CÔTES, géomorphologie et géographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les rivages sont les lignes le long desquelles s'effectue le contact entre les masses solide, liquide et gazeuse du globe terrestre. On emploie le terme de côtes plus particulièrement pour les rivages des mers et des océans.

Si les côtes constituent, pour beaucoup de groupes humains, les limites de leur espace géographique, elles sont, pour d'autres, une ouverture vers le reste du monde. Pour les peuples industriels et commerçants, c'est une possibilité de relations avec les clients lointains ; pour les peuples pêcheurs, c'est l'accès à une part importante de leurs subsistances ; pour d'autres peuples, longtemps fermés sur eux-mêmes, c'est par là qu'ils reçoivent un nouvel élan ou un nouveau défi.

Le passage du milieu terrestre au milieu marin ne peut pas s'opérer n'importe où : la « rupture de charge » ne peut se faire qu'à la faveur de dispositions naturelles ou artificielles, de ports dont l'abondance et les capacités sont très variables d'une côte à l'autre : ni les côtes trop abruptes (pays de Caux), ni les côtes trop basses (Landes de Gascogne) ne sont riches en ports naturels. Les qualités des côtes sont d'ailleurs diversement appréciées selon le niveau technique du peuple qui les utilise ; certaines, propices à l'établissement de multiples petits ports (côte du Léon), se prêtent mal à l'installation de grands ports modernes ; par contre, des côtes totalement rebelles à tout aménagement modeste (côtes à barre d'Afrique occidentale) peuvent recevoir de grandes installations portuaires.

Ainsi, l'utilisation des côtes par les divers groupes humains, si elle est fonction de certaines dispositions naturelles, reflète surtout l'aptitude des hommes à en profiter. La variété typologique des côtes constitue pourtant le point de départ de l'étude de leurs aménagements.

C'est le long des côtes que les phénomènes énergétiques propres à la surface de contact (ou interface) entre la mer et l'air se heurtent aux terres émergées et s'y dissipent dans l'exercice d'une action morphogénétique. Selon l'énergie à dissiper et les modalités de la résistance des terres, le façonnement [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages



Médias de l’article

Dunes et étangs de la côte landaise

Dunes et étangs de la côte landaise
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Côte à fjords

Côte à fjords
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bréhat

Bréhat
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Baie Chesapeake (États-Unis)

Baie Chesapeake (États-Unis)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 12 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CÔTES, géomorphologie et géographie  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 908 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Action de la houle à la côte »  : […] Pour l'essentiel, les mouvements des sédiments littoraux sont réglés par le rapport qui existe, du point de vue de la compétence et de celui de la direction, entre le jet de rive , ou translation de l'eau vers le haut de la plage au moment de l'arrivée de la vague , et le retrait , ou ruissellement en nappe de cette même eau retournant à la mer selon la plus grande pente. À un moindre degré, […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La terre »  : […] La majeure partie de l'Afrique se compose d'un socle ancien, ou bouclier, d'origine précambrienne, à partir duquel se sont formés les reliefs actuels. Longtemps soudées à la masse africaine, la péninsule arabique et l'île de Madagascar s'en sont détachées lors de l'ouverture de la mer Rouge et du canal de Mozambique, résultat de la tectonique des plaques. Le bouclier africain a connu au cours du […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 173 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les plaines »  : […] Les plaines côtières de l'Atlantique et du golfe du Mexique se suivent du New Jersey au Yucatán. Leur genèse est étroitement liée à l'évolution de l'Atlantique et aux transgressions et régressions marines qui se sont succédé depuis le Jurassique. Le premier indice d'une ouverture océanique dans le prolongement ouest de la Téthys se situe au Trias-Jurassique inférieur ; il s'agit d'une fracturati […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Formes »  : […] Le triangle septentrional est plus ramassé (6 500 km de l'ouest de l'Alaska à la pointe sud-est de Terre-Neuve, dans sa partie la plus large, qui est aussi la plus septentrionale, et 6 000 kilomètres depuis le nord du Canada continental au sud du Mexique) mais il est plus largement pénétré par la mer : de profonds rentrants comme la baie d'Hudson, le golfe du Saint-Laurent, le golfe du Mexique ; […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  • , Universalis
  •  • 26 539 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le relief »  : […] L'impression générale que donne le relief australien est celle d'un pays usé, d'un modelé sénile. L'étude morphologique peut se diviser en trois parties qui correspondent aux grands ensembles géologiques. Le plateau occidental correspond à une vieille surface d'aplanissement à peine modifiée depuis le Primaire. Les déformations tectoniques du Tertiaire l'ont à peine soulevée et disloquée ; elles […] Lire la suite

