Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

POLICIER FILM

Une morale ambiguë

À la fin d'une histoire policière est expliqué le crime, c'est-à-dire un aspect de la nature humaine. Dans les serials du cinéma muet, tout était simple : les bons d'un côté, les méchants de l'autre. Mais, avec l'avènement du film noir, la présence simultanée du Bien et du Mal en une même personne constitue le thème central du film. « Vous croyez que le bien c'est la lumière et que l'ombre c'est le mal, interroge un personnage du Corbeau en faisant osciller une lampe. Mais où est l'ombre ? Où est la lumière ? » Nul héros n'est plus ambigu que Bogart, dandy rageur et fatigué, paladin sans peur mais nullement sans reproche du film noir américain, agissant constamment aux frontières de la légalité et satisfaisant dans les coups reçus un incontestable masochisme. Que le héros soit assassin de sa femme (Conflict), gangster en fuite (Dark Passage, High Sierra) ou policier (The Enforcer), il reste le même personnage fort et vulnérable tout à la fois. La Loi du silence (I Confess, 1952) d' Hitchcock représente un cas limite. Le père Logan a reçu en confession le récit d'un crime dont il se voit accusé, car lui-même n'est pas absolument pur : la victime s'apprêtait à le faire chanter pour ses relations avec une femme mariée. Le problème n'est plus seulement ici de savoir si le prêtre restera fidèle à son secret, mais s'il n'est pas doublement coupable, non seulement en raison de son passé, mais aussi par la tentation qu'exerce sur lui le martyre. Mais, même dans ses films les plus complexes : Le Faux Coupable (The Wrong Man, 1956) ou Sueurs froides (Vertigo, 1958), Hitchcock semble s'être limité volontairement au divertissement du suspense.

Reed and Welles, E. Haas - crédits : Ernst Haas/ Getty Images

Reed and Welles, E. Haas

On peut en dire autant de la plupart des adaptateurs de Graham Greene. Presque tous ses romans ont inspiré des films, mais, le plus souvent, la transposition a tamisé l'œuvre, n'en gardant que l'intrigue, les linéaments policiers aux dépens de l'intériorité. Espions sur la Tamise (The Ministry of Fear, 1943) de Lang comme Tueur à gages (This Gun for Hire, 1942) de Franck Tuttle en témoignent. Et s'il émane de Première Désillusion (The Fallen Idol, 1948) et du Troisième Homme (The Third Man, 1949) de Carol Reed une nostalgie et une impression de mélancolie qui appellent l'investigation en profondeur, il faut reconnaître que ni John Ford avec Dieu est mort (The Fugitive, 1947), tiré de La Puissance et la gloire, ni Dmytryk avec Vivre un grand amour (The End of the Affair, 1955), ni G. More O'Ferral avec Le Fond du problème (The Heart of the Matter, 1952) n'ont réussi à exprimer la dimension métaphysique qui caractérise les œuvres majeures du romancier.

Par un singulier renversement de valeurs, c'est la société dans sa chasse au crime qui est dénoncée par certains auteurs comme criminelle : ainsi dans J'ai le droit de vivre (You Only Live Once, 1936) de Fritz Lang, Je suis un évadé (I am a Fugitive From a Chain Gang, 1932) de Le Roy, Le Démon des armes (Gun Crazy, 1949) de Joseph H. Lewis. À la peinture méprisante du gangster chère aux films des années 1930 succède une tendresse apitoyée : Dix, fils déraciné d'un éleveur de chevaux, qui vient finir sa carrière de tueur dans l'herbe de son Kentucky natal dans Quand la ville dort (Asphalt Jungle, 1950) de John Huston ; ou une justification sociale, telle que la dépression de 1929 dans Bloody Mama (1970) de Roger Corman ou Bonny and Clyde (1967) d'Arthur Penn. L'importance prise par la violence quotidienne et l'insécurité provoquent à partir de Death Wish (Un justicier dans la ville de M. Winner) tout un courant de films qui condamnent le laxisme des autorités (D. Siegel, L'Inspecteur Harry, 1971, avec Clint Eastwood) et justifient l'autodéfense, courant qui culmine[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

Classification

Pour citer cet article

Universalis et Jean TULARD. POLICIER FILM [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Rashomon, A. Kurosawa - crédits : Hulton Archive/ Moviepix/ Getty Images

Rashomon, A. Kurosawa

Alfred Hitchcock - crédits : Hulton Archive/ Getty images

Alfred Hitchcock

Le Carrefour de la mort, H. Hathaway - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Le Carrefour de la mort, H. Hathaway

Autres références

  • ALDRICH ROBERT (1918-1983)

    • Écrit par Olivier EYQUEM
    • 1 239 mots
    • 1 média

    Robert Aldrich doit beaucoup à la critique française, qui sut très tôt déceler l'originalité de son talent. Dès 1955, les futurs meneurs de la Nouvelle Vague firent de Kiss Me Deadly (En quatrième vitesse) un de leurs films de chevet. L'œuvre avait, en effet, tout pour séduire : un mélange...

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

    • Écrit par N.T. BINH
    • 3 446 mots
    • 4 médias
    Autre genre prisé par le cinéma britannique, le film criminel, qui a révélé, dès les années 1920, le talent de Hitchcock, alors considéré comme le meilleur cinéaste de son pays jusqu'à son départ pour Hollywood, en 1940. Les deux décennies suivantes vont voir se déployer le talent de ...
  • ARGENTO DARIO (1940- )

    • Écrit par Joël MAGNY
    • 876 mots

    Né à Rome le 7 novembre 1940, Dario Argento est surtout réputé pour ses films policiers et d'horreur d'une grande violence, très efficaces, à la forme élaborée jusqu'à la sophistication.

    Fils du producteur Salvatore Argento et d'une photographe de mode d'origine brésilienne spécialisée...

  • BARTON FINK, film de Joel et Ethan Coen

    • Écrit par Michel CHION
    • 918 mots

    Lorsque les frères Coen reçoivent, en 1991, la palme d'or du festival de Cannes pour Barton Fink, ils ont derrière eux une œuvre encore peu abondante mais remarquée, caractérisée par leur goût pour l'insolite, la dérision et l'humour noir. Leurs personnages sont très dessinés, à la limite de...

  • Afficher les 36 références

Voir aussi