dont il est un des penseurs les plus originaux et les plus féconds : Théorie de la prose (Teorija prozy, 1925). Il participe à la révolution sur des positions socialistes-révolutionnaires, à la guerre civile dans l'Armée rouge, émigre et revient en 1923. Il est partie prenante dans les mouvements littéraires les plus significatifs de la jeune Union soviétique : c'est le théoricien des Frères Sérapion, il fait partie du LEF (Front gauche de l'art) de Maïakovski en 1923. Toute cette période de participation à la vie politique et littéraire est racontée dans Le Voyage sentimental (Sentimental'noe putešestvie, 1923) et dans Zoo ou Lettres pas sur l'amour (Zoo ili pis'ma ne o ljubvi). Le premier de ces romans contient un récit de l'odyssée de l'auteur depuis la révolution de Février, où le documentaire sur l'époque s'allie à l'autobiographie. Le second se présente comme une suite de lettres d'amour dont Ettore Lo Gatto écrit judicieusement que, si l'on n'y parle point d'amour, « tout sujet abordé en trahit la pensée obsédante, qui hante le héros : exemple abstrait pour ainsi dire d'une peinture de la réalité où celle-ci n'apparaîtrait que camouflée » (Histoire de la littérature russe). Dans ses œuvres, en accord avec ses théories, Chklovski bouleverse les genres littéraires. De retour en U.R.S.S., il travaille pour le cinéma avec les plus grands réalisateurs : Eisenstein, Poudovkine, Dovjenko, et d'autres. Au début des années trente, il est contraint d'abandonner les thèses formalistes violemment critiquées à l'époque et se tourne vers les biographies, l'histoire. Il est de ceux à qui une attitude digne pendant l'époque stalinienne permet d'avoir une nouvelle période de création féconde après le dégel, même si on l'accuse en Occident d'avoir abandonné ses idées « formalistes ». Pendant cette dernière période, il reprend ses analyses précédentes, rédige une biographie de Tolstoï (Tolstoj, 1963), et tire le bilan de sa vie dans des œuvres qui mélangent souvenirs et réflexions théoriques : Il était une fois (Žili-byli, 1963), La Corde de l'arc (Tetiva, 1970), L'Énergie de l'erreur (Energija zabluždenija, 1981).

—  Alexis BERELOWITCH

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître de conférences à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CHKLOVSKI VIKTOR BORISSOVITCH (1893-1984)  » est également traité dans :

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La linguistique saussurienne, le formalisme russe, le New Criticism »  : […] Pour le nouveau textualisme français, il y a deux ou trois références plus proches que l'aristotélisme : la linguistique saussurienne, le formalisme russe et le New Criticism anglo-américain, tardivement découverts par une culture littéraire et philosophique parisienne relativement isolée du reste du monde. Quelques principes, extraits du Cours de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_1128

FORMALISME RUSSE

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 3 392 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Le formalisme russe est né de deux cénacles littéraires : l'un, le Cercle moscovite de linguistique, qui se forma en 1915 à Moscou, à l'initiative de quelques étudiants, l'autre constitué à Saint-Pétersbourg et baptisé Société pour l'étude de la langue poétique, en abréviation Opoïaz. À Moscou le président du cercle était Roman Jakobson, un étudi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme-russe/#i_1128

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La parodie comme réflexion en acte »  : […] Les formalistes russes, dans les années 1920, jugeront à l'inverse que la parodie, comme toutes les pratiques qui mettent un texte en relation avec un autre texte (relation à laquelle Julia Kristeva donna par la suite le nom d' intertextualité ), témoigne de la vitalité d'une littérature et constitue un facteur de « l'évolution littéraire ». Pour I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-litterature/#i_1128

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes »  : […] Il n'en reste pas moins que le cinéma soviétique a été créé par des enfants terribles : de jeunes artistes d'avant-garde, soutiens enthousiastes de la révolution, souvent inspirés par le mouvement futuriste, ralliés autour de Meyerhold, de Maïakovski et du groupe « formaliste » LeL  (front gauche de l'art), sous la protection du ministre de l'Éduc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-russe/#i_1128

RUSSIE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 7 médias

Le cinéma soviétique naît officiellement du décret de nationalisation signé par Lénine le 27 août 1919. Pendant soixante-dix ans, ce cinéma va être affaire d'État, pour le meilleur et pour le pire. Pour le meilleur : par l'indifférence à peu près constante aux questions de rentabilité, qui en fait un cas uniqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-le-cinema/#i_1128

Pour citer l’article

Alexis BERELOWITCH, « CHKLOVSKI VIKTOR BORISSOVITCH - (1893-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/viktor-borissovitch-chklovski/