ESTHÉTIQUE & ANALYTIQUE TRANSCENDANTALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les deux expressions d'esthétique et d'analytique transcendantales désignent l'étude de l'entendement et celle de la sensibilité, saisis dans leur structure a priori, sources de toute notre connaissance des phénomènes. « Transcendantal », vieux terme scolastique, perd chez Kant son sens ontologique, réservé en principe à « transcendant », pour prendre une portée toute noétique : « J'appelle « transcendantale » toute connaissance qui, en général, ne s'occupe pas tant des objets que de notre connaissance a priori des objets » ; le mot véhicule l'essentiel de la « révolution copernicienne » qui consiste, pour le philosophe, à partir, non des objets, mais des formes a priori par lesquelles nous les constituons, ce qui le conduit à un « idéalisme transcendantal » (la connaissance sensible s'effectue selon les cadres que sont l'espace et le temps et se pense par concepts déterminés à partir des catégories de l'entendement), doublé d'un « réalisme empirique » : la connaissance — sinon la pensée — ne peut s'exercer que dans les conditions qui rendent possible l'intervention des pouvoirs de synthèse qui constituent notre esprit, c'est-à-dire quand le divers sensible, organisé dans l'espace et dans le temps, intellectualisé par l'entendement, est finalement intégré dans une expérience nôtre. Ainsi, « le domaine du transcendantal est l'expérience » et la méthode critique est une « investigation transcendantale » qui élucide les instruments de la synthèse.

L'esthétique et l'analytique étudient les deux premiers niveaux de cette synthèse, soigneusement séparés ; alors que Leibniz avait vu dans la sensibilité une pensée confuse, Kant oppose la passivité d'une sensibilité toute réceptive à la spontanéité active de la connaissance intellectuelle. [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ESTHÉTIQUE & ANALYTIQUE TRANSCENDANTALES  » est également traité dans :

CRITIQUE DE LA RAISON PURE, Emmanuel Kant - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 961 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Critique et métaphysique »  : […] Dans la Préface à la seconde édition (1787), le parallèle est approfondi ; et il apparaît que le projet kantien accomplit en philosophie la révolution scientifique : « Jusqu'ici, on admettait que toute notre connaissance devait nécessairement se régler d'après les objets [...] Que l'on fasse donc une fois l'essai de voir si nous ne réussirions pas mieux, dans les problèmes de métaphysique, dès lor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-de-la-raison-pure/#i_35208

GRANGER GILLES GASTON (1920-2016)

  • Écrit par 
  • Elisabeth SCHWARTZ
  •  • 1 695 mots

Dans le chapitre « L’épistémologie comparative »  : […] C’est en ce sens que la philosophie de Granger est bien une « philosophie de professeur » dont il n’aurait pas renié la définition laborieuse. Il aimait évoquer le mot de Kant à propos du « ton grand seigneur adopté naguère en philosophie », qu’il devait placer en exergue du livre publié peu après son arrivée au Collège de France ( Pour la connaissance philosophique, 1988), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/granger-gilles-gaston-1920-2016/#i_35208

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 382 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'espace et le temps, formes de la sensibilité »  : […] Une théorie de la sensibilité, ou « esthétique transcendantale », en expose les formes, l'espace et le temps, qui rendent possible la représentation des choses non comme elles sont en elles-mêmes, mais comme phénomènes : les choses telles qu'elles sont en soi ne sauraient, comme telles, être pour nous, et si nous devons bien les penser comme fondement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-kant/#i_35208

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 360 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'activité du sujet et la science »  : […] Il est clair, cependant, que le naturalisme du xviii e  siècle aboutit à quelque scepticisme. Pourquoi les mêmes faits se suivent-ils toujours ? Pourquoi notre attente causale est-elle satisfaite ? Ces questions, Hume ne les pose pas ou les tient pour insolubles. Il y a, entre l'homme et la nature, une certaine harmonie, dont on semble alors se co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphysique/#i_35208

Pour citer l’article

Françoise BURGELIN, « ESTHÉTIQUE & ANALYTIQUE TRANSCENDANTALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-et-analytique-transcendantales/