MENDELSSOHN-BARTHOLDY FELIX (1809-1847)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tenu de son vivant pour le successeur de Beethoven, Mendelssohn occupe aujourd'hui une place plus modeste dans l'histoire de la musique que celle de son illustre devancier. Pour les uns, il est un classique attardé, trop amoureux de la forme en un temps où le sentiment veut s'épancher sans contraintes ; pour d'autres, un sage initiateur du romantisme à la suite du grand symphoniste, quoique autrement que lui. Le romantisme lumineux du Songe d'une nuit d'été que n'assombrit pas la passion ignore tout autant les affrontements angoissés d'Eusébius et Florestan que les grondements hugoliens ou les rivages obsédants de la Fantastique. Il est mal porté d'être heureux au siècle d'Hernani. Est-ce une raison pour lui reprocher on ne sait quel manque de profondeur, comme si la fortune et le succès qui accompagnèrent fidèlement sa trop courte carrière en étaient le motif ? Mozart, à qui aussi il fut comparé – et par Wagner ! –, écrivit, dans la misère, des pages sereines, et l'heur, bon ou mauvais, ne fut jamais un sûr critère pour apprécier sainement Couperin ou Bach, Boulez ou Stravinski. Le musicien du Concerto pour violon, de l'Octuor et d'Elias « représente d'une manière irremplaçable un moment de la sensibilité européenne du xixe siècle » (Dorel Handman).

Une carrière harmonieuse

Petit-fils du philosophe Moïse Mendelssohn (1729-1786), Felix naît à Hambourg où son père, converti au luthéranisme (il a ajouté à son nom celui de Bartholdy pour distinguer sa lignée de celle demeurée dans le judaïsme), dirige une banque. En 1811, toute la famille s'établit à Berlin. Le jeune garçon reçoit là une éducation sérieuse dans les domaines les plus variés – lettres, peinture, sport, philosophie (il va suivre les cours de Hegel) – tout en cultivant un don exceptionnel pour la musique. Sa mère et sa sœur Fanny sont des musiciennes authentiques : sa grand-tante, Sara Levi-Itzig, ancienne élève de Wilhelm Friedemann Bach (1710-1784), lui fait connaître les œuvres du Cantor de Leipzig. Ses [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  MENDELSSOHN-BARTHOLDY FELIX (1809-1847)  » est également traité dans :

GADE NIELS (1817-1890)

  • Écrit par 
  • Michel VINCENT
  •  • 598 mots

Personnalité la plus marquante du monde musical danois du xixe siècle. Élevé dans un milieu musical (son père, ébéniste, s'était spécialisé dans la facture d'instruments), Niels Gade fait ses débuts de violoniste en 1833 à l'Orchestre royal de Copenhague. Il réalise ses premiers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niels-gade/#i_22108

GEWANDHAUS DE LEIPZIG ORCHESTRE DU

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 183 mots
  •  • 4 médias

Felix Mendelssohn (1835-1847) est le premier véritable chef d'orchestre de l'histoire du Gewandhaus : ses prédécesseurs étaient des Konzertmeister qui dirigeaient la plupart du temps de leur place de violon solo. Il révèle la musique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre-du-gewandhaus-de-leipzig/#i_22108

LINDBLAD ADOLF FREDERIK (1801-1878)

  • Écrit par 
  • Michel VINCENT
  •  • 561 mots

Compositeur suédois né en Scanie, mort dans l'Ostergötland, Adolf Frederik Lindblad fut le premier des grands compositeurs de mélodies nordiques. Son père adoptif, commerçant, veut lui apprendre son métier ; en vain : le jeune Lindblad joue de la flûte et du piano et cache ses premières partitions dans le grand livre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-frederik-lindblad/#i_22108

PERAHIA MURRAY (1947-    )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 757 mots

avec Georg Solti (second piano), Evelyn Glennie et David Corkhill (percussions) –, il marque une dilection particulière pour Mendelssohn, dont il a enregistré les deux concertos (en 1974, avec l'Academy of St. Martin in the Fields dirigée par Neville Mariner) et quelques pages pour piano seul (Première Sonate opus 6, Variations sérieuses, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/murray-perahia/#i_22108

SCHUMANN ROBERT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 857 mots
  •  • 42 médias

31 mars 1841 La Première Symphonie, en si bémol, « du Printemps », opus 38, est créée par l'Orchestre du Gewandhaus de Leipzig sous la direction de Felix Mendelssohn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schumann-reperes-chronologiques/#i_22108

VENT INSTRUMENTS À

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 6 495 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les trompettes »  : […] les timides essais de concertos pour les trompettes à clés qui furent vite abandonnées). C'est seulement avec Mendelssohn qu'une renaissance s'amorce, bien qu'on soit encore fort éloigné des mélodies somptueuses des baroques. Dès ses œuvres de jeunesse (Die beiden Pädagogen, 1821 ; les deux concertos pour deux pianos, 1823 et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instruments-a-vent/#i_22108

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « MENDELSSOHN-BARTHOLDY FELIX - (1809-1847) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-mendelssohn-bartholdy/