ESTHÉTIQUE & ANALYTIQUE TRANSCENDANTALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les deux expressions d'esthétique et d'analytique transcendantales désignent l'étude de l'entendement et celle de la sensibilité, saisis dans leur structure a priori, sources de toute notre connaissance des phénomènes. « Transcendantal », vieux terme scolastique, perd chez Kant son sens ontologique, réservé en principe à « transcendant », pour prendre une portée toute noétique : « J'appelle « transcendantale » toute connaissance qui, en général, ne s'occupe pas tant des objets que de notre connaissance a priori des objets » ; le mot véhicule l'essentiel de la « révolution copernicienne » qui consiste, pour le philosophe, à partir, non des objets, mais des formes a priori par lesquelles nous les constituons, ce qui le conduit à un « idéalisme transcendantal » (la connaissance sensible s'effectue selon les cadres que sont l'espace et le temps et se pense par concepts déterminés à partir des catégories de l'entendement), doublé d'un « réalisme empirique » : la connaissance — sinon la pensée — ne peut s'exercer que dans les conditions qui rendent possible l'intervention des pouvoirs de synthèse qui constituent notre esprit, c'est-à-dire quand le divers sensible, organisé dans l'espace et dans le temps, intellectualisé par l'entendement, est finalement intégré dans une expérience nôtre. Ainsi, « le domaine du transcendantal est l'expérience » et la méthode critique est une « investigation transcendantale » qui élucide les instruments de la synthèse.

L'esthétique et l'analytique étudient les deux premiers niveaux de cette synthèse, soigneusement séparés ; alors que Leibniz avait vu dans la sensibilité une pensée confuse, Kant oppose la passivité d'une sensibilité toute réceptive à la spontanéité active de la connaissance intellectuelle. Pour désigner la réceptivité des sens, il adopte le terme d'esthétique, titre d'un ouvrage célèbre de Baumgarten (1750) sur la théorie du Beau. Mais une science du Beau ne paraît pas alors possible à Kant parce que le jugement du goût n'obéit pas à des règles a priori, donc universelles ; si l'esthétique veut être une vraie science, elle doit devenir la théorie de la sensibilité en tant qu'elle dépend de formes a priori, l'espace et le temps. Plus tard, comme en témoigne la Critique du jugement , Kant devait étendre le point de vue critique au jugement du goût et rendre ainsi à « esthétique » le sens que l'usage moderne lui a conservé.

En 1781, l'esthétique transcendantale montre comment espace et temps organisent les deux domaines externe et interne de notre expérience ; entre ceux-ci la préface ajoutée lors de la seconde édition de la Critique (1787) resserrera le lien. Mais la liaison capitale est celle de la sensibilité et de l'entendement : l'expérience commune comme celle du physicien portent sur des objets que nous nous représentons et entre lesquels nous établissons des rapports au moyen de concepts. Au lieu d'aborder les concepts, les « catégories » dont ils dérivent, à partir d'une analyse syntaxique, comme Aristote, Kant déduit de l'analyse de la pensée en acte — le jugement — une table systématique des catégories, pièce maîtresse de l'analytique transcendantale. Reste à montrer comment l'abstraction du concept rejoindra le divers de l'intuition sensible : le rôle médiateur est rempli par l'imagination, conçue comme activité schématisante. Ainsi, notre expérience est à la fois sentie et pensée : « Sans les concepts, les intuitions sont aveugles ; sans les intuitions, les concepts sont vides. »

Dans chacune des trois Critiques, l'analytique est l'étude des conditions d'une synthèse opérée dans le fonctionnement d'une faculté. Se souvenant d'Aristote qui avait fait dans ses Analytiques la théorie du raisonnement démonstratif, tandis qu'il traitait du probable dans la Dialectique, Kant fait de l'analytique transcendantale une logique de la vérité puisqu'il y analyse la méthode selon laquelle nous constituon [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ESTHÉTIQUE & ANALYTIQUE TRANSCENDANTALES  » est également traité dans :

CRITIQUE DE LA RAISON PURE, Emmanuel Kant - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 962 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Critique et métaphysique »  : […] Dans la Préface à la seconde édition (1787), le parallèle est approfondi ; et il apparaît que le projet kantien accomplit en philosophie la révolution scientifique : « Jusqu'ici, on admettait que toute notre connaissance devait nécessairement se régler d'après les objets [...] Que l'on fasse donc une fois l'essai de voir si nous ne réussirions pas mieux, dans les problèmes de métaphysique, dès lor […] Lire la suite

GRANGER GILLES GASTON (1920-2016)

  • Écrit par 
  • Elisabeth SCHWARTZ
  •  • 1 695 mots

Dans le chapitre « L’épistémologie comparative »  : […] C’est en ce sens que la philosophie de Granger est bien une « philosophie de professeur » dont il n’aurait pas renié la définition laborieuse. Il aimait évoquer le mot de Kant à propos du « ton grand seigneur adopté naguère en philosophie », qu’il devait placer en exergue du livre publié peu après son arrivée au Collège de France ( Pour la connaissance philosophique, 1988), dans lequel sa méthode […] Lire la suite

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 383 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'espace et le temps, formes de la sensibilité »  : […] Une théorie de la sensibilité, ou « esthétique transcendantale », en expose les formes, l'espace et le temps, qui rendent possible la représentation des choses non comme elles sont en elles-mêmes, mais comme phénomènes : les choses telles qu'elles sont en soi ne sauraient, comme telles, être pour nous, et si nous devons bien les penser comme fondement des représentations que nous en avons, c'est […] Lire la suite

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 361 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'activité du sujet et la science »  : […] Il est clair, cependant, que le naturalisme du xviii e  siècle aboutit à quelque scepticisme. Pourquoi les mêmes faits se suivent-ils toujours ? Pourquoi notre attente causale est-elle satisfaite ? Ces questions, Hume ne les pose pas ou les tient pour insolubles. Il y a, entre l'homme et la nature, une certaine harmonie, dont on semble alors se contenter. Kant ne s'en contente pas. Il aperçoit que […] Lire la suite

PERCEPTION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 214 mots

Dans le chapitre « La perception dans l’espace  »  : […] Dans sa Critique de la raison pure (1781), et plus particulièrement dans la chapitre intitulé « Esthétique transcendantale » (le mot « esthétique » étant pris dans son ancienne acception de « philosophie de la sensation »), Emmanuel Kant (1724-1804) se penche sur ce qu’il nomme le «  phénomène  », autrement dit la réalité apparente que nous offrent nos sens. Tous les objets que nous percevons, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise BURGELIN, « ESTHÉTIQUE & ANALYTIQUE TRANSCENDANTALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-et-analytique-transcendantales/