BARRE, océanographie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 1 385 mots

Dans le chapitre « Barres d'avant-côte »  : […] Les barres d'avant-côte (en anglais offshore bars ) se constituent par le déferlement des houles longues là où la profondeur diminue assez pour provoquer ce déferlement. Il en existe deux variétés : lorsque, sur une côte, se succèdent des houles variées, les unes forment des barres, les autres les font migrer vers le littoral où elles se soudent aux cordons littoraux qu'elles épaississent ou prol […] Lire la suite

CANYONS SOUS-MARINS

  • Écrit par 
  • Maurice GENNESSEAUX
  •  • 7 528 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les têtes de canyons et leur prolongement vers le littoral »  : […] La majorité des têtes de canyons sont situées à la partie supérieure de la pente continentale. Les marges atlantiques, et en particulier la marge armoricaine, en présentent de bons exemples. La distance entre les canyons est souvent inférieure à 10 kilomètres. Leurs têtes, élargies ou ramifiées, festonnent le sommet de la pente continentale et s'avancent même jusqu'à l'isobathe 70 mètres. La plate […] Lire la suite

CONSERVATOIRE DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • François LETOURNEUX
  •  • 2 032 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Protéger de l’urbanisation les plus beaux sites littoraux  »  : […] Dans les années 1960, le développement anarchique du littoral préoccupe les pouvoirs publics et les associations de conservation de la nature et de protection des paysages. En 1971, au cours d’une réunion interministérielle organisée par la D.A.T.A.R., Michel Piquard est chargé d’animer un groupe d’études sur « Les perspectives à long terme d’aménagement du littoral français ». Remis au gouverneme […] Lire la suite

CORNOUAILLE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 740 mots
  •  • 1 média

Plateau de faible altitude entrecoupé de cuvettes d'effondrement, avec des rivières faiblement encaissées, la Cornouaille s'étend de la pointe du Raz à l'Ellé, de la pointe de Penmarch à la Montagne Noire. Le climat doux, mais venteux, en fait le vrai domaine de la Bretagne maritime. Face à l'ouest, les côtes des « pallues » sableuses de la baie d'Audierne contrastent avec la côte rocheuse du sud […] Lire la suite

DANEMARK

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, 
  • Jean Maurice BIZIÈRE, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  • , Universalis
  •  • 19 538 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « De la Baltique à la mer du Nord »  : […] On ne peut comprendre le relief du Danemark sans évoquer l'énorme calotte de glace qui l'a recouvert aux temps quaternaires et dont le poids l'écrasait ; aussi le Nord, où la calotte était plus épaisse, une fois délivré de ce poids, s'est soulevé d'une douzaine de mètres depuis les derniers épisodes glaciaires (mer à Litorina ). Le sol est entièrement composé des matériaux qu'y ont accumulés ces g […] Lire la suite

DINARIDES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 5 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Dinarides »  : […] Les Dinarides stricto sensu ont une façade maritime le long de la mer Adriatique, de climat méditerranéen et de sous-sol essentiellement calcaire, de sorte que s'y développe dans d'excellentes conditions le relief karstique. Partout, la côte est abrupte et plus ou moins bordée d'îles parallèles, le tout correspondant à l'allongement des unités tectoniques dans le sens nord-ouest - sud-est. Plusi […] Lire la suite

EMBOUCHURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 3 324 mots

L' embouchure d'un cours d'eau est le lieu où il déverse dans la mer ou dans un lac ses eaux et sa charge solide. L'interaction entre l'écoulement à sens unique du fleuve et les mouvements alternatifs de la mer y détermine des rapports particuliers entre les masses d'eau, et des formes spécifiques d'érosion et de sédimentation. Sur la plupart des côtes, les embouchures occupent leur emplacement […] Lire la suite

ÉROSION DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • Ywenn DE LA TORRE, 
  • Éric PALVADEAU
  •  • 3 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les côtes basses sableuses »  : […] Dans la zone littorale, la houle, par les courants qu’elle génère, est le principal agent responsable des mouvements ou transports de sédiments. Son déferlement à la côte induit : des courants du large vers la côte ou courants d’entraînement ; des courants de la côte vers le large, ou courants de retour et courants sagittaux ; un courant parallèle à la côte, ou dérive littorale. Ces courants entr […] Lire la suite

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 012 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Paléogéographie »  : […] La physionomie de l'Europe telle que nous la percevons aujourd'hui grâce aux multiples cartes dont nous disposons et, mieux encore, avec les images satellitaires, est l'aboutissement provisoire d'une histoire très complexe et très longue. Chaque époque géologique a laissé sa marque plus ou moins lisible. Nous sommes habitués aux contours curieusement découpés de la ligne de rivage. Or celle-ci est […] Lire la suite

FALAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 1 516 mots
  •  • 1 média

Une falaise est un abrupt littoral résultant de l'affouillement du relief continental par les eaux de la mer. Chaque falaise forme un couple indissoluble avec la plate-forme d'abrasion correspondante, et elle est issue de la réponse du versant au sapement effectué à sa base par la progression de la plate-forme d'abrasion. Pour toutes les falaises, la gravité est l'agent essentiel du façonnement, m […] Lire la suite

FENLAND ou FENS

  • Écrit par 
  • Claude MOINDROT
  •  • 422 mots

Région basse de l'est de l'Angleterre (autour de la baie du Wash), creusée dans des roches argileuses entre la cuesta jurassique de Lincoln Edge à l'ouest et la cuesta crétacée de Norfolk Edge à l'est. À l'état naturel, les fens intérieurs étaient une immense roselière dont la végétation se décomposait en tourbe ; celle-ci atteignait, par endroits, 10 mètres d'épaisseur. Les travaux de drainage e […] Lire la suite

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 473 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Contraintes et atouts d'un pays nordique »  : […] La Finlande, qui s'étend entre 59 0  48′ 30″ et 70 0  5′ 30″ de latitude Nord, couvre 338 127 kilomètres carrés. Les paysages finlandais sont très largement marqués par les lacs qui occupent 33 474 kilomètres carrés et par le couvert forestier largement représenté (57 p. 100 de la surface totale), qui correspond à la forêt de conifères ou forêt boréale. Dans l'ensemble, sauf au nord - nord-est, le […] Lire la suite

FJORDLAND, Nouvelle-Zélande

  • Écrit par 
  • Alain HUETZ DE LEMPS
  •  • 307 mots

Région constituant l'extrémité sud-ouest de l'archipel néo-zélandais. Les paysages du Fjordland, très pittoresques, rappellent ceux des fjords norvégiens : un massif de gneiss a été soulevé jusqu'à 1 000 mètres au sud et 2 500 mètres au nord ; sa surface a été, le plus souvent, réduite à l'état de crêtes par l'encaissement de vallées orientées par des failles et considérablement surcreusées par le […] Lire la suite

HAMPSHIRE

  • Écrit par 
  • Claude MOINDROT
  •  • 293 mots

Un des comtés du sud de l'Angleterre, riverain de la Manche, vaste de 3 779 kilomètres carrés. Une importante couche de craie, ondulée par les mouvements tectoniques tertiaires, forme l'ossature du nord du Hampshire et donne un paysage de plateaux secs et découverts ; l'érosion a creusé des combes dans les anticlinaux de la craie (Kingsclere, Winchester). Au sud, la craie, déprimée en synclinal, e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre PINOT, « CÔTES, géomorphologie et géographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cotes-geomorphologie/