EDDINGTON ARTHUR STANLEY (1882-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Arthur Stanley Eddington fut le principal artisan de la théorie moderne des étoiles ; il appartint aussi à la première génération des grands théoriciens de la relativité. Il s'engagea plus tard dans une entreprise originale et audacieuse, tendant à reconstruire mathématiquement, sur la base de principes épistémologiques, la structure du monde physique ; il ne vint pas à bout de cette tâche. Parallèlement, il écrivit des essais d'analyse philosophique dans lesquels se développent des vues pénétrantes sur la science contemporaine et s'affirme l'intention d'associer l'esprit de cette science à la défense de certaines valeurs traditionnelles du spiritualisme.

Une vie sans histoire

Arthur Stanley Eddington naît le 28 décembre 1882, à Kendal, dans le nord-ouest de l'Angleterre, où son père, Arthur Henry, est directeur d'une école secondaire réputée. Sa mère, Sarah Ann, née Shout, devenue veuve deux ans après, s'en va vivre, avec son fils et sa fille Winifred, à Weston-super-Mare, dans le Somerset, contrée d'origine des Eddington. Le père et la mère du futur savant appartenaient l'un et l'autre à des familles traditionnellement affiliées à la secte des quakers (l'un des ancêtres de Sarah Shout avait même participé, deux siècles auparavant, à la fondation de la secte). Arthur Stanley ne renie pas cet héritage : il devient lui-même et restera, sa vie durant, un membre actif de la société des Amis, suivant régulièrement ses pratiques, professant un christianisme ouvert et sans dogmatisme, et des principes de fraternité, de tolérance, de libéralisme et de pacifisme.

Il est un brillant élève de toutes les écoles qu'il fréquente, à Weston-super-Mare d'abord, puis à Manchester, et enfin au Trinity College de Cambridge, où il accomplit, en 1904, le rare exploit de se classer en tête – senior wrangler – au tripos de mathématiques, après seulement deux ans d'études. En 1906, ses études terminées, il entre dans la carrière astronomique comme chief assistant à l'observatoire de Greenwich ; les élections générales [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de philosophie, docteur ès lettres, professeur d'épistémologie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  EDDINGTON ARTHUR STANLEY (1882-1944)  » est également traité dans :

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « 1900-1950 : les débuts de l'astronomie contemporaine »  : […] Il est quelque peu arbitraire de faire commencer avec le xx e  siècle l'astronomie contemporaine et ses grands instruments. Les premiers grands télescopes sont bien antérieurs, puisque ceux de William Herschel datent de la fin du xviii e  siècle et que William Parsons (lord Rosse, 1800-1867) achève en 1845 en Irlande un télescope géant de 182 centimètres d'ouverture, le plus grand télescope à miro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_20778

DÉCOUVERTE DES IMAGES GRAVITATIONNELLES

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 280 mots

La théorie de la relativité générale prévoit que la lumière est défléchie lors de son passage près d'une importante concentration de masse. Cet effet a été observé pour la première fois le 29 mai 1919, par Arthur Stanley Eddington, au cours d'une éclipse totale de Soleil. En 1937, l'astronome suisse Fritz Zwicky prédit que l'on pourrait observer des images gravitationnelles déformées d'objets loi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-des-images-gravitationnelles/#i_20778

ÉTOILES

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • Jean-Pierre CHIÈZE
  •  • 13 466 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Masse et relations masse-luminosité »  : […] On dispose à l'heure actuelle d'une seule méthode précise directe de détermination des masses stellaires, applicable seulement dans le cas des étoiles doubles. Les masses ainsi trouvées diffèrent peu de la masse du Soleil : alors que les magnitudes absolues et les diamètres stellaires peuvent différer de trois ou quatre ordres de grandeur, les masses des étoiles connues se situent entre 0,07 et e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etoiles/#i_20778

GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Brandon CARTER
  •  • 8 941 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Gravitation et évolution stellaire »  : […] Bien que les étoiles de la classe la plus répandue dans notre Galaxie et ailleurs aient des rayons extrêmement variables, leurs masses diffèrent en général assez peu de celle du Soleil (environ d'un facteur dix). Cela correspond au fait que, quels que soient leur rayon et leur densité, toutes les variétés « normales » d'étoiles comportent le même nombre N de baryons (nombre total de protons et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravitation-et-astrophysique/#i_20778

ONDES GRAVITATIONNELLES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 832 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La déviation des rayons lumineux au voisinage d’objets massifs »  : […] Puisque les rayons lumineux suivent les géodésiques de l’espace, la courbure causée par la proximité d’objets massifs comme le Soleil induit une déviation par rapport à leur propagation « en ligne droite » dans l’espace plat. Arthur Stanley Eddington (1882-1944) réalisa la première – et la plus célèbre – observation de ce type lors d’une éclipse totale de Soleil en 1919 : il observa que la direct […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ondes-gravitationnelles/#i_20778

QUASARS

  • Écrit par 
  • Philippe VÉRON
  •  • 5 606 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La source d'énergie des quasars »  : […] Les radiogalaxies elliptiques ont une structure radio formée de deux lobes symétriques par rapport à la galaxie. Une fraction des radioquasars ont une structure semblable. De plus, un certain nombre de radiogalaxies ont un noyau optique du type Seyfert 1. Tout cela indique que les radiogalaxies ne se distinguent très probablement des radioquasars que par la faiblesse du noyau optique. Nous avons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quasars/#i_20778

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MERLEAU-PONTY, « EDDINGTON ARTHUR STANLEY - (1882-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-stanley-eddington/