THILL GEORGES (1897-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peu de chanteurs, peu de musiciens ont eu auprès d'un aussi vaste public une popularité aussi durable. Le charme de celui que l'on peut appeler, sans craindre d'être démenti, le plus grand ténor français s'étend bien au-delà du cercle restreint des amateurs de belles voix. Georges Thill a tout pour séduire : le timbre, la sensibilité, un physique de jeune premier. Une carrière musicale d'une durée étonnante (largement consacrée pendant trente ans à la France – parisienne, provinciale et coloniale), une discographie exceptionnelle, un éclectisme naturel qui lui permet de passer avec aisance de l'opéra à la chanson et au cinéma, une vie brillante pleine de jolies femmes et de voitures rapides, en fallait-il davantage pour faire de Georges Thill, mieux qu'une star, un mythe ?

Georges Thill

Georges Thill

Photographie

La soprano américaine Grace Moore (1898-1947) et le ténor français Georges Thill (1897-1984) interprètent les rôles de Louise et de Julien dans le film Louise (1938), d'Abel Gance, adapté de l'opéra éponyme du compositeur français Gustave Charpentier (1860-1956). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

L’héritier de De Luca

Georges Gabriel Thill naît à Paris le 14 décembre 1897. Il trouve, en 1915, un premier emploi... à la Bourse des valeurs de Paris ! Très tôt, on remarque ses dispositions naturelles pour la musique, mais il n'a d'autres professeurs que les disques qu'il écoute : « J'ai appris à chanter par mimétisme. » De 1916 à 1918, il participe à la Grande Guerre, comme fantassin à Verdun et au Chemin des Dames, puis comme aviateur. C'est aux armées qu'il commence à chanter en public. En novembre 1918, il entre au Conservatoire de Paris et travaille le chant avec la basse André Gresse. Il y passe deux années qui ne seront couronnées, en 1920, que par un deuxième accessit de déclamation lyrique... « Je n'ai rien appris au Conservatoire, sauf le solfège ! » Georges Thill connaît alors de sérieux problèmes vocaux et souffre notamment d'une grande instabilité dans le grave et le médium.

Sur les conseils de l'un de ses camarades, le ténor Mario Podesta, il décide de prendre des leçons auprès de Fernando De Lucia à Naples. Certes, il sera auditionné par l'illustre baryton Mattia Battistini, il travaillera plus tard avec Franco Pandolfini dans l'étude du style et avec le baryton bass [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « THILL GEORGES - (1897-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-thill/