PICARD ÉMILE (1856-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mathématicien français Charles Émile Picard fut un analyste profond et inspiré, un travailleur infatigable et un professeur captivant. Trois guerres le frappèrent durement, mais sa carrière ne compta que des succès rapides : agrégé et docteur la même année, à vingt et un ans ; professeur à la Sorbonne à vingt-cinq ans, membre de l'Académie des sciences à trente-trois ans ; secrétaire perpétuel de cette académie pendant près d'un quart de siècle, il connut encore, en 1924, l'honneur de représenter la science à l'Académie française.

L'œuvre de Picard n'est dépassée en importance que par celle de son génial contemporain Henri Poincaré : la liste de ses publications dans les périodiques scientifiques compte plus de trois cents titres ; les résultats qu'il obtint lui-même et les recherches qu'il suscita sont également remarquables.

Les théorèmes de Picard en théorie des fonctions

Le plus célèbre théorème de Picard figure dans une note aux Comptes rendus de l'Académie des sciences (C.R.A.S.), datée du 19 mai 1879, sous sa forme primitive, et dans les Annales de l'École normale supérieure de 1880 sous la forme suivante : Si z0 est point singulier essentiel isolé de la fonction méromorphe f, celle-ci, dans un voisinage de z0, ne peut omettre que deux valeurs au plus. La beauté du résultat, le meilleur possible comme le montre l'exemple simple (z) = th z, z0 = ∞, est encore rehaussée par une démonstration savante et merveilleusement habile, où le but est atteint alors qu'il semble lointain.

Aucun théorème sans doute ne fut plus stimulant pour la théorie des fonctions : on chercha une démonstration plus directe ; on remplaça les points où f prend une valeur donnée par ceux où f et une fonction algébrique donnée ont une valeur commune ; on restreignit le voisinage de z0 à un angle de sommet z0 ; enfin on affina le théorème en ajoutant à l'alternative « f prend ou omet la valeur a » une évaluation de |(z) − a|, ce qui mena le Finlandais Rolf Nevanlinna à remplacer la notion de valeur omise par celle, plus nuancée, de défaut.

D'après le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PICARD ÉMILE (1856-1941)  » est également traité dans :

FONCTIONS ANALYTIQUES - Fonctions d'une variable complexe

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 13 422 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Points singuliers »  : […] Soit f une fonction analytique dans un disque pointé 0  <  | z  −  a |  <  r . Un tel disque pointé étant un cas particulier de couronne, f admet un développement du type (31). Remarquons qu'ici la série entière : converge pour tout ζ ∈  C  ; u est donc une fonction analytique dans tout le plan telle que u (0) = 0. On dit que : est la partie sing […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonctions-analytiques-fonctions-d-une-variable-complexe/#i_29211

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Méthode des approximations successives »  : […] Un autre problème célèbre, dû à Ptolémée (128-168), est celui de la recherche de valeurs approchées de sin 1 0 . (Ce problème apparaît dans la construction de tables trigonométriques.) Dans l' Almageste , Ptolémée calcule sin 72 0 et sin 60 0  ; il en déduit sin 12 0 puis, par dichotomies successives, sin 1 0 30′ et sin 45′. Il effectue enfin un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-numerique/#i_29211

WEIERSTRASS KARL THEODOR WILHELM (1815-1897)

  • Écrit par 
  • Michel HERVÉ
  •  • 2 273 mots

Dans le chapitre « Fonctions d'une variable complexe »  : […] Dans l'étude des fonctions d'une variable complexe, contrairement à ses prédécesseurs, Weierstrass fait jouer le principal rôle aux développements tayloriens : c'est ce qu'on appelle le point de vue de Weierstrass, où holomorphie est synonyme d'analyticité, tandis qu'au point de vue de Cauchy l'holomorphie est la différentiabilité pour la structur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-theodor-wilhelm-weierstrass/#i_29211

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel HERVÉ, « PICARD ÉMILE - (1856-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-picard/