ÉMERAUDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les émeraudes d'antan

Jadis, on attribuait à l'émeraude de nombreux pouvoirs. Sa couleur verte, symbole d'espoir et de vie éternelle, en fit un emblème pour de nombreuses religions. L'art moghol nous a laissé de magnifiques émeraudes sur lesquelles sont gravés des versets du Coran, et plusieurs tiares papales furent ornées de ce précieux minéral.

L'émeraude était aussi censée protéger la famille. Dans l'Amérique précolombienne, l'Inca (c'est-à-dire « le seigneur ») portait l'émeraude en signe de sa souveraineté, et ses sujets lui faisaient offrande des pierres qu'ils trouvaient afin de préserver la chasteté des jeunes filles et d'assurer la fidélité des épouses. L'emplacement des mines de Muzo fut oublié lors de la conquête espagnole, et ce n'est qu'en 1764 qu'elles furent redécouvertes par hasard.

Les émeraudes des mines du roi Salomon, dites ensuite mines de Cléopâtre (Cléopâtre VII), au bord de la mer Rouge, furent diffusées sur tout le pourtour méditerranéen où on les négociait très cher, en particulier chez les Romains, qui leur attribuaient de multiples vertus thérapeutiques et leur assuraient la promesse de belles récoltes. Symbole d'amour à Rome, l'émeraude était l'attribut de Vesta et de Vénus.

De merveilleuses pièces sont gardées dans plusieurs musées. Parmi elles, on peut citer la découverte que fit en 1993 une équipe de plongeurs dirigée par Victor Benilous, à 12 milles nautiques de la côte de Floride, dans l'épave d'un vaisseau coulé en 1756 : 75 000 carats d'émeraudes brutes et taillées d'origine aztèque et maya, dont une croix en or, mesurant 7,9 cm × 4,9 cm, ornée de sept émeraudes en cabochon, et, surtout, la « Reine Isabelle », une magnifique émeraude de 964 carats ayant appartenu à Hernán Cortés et que l'on croyait perdue à jamais, de forme rare, oblongue. On peut voir au Kunsthistorisches Museum de Vienne, en Autriche, un flacon à onguent de 12 centimètres de hauteur, pesant 2 680 carats, taillé dans une seule émeraude par Denis Miseromi en 1642 pour les Habsbourg. Le musée de Topkapi, à Istanbul, est célèbre pour sa collection d'émeraudes qui comp [...]


Médias de l’article

Structure de l'émeraude

Structure de l'émeraude
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Type brésilien : formation des émeraudes

Type brésilien : formation des émeraudes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Type colombien : formation des émeraudes

Type colombien : formation des émeraudes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  ÉMERAUDE  » est également traité dans :

BÉRYL

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 709 mots
  •  • 1 média

Cyclosilicate d'aluminium et de béryllium, le béryl se présente sous forme de cristaux hexagonaux lisses ou striés parallèlement à l'allongement. La base des cristaux est souvent plane (perpendiculaire à l'axe de symétrie 6) ou tronquée de faces pyramidales rarement complètes. Les cristaux sont généralement de taille centimétrique, mais on connaît aussi des formes géantes de béryl « pierreux », d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beryl/#i_847

BÉRYLLIUM

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Robert GADEAU, 
  • Jean PERROTEY
  •  • 5 432 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les béryls gemmes »  : […] Toutes les variétés limpides sont utilisées en joaillerie. La goshenite incolore, la morganite rose, l' héliodore jaune sont assez appréciés, ainsi que certains béryls vert pâle. L' aigue-marine , d'un bleu-vert assez clair, provient de nombreux gisements, mais surtout du Brésil et de Madagascar, qui fournit des pierres d'un bleu plus soutenu. L' émeraude , également connue depuis l'Antiquité, at […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beryllium/#i_847

CHRYSOBÉRYL

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 061 mots
  •  • 1 média

Oxyde de béryllium et d'aluminium, le chrysobéryl (« béryl d'or », du grec chrusos , or, et bêrullos , béryl) est une pierre fine présentant à l'état naturel des cristaux prismatiques ou tabulaires, striés, de couleur jaune verdâtre, grise, brune, vert bleuté. Il est souvent maclé à deux individus, formant un « V » caractéristique, ou à trois individus, prenant alors une forme pseudo-hexagonale. f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chrysoberyl/#i_847

COULEUR DES MINÉRAUX

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 539 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quelques exemples »  : […] Voyons maintenant quelques exemples qui montrent l'importance des impuretés. Commençons par le diamant, une des gemmes les plus prestigieuses, qui est du carbone pur. En l'absence d'atomes étrangers, il est incolore. La présence de bore, à la concentration de quelques millionièmes, lui confère une délicate teinte bleue qui peut aller jusqu'au bleu-noir pour des concentrations de l'ordre du millièm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleur-des-mineraux/#i_847

CRISTAUX - Synthèse des cristaux

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 6 270 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'émeraude et les autres béryls »  : […] Le béryl, silicate d'aluminium et de béryllium Al 2 Be 3 (Si 6 O 18 ), comporte de nombreuses variétés dont les principales gemmes sont l'émeraude (verte et limpide), l'aigue-marine (bleu-vert et transparente) , la morganite (rose) et l'héliodore (jaune). La croissance en dissolution anhydre a toujours été la méthode privilégiée pour l'obtention de ces cristaux. Les premières synthèses avérées de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux-synthese-des-cristaux/#i_847

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 256 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Émeraude »  : […] L'émeraude est une variété de béryl vert foncé (silicate d'aluminium et de bérylium ; H = 7,5 ; cassure conchoïdale). Les belles pierres sont celles qui possèdent une grande transparence et une intense couleur verte. Les pierres limpides d'une certaine grosseur sont rares et atteignent des prix très élevés. L'émeraude cristallise lors de venues ou intrusions acides au contact de roches basiques po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gemmes/#i_847

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « ÉMERAUDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emeraude/