Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ESPACE-TEMPS

Espace-temps et formalisme mathématique

L'espace-temps de la relativité restreinte peut être caractérisé par l'intervalle élémentaire :

qui sépare deux points-événements infiniment voisins P(x, y, z, t) et P′(x + dx, y + dy, z + dz, ct + cdt). Cet intervalle est invariant dans une transformation de Lorentz.

On constate que l'expression (3), qui fait intervenir des coordonnées réelles (x, y, z, t), comporte un signe + et trois signes − : l'ensemble des signes + − − −  est dit signature et cette signature est dite hyperbolique normale. Elle généralise en effet, dans un formalisme quadridimensionnel, l'équation usuelle de l'hyperbole y2 − x2 = Cte. Une telle signature hyperbolique est choisie pour assurer la condition :

c'est-à-dire :
ou :

La vitesse de la lumière est alors supérieure à la vitesse de toute particule matérielle.

Bien entendu, l'emploi de coordonnées imaginaires telles que x4 = ict c'est-à-dire (dx4)2 = − c2 dt2 entraînerait :

L'intervalle comporte alors des termes de même signe et la signature est dite elliptique. Il s'agit là d'une représentation purement formelle qui permet parfois des développements plus simples. D'une manière analogue, en posant :

c'est-à-dire une extension quadridimensionnelle du théorème de Pythagore.

L'espace-temps quadridimensionnel constitue un espace improprement euclidien, « improprement » en raison de la signature hyperbolique. L'introduction d'une signature elliptique, par l'intermédiaire de coordonnées imaginaires, permet de lui conférer les propriétés usuelles d'un espace quadridimensionnel euclidien (théorème de Pythagore).

La relativité générale introduit un espace-temps toujours quadridimensionnel mais non euclidien. Il s'agit en effet d'un espace-temps de Riemann, qui se distingue de l'espace-temps de Minkowski (dit espace-temps « plat ») par la présence d'une courbure.

Dans ce cas, l'intervalle élémentaire entre deux points infiniment voisins de cet espace-temps courbe quadridimensionnel :

introduit une « métrique » dont les composantes gαβ permettent de définir une courbure non nulle.

C'est la combinaison des gαβ et de leurs dérivées premières et secondes qui permet alors de définir la courbure de l'espace-temps.

Il faut dans ces conditions que les gαβ puissent être dérivés une et même deux fois, sauf en quelques régions singulières : on dit alors que la variété espace-temps courbe est de classe C2, C3 par morceaux.

Les gαβ forment les deux composantes d'un tenseur symétrique du second rang : le tenseur métrique. Si la courbure est faible :

Les ds2 qui caractérisent un espace-temps courbe quadridimensionnel tendent alors vers le ds2 (3), qui définit l'espace-temps plat de la relativité restreinte : ce dernier joue ainsi le rôle d'un espace-temps euclidien (ou plutôt improprement euclidien) tangent à l'espace-temps courbe.

— Marie-Antoinette TONNELAT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant au laboratoire de physique théorique, université de Nice
  • : professeur à la faculté des sciences de l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Albert Einstein - crédits : Encyclopedia Britannica

Albert Einstein

Cône caractéristique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Cône caractéristique

Domaine tridimensionnel - crédits : Encyclopædia Universalis France

Domaine tridimensionnel

Autres références

  • BIG BANG

    • Écrit par Marc LACHIÈZE-REY
    • 2 533 mots
    • 4 médias
    Autre problème en suspens, celui qui concerne la géométrie de l'espace. En effet, il est possible de spécifier, au sein de l'espace-temps, la géométrie de l'espace (ce qui n'est pas toujours possible en relativité générale) : l'espace à 3 dimensions réside « dans » l'...
  • HUBBLE-LEMAÎTRE CONSTANTE DE

    • Écrit par Mickael RIGAULT
    • 2 491 mots
    ...prévu, il faut revenir sur le concept d’expansion de l’Univers et donc sur la différence entre les mouvements propres des galaxies et la dilatation de l’espace-temps. Le fait que les galaxies s’éloignent de la Terre d’autant plus vite qu’elles sont lointaines ne signifie pas que notre Galaxie, la Voie...
  • COSMOLOGIE

    • Écrit par Marc LACHIÈZE-REY
    • 9 300 mots
    • 6 médias
    ...dépouillant de leur caractère d'absolu et d'indépendance, imposent d'abandonner les notions d'espace et de temps séparés et de les remplacer par celle d' espace-temps. Un espace-temps qui, de plus, doit être muni d'une structure géométrique complexe. Il n'y avait aucun doute que c'est dans un tel cadre que...
  • DÉCOUVERTE DES IMAGES GRAVITATIONNELLES

    • Écrit par James LEQUEUX
    • 281 mots

    La théorie de la relativité générale prévoit que la lumière est défléchie lors de son passage près d'une importante concentration de masse. Cet effet a été observé pour la première fois le 29 mai 1919, par Arthur Stanley Eddington, au cours d'une éclipse totale de ...

  • Afficher les 44 références

Voir aussi