ROHMER ÉRIC (1920-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les « Contes des quatre saisons »

Après un agréable intermède (Quatre Aventures de Reinette et Mirabelle, 1986) et un intéressant document historique télévisuel (Les Jeux de société, 1989), Conte de printemps inaugure, en 1990, une nouvelle série, les « Contes des quatre saisons ». Le terme de « conte » est ici à prendre dans le sens de légende ou récit magique et imaginaire, et non plus seulement narratif ou mensonger. Le choix des saisons inscrit la notion dans un cadre cosmique et le débat dans une perspective plus vaste : le temps s'ajoute à l'espace comme catégorie a priori de l'univers rohmérien. Une conversation autour de la philosophie transcendantale et de Kant occupe d'ailleurs le centre de Conte de printemps. Si les attitudes morales et sentimentales des personnages demeurent au cœur des intrigues de Conte d'hiver (1992), de Conte d'été (1996) et de Conte d'automne (1998), elles font de plus en plus place à une réflexion sur la connaissance. Comment exercer sa liberté et définir des principes de vie sans se poser la question de l'illusion et de la vérité, de ce qui vient de notre esprit et de ce qui lui est extérieur ? Ce qu'un personnage de Conte d'hiver exprime à sa façon : « Il est important de se poser le problème de l'existence de la vache, de la réalité du monde ». Au moment où les images de synthèse se passent de tout référent matériel, Rohmer s'interroge, non plus en termes théoriques comme au temps de Bazin, mais en termes de création, sur ce que voient aussi bien ses personnages que le spectateur. L'image n'est plus la preuve irréfutable opposée à la subjectivité du discours, elle est susceptible de créer le doute, dès lors qu'elle relève à la fois du monde sensible et de l'imaginaire. Déjà, à la fin du Rayon vert, selon la qualité de la projection ou le support (film ou vidéo), le spectateur voyait ou non le fameux rayon vert dont la présence devait justifier l'obstination de l'héroïne. Au pur phénomène optique s'ajoutait celui de la croyance du spectateur dans la signification de ce rayon, inspiré du roman de Jules Verne. Félicie, dans Conte [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  ROHMER ÉRIC (1920-2010)  » est également traité dans :

L'ANGLAISE ET LE DUC (É. Rohmer)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 934 mots

Tourné en décors naturels, La Marquise d'O respectait le comportement, la gestuelle, le verbe de l'époque de la nouvelle de Kleist. Perceval le Gallois, tourné en studio, renvoyait, par son décor de forme elliptique, aux sculptures et enluminures des xiie et xiiie s […] Lire la suite

CONTE D'AUTOMNE (É. Rohmer)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 982 mots

Par définition, la série des « Contes des quatre saisons », inaugurée en 1990 avec Conte de printemps, nous parle de contes et de saisons, c'est-à-dire de chimères et du temps qui s'écoule, éléments déjà présents dans les précédentes séries de l'œuvre de Rohmer. On pourrait, à tort, n'y voir qu'une simple continuité. Ainsi les héroïnes du dernier film de la série, […] Lire la suite

LES AMOURS D'ASTRÉE ET DE CÉLADON (É. Rohmer)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 995 mots

Dès le premier regard, on perçoit que l'intrigue qu'Éric Rohmer a retenue des quelque cinq mille pages deL'Astrée (1607-1628), le célèbre roman pastoral d'Honoré d'Urfé, ressemble à s'y méprendre à une quintessence des « Contes moraux », des « Comédies et proverbes » et des « Contes des qu […] Lire la suite

MA NUIT CHEZ MAUD, film de Éric Rohmer

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 952 mots

En 1969, la Nouvelle Vague est déjà loin. Éric Rohmer (1920-2010), chef de file des « jeunes turcs » des Cahiers du cinéma, a totalement manqué son entrée dans la carrière de réalisateur avec un film très personnel, Le Signe du lion (1962), qui n'est distribué que conf […] Lire la suite

ALMENDROS NESTOR (1930-1992)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 527 mots

Avec Raoul Coutard, Nestor Almendros a largement contribué, en France, à transformer l'image de cinéma et à la faire entrer dans sa période moderne. Né en 1930 à Barcelone, il rejoint en 1948 son père exilé à La Havane, où il réalise des films amateurs. Après un bref passage au Centro sperimentale de Rome, au contact des cinéastes « indépendants » new-yorkais, il tourne son premier court-métrage […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma français »  : […] Dans l'espace occidental, il est le seul concurrent sérieux de son homologue américain. Le soutien étatique et le dynamisme de la production fondée sur la relation privilégiée avec la chaîne de télévision Canal Plus (qui s'est imposée comme le grand argentier du cinéma français) n'expliquent cependant pas tout. Si dans d'autres domaines la France a fait valoir, à tort ou à raison, la prépondéranc […] Lire la suite

CRITIQUE DE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 021 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le débat autour des notions d'auteur et de mise en scène »  : […] Deux publications préparent la naissance d'une critique moderne. L'Écran français (1943-1953), né sous la clandestinité, et d'abord abrité par Les Lettres françaises , devient rapidement un hebdomadaire indépendant de ses origines politiques comme de la publicité cinématographique. Dans cet espace de liberté, sous la direction de Jean-Pierre Barrault et Jean Vidal, s'affrontent les « anciens », r […] Lire la suite

GODARD JEAN-LUC - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 412 mots

3 décembre 1930 Naissance de Jean-Luc Godard à Paris, d'une riche famille bourgeoise et protestante suisse. Il est élevé par sa mère au milieu des livres, et dans la religion protestante. 1948 Après des études dans un collège à Nyons en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris, il passe son baccalauréat à Grenoble, et renonce à faire « maths-sup ». 1949 Prépare propédeutique et un certificat d'ethn […] Lire la suite

LONSDALE MICHAEL (1931-2020)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

Doté d’une présence singulière (une voix et une diction décalées, un physique raide et emprunté), le comédien Michael (ou Michel) Lonsdale, a été, à partir du mitan des années 1950, une figure majeure d’un ambitieux théâtre d’avant-garde. En parallèle, il a construit une filmographie de nature variée (plus de 120 titres), le comédien volant souvent la vedette aux premiers rôles par ses apparition […] Lire la suite

LUCHINI FABRICE (1951- )

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 611 mots

On découvre Fabrice Luchini interprétant un adolescent (quoique il ait déjà dix-neuf ans, puisque né en 1951 à Paris) dans Le Genou de Claire (Eric Rohmer, 1970) et il demeurera un acteur « rohmérien » : Perceval le Gallois (1980), La Femme de l'aviateur (1981), Quatre aventures de Reinette et Mirabelle (1986), L'Arbre, le maire et la médiathèque (1992). De fait, il porte à son extrême, dans […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « ROHMER ÉRIC - (1920-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eric-rohmer/