PICARD ÉMILE (1856-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Équations fonctionnelles

Picard s'intéressa à maintes généralisations des fonctions elliptiques ou doublement périodiques. Dans ce domaine, son nom est attaché à l'équation fonctionnelle :

où la fonction f est l'inconnue, tandis que le nombre t et la fonction rationnelle R sont donnés : dans une note aux C.R.A.S. du 9 octobre 1893, il montrait que cette équation, comme celle de Poincaré :
si |s| > 1, a toujours des solutions méromorphes sur tout le plan.

D'autre part, Riemann avait affirmé, sans preuve suffisante, que : Si une fonction f méromorphe sur Cn a 2 n périodes linéairement indépendantes sur R, ou bien ces périodes sont liées par certaines relations, ou bien f peut s'exprimer en fonction de moins de n variables. Dans une note aux C.R.A.S. du 3 décembre 1883, Picard et Poincaré démontrèrent ce théorème fondamental, puis, reprenant seul la question pour n = 2, Picard remarqua, dans une note du 18 mars 1889, que : Si l'on autorise f à avoir des singularités essentielles, alors les quatre périodes peuvent être choisies arbitrairement.

Les fonctions méromorphes quadruplement périodiques de deux variables, généralisant directement les fonctions elliptiques, permettent de représenter paramétriquement certaines surfaces algébriques, qui firent l'objet d'importants travaux sous le nom de surfaces hyperelliptiques.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Classification

Autres références

«  PICARD ÉMILE (1856-1941)  » est également traité dans :

FONCTIONS ANALYTIQUES - Fonctions d'une variable complexe

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 13 422 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Points singuliers »  : […] Soit f une fonction analytique dans un disque pointé 0  <  | z  −  a |  […] Lire la suite

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Méthode des approximations successives »  : […] Un autre problème célèbre, dû à Ptolémée (128-168), est celui de la recherche de valeurs approchées de sin 1 0 . (Ce problème apparaît dans la construction de tables trigonométriques.) Dans l' Almageste , Ptolémée calcule sin 72 0 et sin 60 0  ; il en déduit sin 12 0 puis, par dichotomies successives, sin 1 0 30′ et sin 45′. Il effectue enfin une interpolation linéaire pour obtenir une valeur a […] Lire la suite

WEIERSTRASS KARL THEODOR WILHELM (1815-1897)

  • Écrit par 
  • Michel HERVÉ
  •  • 2 273 mots

Dans le chapitre « Fonctions d'une variable complexe »  : […] Dans l'étude des fonctions d'une variable complexe, contrairement à ses prédécesseurs, Weierstrass fait jouer le principal rôle aux développements tayloriens : c'est ce qu'on appelle le point de vue de Weierstrass, où holomorphie est synonyme d'analyticité, tandis qu'au point de vue de Cauchy l'holomorphie est la différentiabilité pour la structure complexe. Ainsi, c'est à l'aide des développemen […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

« PICARD ÉMILE - (1856-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-picard/