CHALIAPINE FIODOR (1873-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Chaliapine

Chaliapine
Crédits : Hulton Getty

photographie

Fiodor Chaliapine, par A. Y. Golovine, 1912

Fiodor Chaliapine, par A. Y. Golovine, 1912
Crédits : AKG

photographie


Vers une dimension moderne

Chaliapine va alors se révéler. Méphisto du Faust de Gounod, Ivan Soussanine d'Une vie pour le tsar de Glinka, Dossiféï de La Khovanchtchina de Moussorgski, Ivan le Terrible de La Pskovitaine et le Viking de Sadko de Rimski-Korsakov, Holopherne de Judith d'Alexander Nikolaïevitch Serov, il impose ses personnages autant par sa voix de basse et son autorité scénique que par le soin scrupuleux qu'il accorde à la préparation de chaque rôle. Se liant d'amitié avec Rimski-Korsakov – il participe, en décembre 1898, dans le rôle de Salieri, à la création de Mozart et Salieri –, puis avec Rachmaninov (qui lui enseigne les rudiments de la science musicale), Chaliapine, qui appartiendra au Bolchoï de 1899 à 1914, progresse à pas de géant et devient bientôt une vedette connue dans toute la Russie – et hors de Russie dès 1901, quand il est invité à la Scala pour chanter le rôle-titre du Mefistofele de Boito sous la direction de Toscanini, avec Caruso dans le rôle de Faust. En 1904, il obtient un triomphe dans la reprise du Boris Godounov de Moussorgski, qu'il fait ainsi renaître après des années d'oubli. Il sera désormais lié à ce rôle, qu'il sera appelé à interpréter dans le monde entier, de Paris à New York et de Milan à Londres ou Monte-Carlo, un théâtre qu'il affectionne tout particulièrement et où il reviendra chaque année à partir de 1905, y créant même, en 1910, le Don Quichotte de Massenet.

Fiodor Chaliapine, par A. Y. Golovine, 1912

Fiodor Chaliapine, par A. Y. Golovine, 1912

Photographie

Fiodor Chaliapine dans le rôle-titre emblématique de «Boris Godounov» de Moussorgski. Alexandre Yakovlevitch Golovine, huile sur toile, 1,395 m × 2,115 m. Musée national russe, Saint-Pétersbourg. 

Crédits : AKG

Afficher

En 1917, Chaliapine éprouve d'abord une certaine sympathie pour la révolution bolchevique, mais, très vite, il déchante et, en 1922, quitte définitivement la Russie sous prétexte d'aller réunir des fonds pour soutenir la lutte contre la famine. Sa carrière internationale continue de le mener sur toutes les scènes du monde. Son formidable charisme donne aux personnages qu'il incarne – Boris, Méphisto, Don Quichotte, Philippe II de Don Carlo de Verdi, Don Basilio du Barbier de Séville de Rossini... – une dimension exceptionnelle, car tout est gigantesque en lui : sa taille, sa voix, le caractère épique de son réalisme sc [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : licence de lettres et sciences humaines, maîtrise de lettres modernes, concepteur et présentateur des émissions musicales classiques de France-3 et R.T.L.

Classification


Autres références

«  CHALIAPINE FIODOR (1873-1938)  » est également traité dans :

OPÉRA DE MONTE-CARLO

  • Écrit par 
  • Gérard CONDÉ
  •  • 1 092 mots

L'inauguration de la salle construite par Charles Garnier, le 25 janvier 1879, peut être considérée comme le point de départ d'une véritable activité lyrique dans la principauté de Monaco. Mais il faudra encore attendre la nomination de Raoul Gunsbourg, en 1893, pour que l'Opéra de Monte-Carlo commence à rivaliser avec les plus grandes scènes internationales. On n'oubliera pas que la construction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-de-monte-carlo/#i_5100

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain DUAULT, « CHALIAPINE FIODOR - (1873-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fiodor-chaliapine/