Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FATEHPUR SIKRI

Construite au sud d' Agra en Inde, sur une crête granitique qui domine la plaine arrosée par le Chambal, affluent de la Jumnā, Fatehpur Sikri a été fort bien restaurée et conservée ; la ville donne l'impression d'être demeurée intacte depuis le moment où elle a été abandonnée ; il ne lui manque que les aménagements intérieurs et éphémères – qui ont naturellement disparu – et elle présente le cas unique d'une ville moghole du xvie siècle telle qu'elle a été conçue et réalisée. Fatehpur Sikri est demeurée, à travers les siècles, un symbole parfait de la symbiose des cultures indienne et musulmane.

Fatehpur Sikri, manuscrit Akbarnama - crédits : Picturenow/ Universal Images Group/ Getty Images

Fatehpur Sikri, manuscrit Akbarnama

Le Grand Moghol Akbar, qui régna de 1556 à 1605, aurait, dit-on, reçu du saint Cheikh Salīm Chishti la prédiction de la naissance de son premier fils ; le saint aurait même sacrifié un de ses propres fils, âgé de six mois, pour assurer cette naissance tant souhaitée. Ce fils aîné fut prénommé Salīm et devait, lors de son règne (1605-1627), prendre le nom de Jahāngīr. En reconnaissance, Akbar décida de construire une ville impériale auprès de l'ermitage du saint, dont le tombeau en marbre blanc (1580) est l'un des ornements de la cité. Il inaugura Fatehpur Sikri en 1569, y résida longtemps avec sa cour, y fêta son triomphe militaire sur les royaumes du Sud, mais l'abandonna vers la fin de son règne au profit d'Agra.

Une ville moghole

La ville est enclose sur les trois façades en surplomb par un mur fortifié percé de huit portes monumentales, sur un périmètre de plus de onze kilomètres ; elle est organisée selon un plan cohérent et fastueux, orientée nord-est - sud-ouest dans sa majeure partie. On remarquera le soin pris par les constructeurs de cet ensemble pour y multiplier les points d'eau : des piscines et des bains en grand nombre, un lac et des étangs artificiels, plusieurs plans d'eau décoratifs, tout cela était destiné à l'usage quotidien comme aux rites et au plaisir.

Le palais proprement dit occupe sensiblement le centre du site ; il est flanqué à quelque distance de la trésorerie et de l'hôtel des monnaies (Mint), au nord-ouest, et de la mosquée au sud-ouest. Le caravansérail (karawan sarai) est à l'écart, vers l'angle nord-ouest de la ville. Le groupe central est formé d'une succession de bâtiments disposés autour de plusieurs cours soigneusement dallées ; il était pourvu d'un jardin de plaisance. Les édifices étaient destinés à l'empereur, à ses épouses et au harem, ainsi qu'aux dignitaires et courtisans. L'affectation des différents pavillons et palais n'est pas toujours connue. On reconnaît pourtant le hall des audiences solennelles ou publiques (Diwan i-Am), les appartements privés (khwabgah), les demeures des sultanes, l'échiquier géant gravé au sol dont les pions étaient, dit-on, des jeunes filles esclaves, le célèbre Pañch Mahāl, palais de cinq étages destiné, croit-on, aux femmes de la cour, un hall pour les audiences privées (Diwan i-Khas).

Diwan i-Am, Agra, art moghol - crédits : Bildarchiv Monheim/ AKG-images

Diwan i-Am, Agra, art moghol

Fatehpur Sikri - crédits : Education Images/ Universal Images Group/ Getty Images

Fatehpur Sikri

Ce dernier, terminé en 1575, est très curieux : simulant deux étages à l'extérieur, il n'en possède qu'un à l'intérieur ; son unique salle est occupée par un pilier central, au volumineux chapiteau (un moulage en figure au South Kensington Museum de Londres) surmonté d'une plate-forme circulaire reliée aux côtés de l'édifice par quatre passerelles bordées de rampes en pierre ajourées. La tradition veut que l'empereur Akbar ait eu l'habitude de se tenir sur la plate-forme centrale, tandis qu'au-dessous de lui discutaient des docteurs, des professeurs et d'érudits personnages dont il aimait à écouter les savants propos.

Mosquée de Fatehpur Sikri, art moghol - crédits : Werner Forman/ Universal Images Group/ Getty Images

Mosquée de Fatehpur Sikri, art moghol

La mosquée est fort belle ; on prétend qu'elle est la copie d'une mosquée de La Mecque. Élevée sur l'un des côtés d'une vaste cour dallée délimitée par des arcades, elle est composée[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur en chef du département des Arts asiatiques des Musées nationaux (musée Guimet), professeur à l'École du Louvre

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Fatehpur Sikri, manuscrit Akbarnama - crédits : Picturenow/ Universal Images Group/ Getty Images

Fatehpur Sikri, manuscrit Akbarnama

Diwan i-Am, Agra, art moghol - crédits : Bildarchiv Monheim/ AKG-images

Diwan i-Am, Agra, art moghol

Fatehpur Sikri - crédits : Education Images/ Universal Images Group/ Getty Images

Fatehpur Sikri

Autres références

  • ĀGRĀ

    • Écrit par François DURAND-DASTÈS
    • 265 mots
    • 2 médias

    Ville de l'Union indienne (État d'Uttar Pradesh), située dans l'ouest de la plaine du Gange, densément peuplée et constituant avec le seuil qui la sépare de la vallée de l'Indus une vieille région historique où se sont très souvent centrées les grandes constructions politiques...

  • EMPIRE MOGHOL - (repères chronologiques)

    • Écrit par Olivier COMPAGNON
    • 302 mots

    1526 Le prince moghol Babur (Bāber) écrase l'armée du sultan de Delhi à la bataille de Panipat, point de départ de la domination moghole en Inde.

    1530 À la mort de Babur, son fils Humayun lui succède. Battu par l'Afghan Sher Shah à Kanauj en 1540, il doit fuir en Iran mais reprend le...

  • INDE (Arts et culture) - L'art

    • Écrit par Raïssa BRÉGEAT, Marie-Thérèse de MALLMANN, Rita RÉGNIER
    • 49 040 mots
    • 67 médias
    ...confessions, et son éclectisme se reflète dans les constructions élevées sur son ordre. Au voisinage d'Agra, sa capitale, il fonda la ville résidentielle de Faṭehpur-Sikrī autour du mausolée du saint Shaikh Salīm Chisthī. Ce monument de marbre blanc, finement ciselé et ajouré, d'une saveur presque baroque,...
  • MOGHOLS

    • Écrit par Andrée BUSSON, André GUIMBRETIÈRE, Mark ZEBROWSKI
    • 7 112 mots
    • 18 médias
    En 1569, Akbar entreprit près d'Āgrā la construction d'une nouvelle capitale : Faṭehpūr Sikri. D'une remarquable unité de style, la ville possède deux résidences importantes : le palais de Jodh Bai (1570), destiné à l'épouse rajpoute d'Akbar, et la maison de Rāja Bīrbal (1569). Ces deux bâtiments,...

Voir aussi