EUROPEGéologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Paléogéographie

La physionomie de l'Europe telle que nous la percevons aujourd'hui grâce aux multiples cartes dont nous disposons et, mieux encore, avec les images satellitaires, est l'aboutissement provisoire d'une histoire très complexe et très longue. Chaque époque géologique a laissé sa marque plus ou moins lisible. Nous sommes habitués aux contours curieusement découpés de la ligne de rivage. Or celle-ci est un trait récent, dû à la dernière avancée marine, la transgression flandrienne (il y a 10 000 ans environ), conséquence de la fonte des grandes calottes glaciaires du Quaternaire. Si le dessin des côtes est si tourmenté, c'est que la mer s'est avancée sur un continent dont les reliefs, hérités de l'orogenèse alpine à peine achevée et burinés par les glaciers, étaient très contrastés et d'une organisation compliquée. Cette complexité des reliefs et des structures, sur un espace relativement petit, explique la silhouette capricieuse et le fin découpage de l'Europe qui l'opposent aux continents massifs tels que l'Afrique ou l'Australie.

La ligne de rivage, qui peut fluctuer, n'est donc pas la vraie limite du continent. Il faut aller chercher celle-ci plus ou moins loin suivant les structures et la morphologie, jusqu'au bord du plateau continental. C'est donc l'histoire de l'ensemble de cette masse continentale européenne que nous devons retracer pour comprendre le dispositif actuel, une histoire liée à celle des océans périphériques et à celle des mers pelliculaires (épicontinentales) qui se sont étalées à la surface du continent, comme aujourd'hui la mer du Nord et la Manche.

Mais à partir de quel moment peut-on vraiment parler d'Europe ? Le continent européen est constitué de morceaux que l'orogenèse alpine a achevé d'assembler au Tertiaire. Essayons de voir comment ces morceaux sont nés, comment ils se sont déplacés, déformés, pour s'ajuster dans leur état actuel. Nous le ferons en tentant de retrouver les géographies successives, ou tout au moins quelques étapes caractéristiques jalonnant l'évolution paléogéographique de ce qui est aujourd'hui l'Europe.

La fin du Précambrien

Quand on parle de l'Europe précambrienne, on pense tout naturellement à la partie nord-est de l'Europe actuelle qui comprend le bouclier balte (où les terrains précambriens affleurent) et la plate-forme russe (où ils sont recouverts par des terrains sédimentaires plus récents). Il s'agit là du noyau de l'Europe, un craton solidement consolidé dès la fin du Précambrien (550 Ma environ) et qui n'a subi depuis que des déformations tranquilles – gauchissements ou fractures – parfois importantes certes, mais qui ne l'ont jamais remis en question. Par la suite, autour de ce noyau sont venus se plaquer en vagues successives les terrains issus des orogenèses calédonienne, hercynienne puis alpine.

D'autres fragments précambriens sont connus en Europe. L'un, au nord-ouest de l'Écosse et dans les îles Hébrides, faisait à cette époque partie du continent nord-américain. Les autres sont inclus, plus ou moins malmenés, dans les adjonctions postérieures : en France, dans le massif Armoricain, le Massif central, la Montagne Noire ; plus à l'est, dans le massif de Bohême, en Silésie, etc. Ne cherchons pas à préciser quelles étaient leurs relations avec le noyau nord-européen ou, au sud, avec le craton africain. Ne cherchons pas à les mettre en place et à tenter une esquisse paléogéographique. Ce serait pure fantaisie.

Le cycle calédonien

Il est commode de regrouper toute la première moitié de l'histoire paléozoïque (Cambrien, Ordovicien, Silurien : de 550 à 400 Ma environ) sous l'étiquette de cycle calédonien : ce cycle commence par une période de calme tectonique relatif, de transgressions marines, et s'achève par l'adjonction de la chaîne calédonienne à la masse continentale du nord de l'Europe. En fait, des déformations se sont produites de façon presque continue dans la ceinture calédonienne, mais elles furent entrecoupées de phases paroxysmales.

L'Europe du Nord : continents et océans

Malgré cette mobilité des continents, on parvient à retrouver certains traits de l'organisation géographique, de sorte que l'on peut esquisser un schéma pour la partie nord de l'Europe au Paléozoïque inférieur. Le dispositif paléogéographique s'ordonne autour du noyau préc [...]

Europe au Paléozoïque inférieur

Dessin : Europe au Paléozoïque inférieur

L'Europe au Paléozoïque inférieur (Cambrien-Ordovicien-Silurien : 550-400 millions d'années). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Vulcano

Vulcano
Crédits : CSP_slavapolo/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

photographie

Europe au Paléozoïque inférieur

Europe au Paléozoïque inférieur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Europe à la fin du Paléozoïque

Europe à la fin du Paléozoïque
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Europe vers le milieu du Secondaire

Europe vers le milieu du Secondaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 6 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  EUROPE  » est également traité dans :

EUROPE - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 16 360 mots
  •  • 12 médias

Modeste péninsule de l'immense masse continentale eurasiatique, l'Europe n'a pas de limites claires à l'est. Pour les géographes de la Grèce antique et leurs successeurs, elle ne s'étendait pas au-delà du Bosphore et des rives occidentales de la mer Noire et, plus au nord, se perdait dans l'espace flou des steppes et des peuples nomades. Au […] Lire la suite

EUROPE - Histoire de l'idée européenne

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste DUROSELLE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 10 491 mots
  •  • 1 média

Le mot « Europe » a fait son apparition, dans un sens géographique, dès le viie siècle avant J.-C. Simple péninsule de l'Asie, ses limites orientales restent arbitraires. On peut même discuter de ses limites occidentales et accepter ou non d'y rattacher certaines îles. Mais ces débats de frontières resteraient académiques si, au cours des siècles, le […] Lire la suite

EUROPE - Diversité religieuse

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE, 
  • Kathy ROUSSELET
  •  • 11 282 mots
  •  • 3 médias

Les polémiques déclenchées par la proposition de faire une mention explicite des « racines chrétiennes » de l'Europe dans le Préambule du projet de Constitution en 2004 et 2005, ou encore certains aspects – réels ou supposés – du débat sur l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne, ont eu le mérite d'attirer […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les enjeux de politique intérieure »  : […] Le développement des liaisons ferroviaires et routières entre la Chine et ses voisins permet à Pékin de développer et d’intégrer ses provinces les plus lointaines (Tibet, Yunnan, Xinjiang notamment) pour en faire des plateformes, des points de contact entre la République populaire et le reste du continent eurasiatique. Aux intérêts économiques et stratégiques se greffent dès lors des enjeux de pol […] Lire la suite

TOURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 14 746 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le « Grand Tour », ancêtre le plus direct du tourisme »  : […] Ces approches commettent de spectaculaires anachronismes, car on ne peut comprendre la dynamique touristique comme fait social de très grande ampleur impliquant une majorité d’individus et un grand nombre d’institutions sans partir de la société anglaise qui l’a engendrée et codifiée dans la seconde moitié du xviii e  siècle. Ce lieu et ce moment éclairent la diffusion spatiale et sociale du touri […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean AUBOUIN, Pierre RAT, « EUROPE - Géologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-geologie/