BACH WILHELM FRIEDEMANN (1710-1784)

Deuxième enfant et l'aîné des quatre fils musiciens de Jean-Sébastien Bach, Wilhelm Friedemann naît à Weimar et commence par suivre une voie toute normale : éducation musicale auprès de son père qui le considère comme son enfant le plus doué et écrit pour lui le fameux Klavierbüchlein « commencé à Coethen le 22 janvier 1720 » ; études de droit à Leipzig à partir de 1729 ; la même année, voyage à Halle pour inviter Haendel, qui séjourne en Allemagne, à visiter Jean-Sébastien à Leipzig (la rencontre malheureusement n'a pas lieu). Le 1er août 1733, Wilhelm Friedemann prend possession d'un poste d'organiste à Sainte-Sophie de Dresde. Ses tâches sont assez légères, ce qui lui permet d'étudier les mathématiques, de se faire admettre à la cour (où il ne réussit pourtant pas à se faire engager), et de beaucoup composer (symphonies, concertos, pièces pour clavier). En avril 1746, les milieux artistiques de Dresde étant décidément trop férus de musique italienne, il démissionne pour aller occuper à Notre-Dame (actuellement Marktkirche) de Halle des fonctions d'organiste et de directeur de la musique : il les conservera dix-huit ans, en se consacrant beaucoup plus, comme compositeur, à la musique religieuse (cantates). De l'époque de Halle datent aussi ses Polonaises pour clavier, ainsi qu'une magistrale Triple Fugue pour orgue. Mais il a avec les autorités de nombreux démêlés, comme ceux nés d'un congé « abusif » pris par lui d'août à décembre 1750 pour régler la succession de son père et accompagner à Berlin, chez son frère Karl Philipp Emanuel, leur demi-frère Jean-Chrétien. Il cherche sans les trouver de nouveaux emplois, et accepte en juillet 1762, sans jamais l'occuper, une charge de maître de chapelle à Darmstadt. Finalement, le 12 mai 1764, il abandonne son poste à Halle sans en avoir d'autre en vue : saut dans l'inconnu exceptionnel au xviiie siècle, où tout musicien respectable se doit d'être au service de quelqu'un, et précédant de plus de quinze ans celui accompli [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « BACH WILHELM FRIEDEMANN - (1710-1784) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-friedemann-bach/