FLANDRE ORIENTALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

carte : Belgique : carte administrative

Belgique : carte administrative

Carte administrative de la Belgique. 

Afficher

La province belge de Flandre orientale (Oost-Vlaanderen en néerlandais) a pour chef-lieu Gand (Gent) et compte cinq autres arrondissements (Saint-Nicolas, Termonde, Alost, Audenarde et Eeklo). Elle a une superficie de 2 982 km2 et compte 1 477 340 hab. en 2015. Elle constitua, durant la période du rattachement de la Belgique à la France, le département de l'Escaut, qui correspondait à la partie orientale de l'ancien comté de Flandre, dont Gand était la capitale. Gand est le siège d'un évêché et d'une importante université.

De faible altitude, le territoire de la province appartient pour l'essentiel à la Flandre intérieure, région de sables et d'argiles pléistocènes et tertiaires très intensément cultivés dès le Moyen Âge. L'influence de la marée dans l'Escaut se fait sentir jusqu'au sud de Gand, à 160 kilomètres de l'embouchure du fleuve. Au sud de la province, aux frontières du Hainaut, une ligne de collines tertiaires, protégées de l'érosion par des indurations ferrugineuses, atteint des altitudes de 141 et 157 mètres (au mont de l'Enclus et au Pottelberg). Des paysages de polders apparaissent à l'extrême nord de la province. La province est parcourue du sud au nord par l'Escaut, dans lequel la Lys conflue à Gand et la Dendre à Termonde. Un canal maritime, accessible aux navires de 80 000 tonnes, relie directement Gand à l'Escaut en territoire néerlandais, à Terneuzen : long de 31 kilomètres, dont 15 en territoire belge, il permet d'éviter le long détour du fleuve par Anvers. L'Escaut et la Lys sont tous deux canalisés au gabarit de 1 500 tonnes.

Cœur de la Flandre textile historique, où prédominait le travail à domicile, la Flandre orientale a lourdement subi la crise de cette industrie durant le xixe siècle, même si Gand fut un foyer précoce de la mécanisation du travail du coton, dès les premières années du xixe siècle. La reconversion de l'appareil industriel est-flandrien a été remarquable après la Seconde Guerre mondiale, pour une part sur la base des efforts du patronat local, pour une autre du fait d'investissements étrangers ; ainsi une sidérurgie maritime a été implantée en bordure du canal de Gand à Terneuzen.

La province est parcourue par deux axes autoroutiers majeurs, celui de Lille vers Anvers et les Pays-Bas et celui de Bruxelles vers la côte belge et le tunnel sous la Manche, qui se croisent aux abords de Gand.

—  Christian VANDERMOTTEN

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur en sciences géographiques, professeur émérite à l'Université libre de Bruxelles, membre de la classe des lettres de l'Académie royale de Belgique, président de la Société royale belge de géographie

Classification

Autres références

«  FLANDRE ORIENTALE  » est également traité dans :

BELGIQUE - Géographie

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 6 518 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Répartition de la population et armature urbaine »  : […] La répartition de la population reflète les modalités du développement économique tout autant que l'impact hérité des milieux naturels. La haute Belgique a les densités les plus faibles, même si elles augmentent autour d'Arlon, dans l'extrême sud-est. De même, le nord-est est moins densément peuplé que la Flandre intérieure, malgré une forte fécondité jusque dans les années 1960. Cette situation […] Lire la suite

Les derniers événements

4-9 novembre 2021 Belgique. Débat sur la répartition de l'effort climatique.

Le 6, la ministre flamande de l’Environnement Zuhal Demir (N-VA, Alliance néo-flamande) exprime les réserves de la Flandre à l’égard des objectifs de la Commission européenne. Elle préconise un meilleur équilibre entre l’Europe occidentale et l’Europe orientale en matière de réduction des GES, estimant que la différence entre l’objectif fixé à la Belgique – 47 % – et ceux de la Bulgarie – 10 % – ou de la Roumanie – 12,7 % – ne lui a « pas été expliquée ». […] Lire la suite

20-23 février 2020 Belgique – Israël. Nouvelle polémique au sujet du carnaval d'Alost.

Le 20, le ministre israélien des Affaires étrangères Israel Katz appelle Bruxelles « à condamner et à interdire » le carnaval d’Alost (Flandre-Orientale) qu’il qualifie de « manifestation antisémite ». La manifestation avait été l’objet d’une polémique en 2019 en raison de la présence d’un char arborant des caricatures de juifs orthodoxes au nez crochu. […] Lire la suite

13 décembre 2019 Belgique. Retrait du carnaval d'Alost de la liste du patrimoine culturel de l'UNESCO.

L’UNESCO annonce le retrait du carnaval d’Alost (Flandre-Orientale) de sa liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité – décision sans précédent. Lors du festival, en mars, la présence d’un char représentant des juifs orthodoxes au nez crochu, juchés sur des sacs d’argent, avait suscité une polémique. Le bourgmestre d’Alost, Christoph D’Haese (Alliance néo-flamande, N-VA), avait alors plaidé le « rituel de transgression » propre à la tradition du festival et avait associé les réactions des organisations juives, de la Commission européenne, de l’UNESCO et de capitales étrangères à « une forme de censure ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian VANDERMOTTEN, « FLANDRE ORIENTALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/flandre-orientale/