ÉTHIQUE À NICOMAQUE, AristoteFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Modernité d'Aristote

L'analyse des fins de l'homme, l'attention aux situations, le refus des facilités supposées de l'idéalisme n'ont cessé d'alimenter la pensée politique (par exemple le De Monarchia de Dante), puis les « sciences morales » et les sciences humaines (sociologie, anthropologie, psychologie...) qui en ont pris le relais. La morale d'Aristote nourrit encore la philosophie la plus contemporaine, et aussi bien – fait remarquable – les traditions « continentales » qu'« anglo-saxonnes ». Les cours consacrés par le jeune Heidegger, dans les années 1920, à l'Éthique à Nicomaque, suivis par Hans Georg Gadamer, Hannah Arendt, ou encore Leo Strauss, ont directement influencé l'herméneutique et ce qu'on appelle parfois l'anthropologie philosophique (en Allemagne, les travaux de Rieter, Itting, Riedel, voire Le Principe responsabilité de Hans Jonas ; en Italie, ceux surtout d'Enrico Berti). Émigrés aux États-Unis, Arendt et Strauss ont puissamment contribué au renouveau de la philosophie politique, faisant d'Aristote une référence obligée (MacIntyre, Nussbaum, Taylor, et parmi les Français Pierre Manent). De leur côté, Elisabeth Anscombe, Georg Henrik von Wright (tous deux disciples de Wittgenstein), Donald Davidson, suivis en France par Pascal Engel ou Ruwen Ogien, ont repris la description aristotélicienne de l'action humaine et le problème du syllogisme pratique, pierre d'achoppement de toute tentative de « naturaliser » la morale.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉTHIQUE À NICOMAQUE, Aristote  » est également traité dans :

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'action morale »  : […] Aristote distingue entre la praxis , qui est l'action immanente n'ayant d'autre fin que le perfectionnement de l'agent, et la poièsis , c'est-à-dire, au sens le plus large, la production d'une œuvre extérieure à l'agent. Cette distinction apparemment claire fonde la distinction entre sciences pratiques ( éthique et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_31827

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Tout homme veut être heureux, et cela suffit peut-être à définir, au moins provisoirement, le bonheur : il est ce que chacun désire, non en vue d'une autre chose (comme on désire l'argent pour le luxe ou le luxe pour le plaisir) mais pour lui-même, et sans qu'il soit besoin – ni, d'ailleurs, possible – d'en justifier la valeur ou l'utilité. « À quoi bon être heureux ? » À cette question saugrenue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur/#i_31827

BONHEUR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 588 mots

Dans le chapitre « Bonheur et nature »  : […] En dépit de ce paradoxe, la civilisation gréco-romaine, ignorant l’idée de faute, étrangère à la notion de mal, a eu le privilège d’imaginer un accès réel au bonheur. Il suffirait pour être heureux de « vivre selon la nature », ce qui est le mot d’ordre de toutes les philosophies antiques. La nature est bonne, elle est un cosmos – à la fois idée de monde et idée de beauté – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur-notions-de-base/#i_31827

DE L'ESSENCE DE LA VÉRITÉ et PLATON LE SOPHISTE (M. Heidegger) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 602 mots

Il faut espérer que la traduction des tomes 19 et 34 de la Gesamtausgabe , qui rassemblent les cours des semestres d'hiver 1924-1925 et 1931-1932 : Platon « Le Sophiste » (Gallimard, 2001) et De l'essence de la vérité. Approche de l'« allégorie de la caverne » et du « Théétète » de Platon ( ibid. ), marqueront […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-l-essence-de-la-verite-et-platon-le-sophiste/#i_31827

JUSTICE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 7 951 mots

Dans le chapitre « La justice dans la cité antique »  : […] En rappelant, dans Les Deux Sources de la morale et de la religion , que « la justice a toujours évoqué les idées d'égalité, de proportion, de compensation », Bergson se soutenait d'une tradition qui prend sa source dans l'Antiquité. La justice dans la cité est, en effet, la préoccupation majeure de Platon. Pour l'auteur de la République […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-sociale/#i_31827

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 650 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Intention et fin »  : […] À quelles actions reconnaîtra-t-on le plus volontiers le caractère libre ? À celles dont l'intention présente un trait remarquable que nous exprimons généralement en disant que nous faisons ceci ou cela « dans telle intention » ; ici, l'intention désigne moins un caractère par lequel on rend intelligible ce qu'on fait – c'est-à-dire une manière d'interpréter une action à la façon d'un texte qu'on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/#i_31827

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 783 mots

Dans le chapitre « Le contexte « éthique » : Aristote »  : […] C'est d'abord dans le cadre d'une éthique que, pour la première fois, Aristote a conçu une analyse – subordonnée mais néanmoins distincte – du volontaire et de l'involontaire. Cette analyse, recueillie dans le livre III de l' Éthique à Nicomaque , contient en germe, outre les développements que lui donneront la psychologie médiévale et celle du xvii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/#i_31827

Voir aussi

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « ÉTHIQUE À NICOMAQUE, Aristote - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique-a-nicomaque/