FONDS SOUVERAINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Méfiance ou attirance

La méfiance à l'égard des fonds souverains résulte des incertitudes pesant sur leurs ambitions et de la crainte de les voir passer d'un statut d'investisseurs passifs et patients (pas de représentation au sein des conseils d'administration, des objectifs à long terme) à celui de preneurs de décisions politiques et stratégiques. Cette méfiance reflète les ambivalences de la mondialisation. D'un côté le Forum économique mondial de Davos officialise la puissance des dirigeants des fonds souverains du Golfe et se félicite qu'ils volent au secours des grandes banques internationales engluées dans la crise des crédits immobiliers américains. De l'autre, les ministres des finances du G7 désignent les investisseurs publics de la Chine, du Qatar, de Dubaï ou de la Russie comme une menace pour le capitalisme mondial et redoutent de perdre leur maîtrise sur la finance internationale.

Aux États-Unis comme en Europe, le fait que les fonds souverains puissent se soustraire aux exigences internationales de transparence financière a alimenté un phénomène de crispation et une montée des discours protectionnistes. Si les fonds souverains passent d'un rôle de prêteur à un rôle de propriétaire, le risque d'une modification des rapports de force à l'avantage de pays peu ou pas du tout démocratiques n'est pas sans fondement. Mais à partir du moment où les grandes organisations internationales ont affirmé la libre circulation des capitaux comme fondement des économies concurrentielles, il leur est difficile de résoudre les polémiques suscitées par les fonds souverains et de limiter leur participation au capital de ces économies. C'est la raison pour laquelle les réponses du monde occidental ne sont pas homogènes. Par exemple, l'Union européenne a écarté l'idée d'une « golden share européenne » (action préférentielle empêchant une prise de contrôle hostile) pour limiter la présence de fonds d'États étrangers dans les entreprises des pays membres afin de ne pas décourage [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  FONDS SOUVERAINS  » est également traité dans :

CRISES ÉCONOMIQUES (1980-2012)

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 3 152 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Début du XXIe siècle : les pays avancés piégés par les politiques néolibérales »  : […] Les relations financières internationales viennent cependant de connaître un retournement spectaculaire. À la fin du xx e  siècle, un grand nombre de pays en développement, dits « émergents », furent frappés par des crises financières graves, provoquées en grande partie par des politiques néolibérales imposées par les pays avancés. L'accumulation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-economiques-1980-2012/#i_51277

LAND GRABBING ou ACCAPAREMENT DE TERRES AGRICOLES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 4 960 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fonds souverains et investissements d'État »  : […] Il est toutefois important de préciser que bon nombre de fonds privés sont en réalité des fonds d'État. Il en est ainsi de la firme chinoise China National Cereals Oils and Foodstuffs Import and Export Corporation, dont les cadres sont payés par le gouvernement de Pékin et dont les cadres exécutifs ont même le rang de ministres, c'est-à-dire qu'ils participent aux décisions gouvernementales. De m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/land-grabbing-accaparement-de-terres-agricoles/#i_51277

QATAR

  • Écrit par 
  • André BOURGEY, 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 5 844 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une stratégie performante  »  : […] La montée en puissance économique du Qatar est orchestrée par le Qatar Supreme Council for Economic Affairs and Investment, dont la stratégie vise à utiliser les opportunités de la mondialisation (le Qatar est membre de l'O.M.C. depuis janvier 1996) et à impulser le développement par un volontarisme copié sur Singapour ou Dubaï. L'État joue un rôle majeur, en particulier l'influent ministre de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qatar/#i_51277

Pour citer l’article

Françoise PICHON-MAMÈRE, « FONDS SOUVERAINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonds-souverains/