BARRE, océanographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme « barre » désigne des accumulations prélittorales qui relèvent de deux classes distinctes dans leurs formes et dans leurs genèses : d'une part les barres d'avant-côte, constituées parallèlement à un rivage ; d'autre part les barres d'estuaires ou de goulets, formées transversalement à un courant, à l'endroit où il ralentit.

Barres d'avant-côte

Les barres d'avant-côte (en anglais offshore bars) se constituent par le déferlement des houles longues là où la profondeur diminue assez pour provoquer ce déferlement. Il en existe deux variétés : lorsque, sur une côte, se succèdent des houles variées, les unes forment des barres, les autres les font migrer vers le littoral où elles se soudent aux cordons littoraux qu'elles épaississent ou prolongent. Ces barres migrantes sont les plus fréquentes sur les littoraux des moyennes latitudes. Lorsqu'au contraire les houles sont constantes dans leur force et dans leur direction, comme cela arrive dans les pays tropicaux, et notamment sur les côtes d'Afrique occidentale, la barre d'avant-côte se forme à une profondeur déterminée et y reste. Sa présence renforce encore la vigueur du déferlement, et c'est l'ensemble formé par le phénomène de déferlement et par l'accumulation qui porte le nom de barre.

Barres migrantes

Aux latitudes moyennes se succèdent irrégulièrement divers types de houle : des houles longues et puissantes, bien formées, nées au loin et que leur longue course a régularisées ; des houles courtes, mues par les vents locaux, hachées, irrégulières ; des houles à la fois fortes et irrégulières, dues aux tempêtes locales. Les houles du premier type façonnent les barres, les secondes les font migrer, les troisièmes les détruisent.

La formation d'une barre est en effet due à ce qu'à une certaine profondeur les vagues déferlent, mettant le sédiment du fond en suspension et le repoussant, partie vers le large et partie vers la côte. Lorsque des vagues successives déferlent au même endroit, leurs effets s'accumulent, et du côté au large se constitue une crête de sable (car il est très rare qu'une barre soit faite de galets) dont la présence maintiendra à cet endroit le déferlement des autres vagues, même si leur amplitude ou la hauteur d'eau viennent à varier un peu. On voit par là que ces barres, nommées à juste titre d'avant-côte, ne peuvent se former que sous une certaine profondeur d'eau, en avant du trait de côte instantané. Bien entendu, elles peuvent émerger à marée basse, si l'amplitude de la marée le permet.

Leur migration vers le rivage est le fait des houles courtes et hachées, de faible hauteur, émues par les vents locaux ; ces houles ont en effet plus de force dans le jet de rive que dans le retrait ; cette propriété est surtout marquée le long du trait de côte, et c'est pourquoi les migrations les plus rapides sont observées sur des barres découvrant à marée basse. Les barres migrent dans la même direction que les vagues, remontant la pente de l'estran, soit jusqu'à ce qu'elles atteignent le rivage et se fondent au cordon littoral, soit jusqu'à ce qu'elles s'arrêtent sur l'estran parce que les houles sont trop vite amorties pour les repousser plus loin. Dans ce cas, des barres formées successivement au large s'empilent les unes sur les autres (ou devant les autres), permettant à une flèche littorale autonome de se constituer. On appelle barre de mi-baie une telle flèche constituée indépendamment de tout cordon littoral, à la faveur d'une nette diminution de profondeur dans une baie.

Barres stationnaires

Aux basses latitudes, surtout sur les côtes sous le vent, il n'y a d'efficaces que les houles longues, mises en route très loin, par les perturbations du front polaire, et donc très régulières quand elles atteignent la côte. Les barres d'avant-côte ne migrent donc pas, d'autant moins que le marnage est souvent médiocre. Lorsque l'avant-côte est en pente douce, le déferlement se produit nettement en avant du trait de côte (entre 100 et 300 m en général, localement plusieurs kilomètres) ; la barre est très volumineuse, stable dans sa position, et son franchissement est d'autant plus difficile que le déferlement est très vigoureux.

Quand la pente de l'avant-côte est très marquée, le déferlement se produit très près du rivage, et ne diffère alors de celui des régions tempérées que par la constance de sa position et par le rapport très élevé entre la hauteur du rouleau et celle de la vague a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BARRE, océanographie  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 920 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La plate-forme continentale »  : […] Sur le plateau continental, beaucoup d'accumulations sédimentaires sont d'origine subaérienne, et datent de l'une des grandes régressions quaternaires. Toutefois, il est hors de doute qu'il y a eu des remaniements par la mer, assez comparables à ceux qui ont été évoqués par les accumulations sablo-vaseuses du bas de l'estran. C'est ainsi que la partie externe des plateaux continentaux, du moins lo […] Lire la suite

DELTAS

  • Écrit par 
  • Gilbert BELLAICHE
  •  • 3 785 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les deltas de type houle dominante »  : […] Ce sont des deltas exposés à l'activité destructrice des vagues qui entraîne un démantèlement permanent des barres d'embouchure en une série de barres côtières. Ils s'avancent moins loin en mer que les deltas de type fleuve dominant. L'action des courants de dérive littorale contribue à modeler ces barres côtières en cordons sablonneux orientés parallèlement à la ligne de rivage. Un bon exemple […] Lire la suite

PLAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 8 126 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Mécanisme du démaigrissement »  : […] Si, après une période où la plage a pris une pente assez forte par engraissements successifs, les caractéristiques de la houle et du vent deviennent telles que la nappe de retrait retrouve la prépondérance, les vagues destructives engendrent un régime de sable descendant . À l'étale – et dans les mers sans marée –, la nappe de retrait érode longtemps au même niveau. L'abaissement du niveau du sabl […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre PINOT, « BARRE, océanographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/barre-oceanographie/