FLAHERTY ROBERT (1884-1951)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Robert Flaherty, explorateur à ses débuts, est considéré comme le père du documentaire cinématographique. Son premier film, Nanook of the North (Nanouk l'esquimau, 1922), tourné chez les Inuits, obtint un succès mondial, de même que le dernier, Louisiana Story (1946). Après Moana (1926), tourné aux îles Samoa, Flaherty, incompris des producteurs, des milieux du cinéma et du public, réalisa plusieurs films de commande, mais aussi un chef-d'œuvre : Man of Aran (1934). Ces quatre films, malgré une carrière difficile, ont suffi à établir la gloire et la singularité d'un cinéaste de génie.

Une relation personnelle au monde

Le père de Flaherty, d'origine irlandaise, émigre au Canada, où il se lance dans l'exploitation minière avant de tenter sa chance vers l'ouest. Le jeune Robert, entraîné par ses récits, va vivre une année parmi les mineurs et les prospecteurs, fréquentant le campement indien voisin, rêvant des immenses paysages du nord. Prospecteur d'or, il entreprend la première de ses cinq expéditions d'exploration (1910-1916). Lors d'un voyage, il emporte une caméra. À son retour, il passe un hiver à faire un montage, mais le négatif est détruit accidentellement. Flaherty, insatisfait de cette première tentative, qui privilégiait le pittoresque, rencontre un représentant de la maison Révillon Frères, qui souhaitait concurrencer la Hudson's Bay Company dans le commerce des fourrures. Un film sur les esquimaux pouvait devenir un moyen de publicité : ainsi naquit Nanook of the North.

« Cette fois, il emportait des appareils pour développer, tirer et projeter ses films, en sorte qu'il pouvait voir ce qu'il prenait au fur et à mesure, savoir ce que la caméra donnait, ce qu'elle pouvait faire, connaître la nature de sa nouvelle machine » (Frances Flaherty). Vivant avec les Inuits, dans les mêmes conditions, Flaherty met au point sa méthode, basée sur la connaissance du milieu naturel et humain. Nanouk et ses amis participèrent activement à la réalisation du film. Présenté à New York en juin 192 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : écrivain et critique de cinéma, ancien chargé de cours à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot, docteur de troisième cycle, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  FLAHERTY ROBERT (1884-1951)  » est également traité dans :

NANOUK L'ESQUIMAU (R. Flaherty)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 223 mots

Lorsque Robert Flaherty (1884-1951) obtient un financement des fourrures Révillon pour tourner Nanouk l'Esquimau (Nanook of the North), il explorait déjà depuis dix ans la baie d'Hudson et découvrait ses habitants. Il passe ensuite deux ans avec une famille d'Esqui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nanouk-l-esquimau/#i_11660

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma documentaire

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 5 452 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le temps du muet (1896-1930) »  : […] Filmer le réel à l'état brut est une pratique courante depuis Lumière, dont c'était l'unique ambition, et qui a envoyé ses opérateurs aux quatre coins du monde. Leur expérience (qu'on pense à la carrière d'un Félix Mesguich) a été précieuse, mais il y a loin du document au documentaire, de l'enregistrement avec dispositif minimal à l'œuvre élaborée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-cinemas-paralleles-le-cinema-documentaire/#i_11660

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le regret du Paradis »  : […] L'érotisme, c'est d'abord la liberté de la chair épanouie, un élan naïf, natif, paradis où le plaisir existe, non le péché. Dionysos se fait apollinien, Apollon dionysiaque. Minceur et vigueur des corps, franchise des yeux, comme dans le Parfum exotique de Baudelaire. Aspiration typique d'époque civilisée ? Sans doute ; mais il appartient au ciném […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_11660

MURNAU FRIEDRICH WILHELM - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 718 mots

28 décembre 1888 Naissance de Friedrich Wilhelm Plumpe à Bielefeld, en Westphalie. 1895 Participe aux représentations données par sa sœur dans le théâtre qu'elle a aménagé dans les combles de la propriété familiale. 1897 Il reçoit un théâtre miniature où il montera les pièces vues au théâtre, à Kassel. 1905 Voyage à Paris, qui le fascine. Acteu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/murnau-reperes-chronologiques/#i_11660

MURNAU FRIEDRICH WILHELM

  • Écrit par 
  • Denis MARION
  •  • 1 507 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De l'horreur à l'Éden »  : […] De son vrai nom Friedrich Wilhelm Plumpe, né à Bielefeld (Westphalie), mort à Hollywood par suite d'un accident d'auto, Murnau, en vingt-deux ans, dirige vingt-deux films, dont une dizaine seulement sont conservés et quatre sont considérés comme des classiques : Nosferatu (1921-1922) , Le Dernier des hommes (1924), L'Aurore (1927) et Tabou (1931) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-wilhelm-murnau/#i_11660

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy GAUTHIER, « FLAHERTY ROBERT - (1884-1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-flaherty/