MARCEL D'ANCYRE (mort en 374 env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évêque cappadocien ; présent au concile de Nicée (325), Marcel d'Ancyre est, aux côtés d'Athanase, un ardent défenseur de la consubstantialité du Père et du Fils contre la doctrine arienne. Il écrit en 335, contre l'arianisant Astérius le Sophiste, un traité dont Eusèbe de Césarée a transmis des fragments dans les deux réfutations (Contra Marcellum et De ecclesiastica theologia) qu'il en a données. Condamné pour sabellianisme par le synode arianisant de Constantinople (336), Marcel fut déposé de son siège et remplacé par Basile d'Ancyre. Ses adversaires lui reprochaient d'enseigner que le Fils de Dieu avait commencé d'exister à partir de sa naissance humaine et que son règne cesserait avec la fin du monde. Recherchant l'appui de Rome, Marcel écrivit au pape Jules Ier une lettre, conservée par Épiphane, qui lui valut une reconnaissance d'orthodoxie. Cette orthodoxie fut confirmée au concile de Sardique (343), qui le rétablit sur son siège épiscopal. Il semble avoir perdu à nouveau ce siège à la mort de Constant (350), après de nouvelles attaques ariennes (Formule macrostiche de 345). Il fut bientôt abandonné même par ses anciens amis, tel Athanase, qui semblent avoir interprété sa doctrine à partir des conséquences franchement sabellianistes qu'en avait tirées son disciple Photin. Épiphane consacra à Marcel une notice hérésiologique, et le concile de Constantinople (381) inclut dans le Credo la formule « et son règne n'aura pas de fin » pour marquer son hostilité à la doctrine de Marcel. On ne sait rien de la dernière partie de sa vie.

On ne possède de son œuvre que des fragments épars, difficiles à dégager de l'interprétation qu'en ont donnée ses adversaires. Certains historiens veulent lui restituer divers traités tels que le De Sancta Ecclesia attribué par la tradition à Anthime d'Antioche ou le De Incarnatione et contra arianos pseudo-athanasien.

Marcel d'Ancyre oppose à la négation arienne de la pleine divinité du Verbe et de son égalité avec le Père la doctrine traditionnelle de l'unité absolue de Dieu. Il tend, par [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  MARCEL D'ANCYRE (mort en 374 env.)  » est également traité dans :

ARIANISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 2 432 mots

Dans le chapitre « L'ὁμοούσιος nicéen »  : […] L'empereur Constantin, qui venait de réunir sous son unique pouvoir l'ensemble du monde romain, convoqua à Nicée un concile œcuménique pour fixer les termes mêmes de la théologie trinitaire (325). Malgré la répugnance des théologiens orientaux, il impose comme dogme de foi la croyance en l'ὁμοούσιος, c'est-à-dire que « Jésus-Christ est le Fils de Dieu, engendré et non pas fait, consubstantiel  a […] Lire la suite

ATHANASE D'ALEXANDRIE (295-373)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 756 mots

Dans le chapitre « La crise arienne »  : […] Contre Arius qui soulignait la distinction entre Dieu le Père, principe inengendré, et Jésus-Christ, produit par le Père et donc inférieur à lui, le symbole de Nicée, accepté en 325 par le concile du même nom, avait proclamé, sous l'influence conjuguée de théologiens occidentaux et de quelques théologiens orientaux inspirés par Marcel d'Ancyre, que le Fils de Dieu est consubstantiel (ὁμοούσιος) […] Lire la suite

Pour citer l’article

Richard GOULET, « MARCEL D'ANCYRE (mort en 374 env.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-d-ancyre/