ÉMERAUDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Structure de l'émeraude

Structure de l'émeraude
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Type brésilien : formation des émeraudes

Type brésilien : formation des émeraudes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Type colombien : formation des émeraudes

Type colombien : formation des émeraudes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


La route des émeraudes

À partir de l'étude de plus en plus précise de la structure cristalline des émeraudes, notamment de ses « jardins », de l'attribution d'un mode de formation à chaque pierre, les spécialistes ont pu établir, peu à peu, pour les différentes gemmes une carte d'identité caractéristique de leur provenance. Ainsi, la mesure du rapport des deux principaux isotopes de l'oxygène (16O et 18O) permet d'attribuer un site à chaque cristal. Cette méthode a été appliquée aux soixante-deux gisements d'émeraudes connus, répartis dans dix-neuf pays, permettant l'authentification des pierres précieuses qu'ils recèlent. L'outil utilisé, une sonde ionique, n'est pas nouveau, mais il nécessitait jusqu'à présent un petit prélèvement (de 2 à 5 mg) de l'échantillon analysé : une contrainte peu gênante pour les pierres brutes extraites des mines, mais inacceptable pour les joyaux des musées.

Une nouvelle méthode, fondée sur le même principe, permet désormais de ne prélever qu'une infime quantité (200 millionièmes de milligramme) de minéral. Ainsi, des émeraudes d'antan ont pu dévoiler leur provenance et les historiens en retracer les routes.

Habituellement, on considère que les émeraudes qui arrivaient dans l'Ancien Monde provenaient des mines égyptiennes, exploitées par les pharaons de 3000 à 1500 avant J.-C., ou de celles d'Habachtal (Autriche), découvertes par les Celtes. Parmi les pierres étudiées, l'émeraude dite de Saint Louis, qui ornait le lys central de la couronne des rois de France, provient d'Autriche. De même, deux pierres conservées au Muséum national d'histoire naturelle, étudiées par l'abbé Haüy en 1806, attestent d'une origine autrichienne pour l'une et égyptienne pour l'autre. En revanche, l'émeraude de la boucle d'oreille gallo-romaine, mise au jour en 1997 à Méribel (Ain), provient de façon certaine de la vallée de Swat (Pakistan), une mine que l'on croyait avoir été découverte seulement à la fin des années 1950.

Au xvie siècle, avec la découverte en 1545 par les Espagnols des gisements colombiens de Chivor, une nouvelle route commerciale d'émeraudes [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  ÉMERAUDE  » est également traité dans :

BÉRYL

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 709 mots
  •  • 1 média

Cyclosilicate d'aluminium et de béryllium, le béryl se présente sous forme de cristaux hexagonaux lisses ou striés parallèlement à l'allongement. La base des cristaux est souvent plane (perpendiculaire à l'axe de symétrie 6) ou tronquée de faces pyramidales rarement complètes. Les cristaux sont généralement de taille centimétrique, mais on connaît aussi des formes géantes de béryl « pierreux », d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beryl/#i_847

BÉRYLLIUM

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Robert GADEAU, 
  • Jean PERROTEY
  •  • 5 432 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les béryls gemmes »  : […] Toutes les variétés limpides sont utilisées en joaillerie. La goshenite incolore, la morganite rose, l' héliodore jaune sont assez appréciés, ainsi que certains béryls vert pâle. L' aigue-marine , d'un bleu-vert assez clair, provient de nombreux gisements, mais surtout du Brésil et de Madagascar, qui fournit d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beryllium/#i_847

CHRYSOBÉRYL

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 061 mots
  •  • 1 média

Oxyde de béryllium et d'aluminium, le chrysobéryl (« béryl d'or », du grec chrusos , or, et bêrullos , béryl) est une pierre fine présentant à l'état naturel des cristaux prismatiques ou tabulaires, striés, de couleur jaune verdâtre, grise, brune, vert bleuté. Il est souvent maclé à deux individus, formant un « V » caractéristique, ou à trois individus, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chrysoberyl/#i_847

COULEUR DES MINÉRAUX

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 539 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quelques exemples »  : […] Voyons maintenant quelques exemples qui montrent l'importance des impuretés. Commençons par le diamant, une des gemmes les plus prestigieuses, qui est du carbone pur. En l'absence d'atomes étrangers, il est incolore. La présence de bore, à la concentration de quelques millionièmes, lui confère une délicate teinte bleue qui peut aller jusqu'au bleu-noir pour des concentrations de l'ordre du millièm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleur-des-mineraux/#i_847

CRISTAUX - Synthèse des cristaux

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 6 270 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'émeraude et les autres béryls »  : […] Le béryl, silicate d'aluminium et de béryllium Al 2 Be 3 (Si 6 O 18 ), comporte de nombreuses variétés dont les principales gemmes sont l'émeraude (verte et limpide), l'aigue-marine (bleu-vert et transparente) , la morganite (rose) et l'héliodore (jaune). La croissance en dissolution anhydre a toujours été la méthode privilégiée pour l'obtention de ces cristaux. Les premières synthèses avérées de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux-synthese-des-cristaux/#i_847

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 256 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Émeraude »  : […] L'émeraude est une variété de béryl vert foncé (silicate d'aluminium et de bérylium ; H = 7,5 ; cassure conchoïdale). Les belles pierres sont celles qui possèdent une grande transparence et une intense couleur verte. Les pierres limpides d'une certaine grosseur sont rares et atteignent des prix très élevés. L'émeraude cristallise lors de venues ou intrusions acides au contact de roches basiques po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gemmes/#i_847

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « ÉMERAUDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emeraude/