ENDOMÉTRIOSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un diagnostic difficile et souvent tardif

L’endométriose se manifeste le plus souvent par des symptômes douloureux et(ou) une altération de la fertilité. En réalité, la symptomatologie est assez individuelle et il n’existe pas une, mais des endométrioses, avec des traductions cliniques, des localisations et des évolutions très diverses.

Les douleurs surviennent en général lors des règles ou des rapports sexuels. Cependant, les femmes peuvent aussi présenter des douleurs chroniques pelviennes, parfois associées à des troubles du transit intestinal, des difficultés à uriner, lorsque les noyaux endométriosiques ont diffusé au tube digestif et à la vessie. Lorsqu’ils sont rythmés par le cycle menstruel, les troubles sont évocateurs. Il est bon de rappeler qu’il n’est pas normal d’avoir des douleurs des règles qui s’aggravent au fil du temps et qui entraînent une altération importante de la vie quotidienne ou qui s’accompagnent de symptômes douloureux pelviens, et qu’il faut consulter dans ce cas, même si un bon nombre de ces douleurs ne sont pas liées à l’endométriose. Cela posé, bien des signes de cette pathologie ne sont pas spécifiques.

L’endométriose est en moyenne diagnostiquée dix ans après les premiers symptômes. La difficulté diagnostique est d’autant plus grande que les symptômes ne sont pas corrélés à l’importance des nodules d’endométriose. Ainsi, certaines femmes présentant des lésions d’endométriose notables (découvertes par hasard en imagerie ou lors d’une intervention chirurgicale) ne présentent aucun trouble clinique. Comme elle constitue aussi une cause très courante d’infertilité féminine, il n’est pas rare que l’endométriose soit découverte à l’occasion d’une recherche de traitement de celle-ci. Environ un tiers des patientes souffrant de la maladie présenteraient en effet une infertilité. Cette affection paraît aussi accroître de 10 p. 100 la survenue de fausses couches (ce qui a longtemps été débattu), ainsi que l’a mis en évidence une étude entreprise en 2016 sur 750 femmes dans le service de gynécologie du professeur Charles Chapron à l’hôpital Cochin de Paris.

Le diagnostic formel repose sur l’examen gynécologique et l’imagerie : échographie endovaginale et éventuellement imagerie par résonance magnétique (IRM) pelvienne (qui visualisent les nodules endométriosiques), parfois associées à d’autres méthodes d’exploration lorsque l’endométriose a pu s’étendre (écho-endoscopie rectale, coloscanner, échographie rénale…). Il était auparavant assez courant de proposer aux femmes une exploration chirurgicale par cœlioscopie pour rechercher les nodules et, éventuellement, les détruire. Les recommandations de prise en charge de l’endométriose, proposées à la fin de 2017 par les gynécologues du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) et la Haute Autorité de santé (HAS), ont restreint ces cœlioscopies à visée diagnostique aux cas difficiles, lorsque l’échographie et l’IRM n’apportent pas d’éléments d’information décisifs.

Lésions d’endométriose vue par cœlioscopie

Photographie : Lésions d’endométriose vue par cœlioscopie

Lorsque l'IRM ou l'échographie ne sont pas conclusives, l'observation directe de lésions sur le péritoine ou d'autres organes par cœlioscopie peut permettre de diagnostiquer une endométriose. Ici, des nodules rouges – car emplis de sang –, caractéristiques de cette pathologie, sur le... 

Crédits : Dr Najeeb Layyous /SPL/ AKG-images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Diversité des foyers d’endométriose

Diversité des foyers d’endométriose
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Lésions d’endométriose vue par cœlioscopie

Lésions d’endométriose vue par cœlioscopie
Crédits : Dr Najeeb Layyous /SPL/ AKG-images

photographie

Marche mondiale contre l’endométriose

Marche mondiale contre l’endométriose
Crédits : Zakaria Abdelkafi/ AFP

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ENDOMÉTRIOSE  » est également traité dans :

ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION (AMP) ou PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE (PMA)

  • Écrit par 
  • René FRYDMAN
  •  • 7 650 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Endométriose  »  : […] L’endométriose représente près de 10 p. 100 des indications de la F.I.V. C’est une pathologie d’origine mal connue, définie par la présence de cellules de l’endomètre (zone qui tapisse l’intérieur de la cavité utérine) en dehors de leur localisation habituelle. Elle peut entraîner une infertilité, soit de façon mécanique quand il existe des noyaux d’endométriose obstructifs sur les trompes ou sur […] Lire la suite

GÉNITAL APPAREIL

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Bernard JAMAIN, 
  • Maurice PANIGEL
  • , Universalis
  •  • 14 782 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Endométriose »  : […] L' endométriose est une affection très particulière ni tumorale ni inflammatoire, au diagnostic difficile et dont la thérapeutique fait appel aussi bien aux procédés médicaux que chirurgicaux. Elle est due à la présence d'éléments de la muqueuse utérine dans les divers tissus ou organes du pelvis, et quelquefois même en dehors du pelvis. Chacun se comporte comme un utérus en miniature et, comme te […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Corinne TUTIN, « ENDOMÉTRIOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/endometriose/