HAINAUT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Hainaut était, sous l'Ancien Régime, une des principautés des Pays-Bas méridionaux, réunie aux possessions bourguignonnes en 1433. La partie méridionale du comté a été acquise par la France en 1659 et en 1678. Restée possession des Habsbourg, la partie septentrionale va former, en 1795, la base du territoire du département de Jemappes, qui incorporera aussi le Tournaisis et des terres brabançonnes, liégeoises et namuroises. Il deviendra la province de Hainaut à partir de 1815. Le Hainaut reçoit en 1963 la zone de Mouscron et Comines, très majoritairement francophone et détachée de la Flandre occidentale. Il s'étend sur 3 787 kilomètres carrés.

Belgique : carte administrative

Belgique : carte administrative

Carte

Carte administrative de la Belgique. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Avec 1 335 360 habitants en 2015, c'est la plus peuplée des provinces wallonnes. Elle est divisée en sept arrondissements, ceux de Mons, chef-lieu de la province, Charleroi, la plus grande ville, qui n'était qu'une forteresse en terre namuroise sous l'Ancien Régime et ne s'est développée qu'avec la révolution industrielle au xixe siècle, Thuin, Soignies, Ath, Tournai, siège de l'évêché, et Mouscron. La Louvière, malgré son importance, n'est pas chef-lieu d'arrondissement : elle ne s'est développée, elle aussi, qu'à l'occasion de la révolution industrielle et n'a été érigée en commune qu'en 1869.

Le nord de la province est formé de plateaux recouverts de lœss, taillés dans les argiles tertiaires, ou dans les craies secondaires à l'ouest. Ils s'élèvent, d'ouest en est, d'altitudes de l'ordre de 50 mètres jusqu'à 150 mètres environ. Au nord-ouest, une zone de collines taillées dans les sables éocènes, protégés par des indurations ferrugineuses, frange les limites avec la Flandre ; la plus élevée atteint l'altitude de 157 mètres (au Pottelberg, à la limite avec la Flandre orientale). Cette zone est un riche terroir agricole où l'on cultive le blé, la betterave, les [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en sciences géographiques, professeur à l'Université libre de Bruxelles, membre de la classe des lettres de l'Académie royale de Belgique, président de la Société royale belge de géographie

Classification


Autres références

«  HAINAUT  » est également traité dans :

BELGIQUE - Géographie

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 6 515 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les bas plateaux limoneux du centre »  : […] Une ligne discontinue de collines (monts de Flandre, Ardennes flamandes, collines du Hainaut septentrional, collines du Hageland) marque la transition entre les plaines septentrionales et les bas plateaux. Ceux-ci s'élèvent d'ouest en est, d'une trentaine de mètres à l'est de l'Escaut jusqu'à plus de 300 mètres à l'est de la Meuse liégeoise. Il s'agit, successivement, des plateaux du Hainaut, du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-geographie/#i_22472

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les terres d'Empire »  : […] En Basse- Lotharingie, une évolution semblable se produisit mais avec un certain retard par rapport à la Flandre, dû à la situation économique et démographique. Les comtes de Hainaut furent tantôt les rivaux tantôt les alliés des comtes de Flandre. Avec la dynastie des Avesnes, ennemis jurés des Dampierre, le Hainaut pratiqua une politique de mariages avec les Wittelsbach de Bavière qui régnèrent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_22472

CHARLEROI

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 730 mots
  •  • 1 média

Située dans la vallée de la Sambre, sur l'étroit synclinal houiller qui traverse la Wallonie d'ouest en est, Charleroi compte 202 180 hab. en 2015 ; c'est la ville la plus peuplée de Wallonie, les fusions de communes de 1977 y ayant été plus larges qu'à Liège. C’est également la principale agglomération de la province de Hainaut, mais non le chef-lieu. Le bassin d'emploi s'étend largement vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charleroi/#i_22472

MONS

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 487 mots
  •  • 1 média

Chef-lieu de la province de Hainaut et, sous l'Ancien Régime, capitale du comté homonyme, mentionnée au vii e  siècle sur un site qui avait été utilisé durant la préhistoire et par les Romains, Mons (94 980 hab. en 2015) est toutefois bien moins peuplée que Charleroi. Si cette dernière est une ville-champignon de l'industrie du xix e  siècle, Mons, bien que située à la porte de l'ancien bassin h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mons/#i_22472

TOURNAI

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 700 mots
  •  • 1 média

Située dans l'aire dialectale picarde et non wallonne, Tournai est la principale ville de la partie occidentale de la province belge de Hainaut (67 844 habitants en 2007). Toutefois, cette population importante tient aux fusions de communes de 1977, qui ont rattaché à la commune un vaste territoire rural. En fait, la partie agglomérée centrale de la commune ne dépasse guère 30 000 habitants, com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tournai/#i_22472

Pour citer l’article

Christian VANDERMOTTEN, « HAINAUT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hainaut/