EMBRYOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les étapes de l'embryologie

Les origines de l'embryologie remontent à l'Antiquité : de nombreux médecins et philosophes s'intéressèrent alors à l'évolution de l'embryon. Leurs moyens techniques étaient réduits, limités à l'observation d'œufs de divers animaux, surtout celui de la poule. Spéculations et hypothèses remplaçaient l'insuffisance des techniques. Les doctrines les plus variées et les plus erronées furent alors proposées pour tenter d'expliquer la formation des êtres.

C'est à Aristote qu'on doit le premier traité d'embryologie connu, ainsi que la première classification des animaux en espèces ovipares, vivipares, et ovovivipares. Mais il échafaude des hypothèses fantaisistes, imprégnées de finalisme, qui seront néfastes au développement de la science jusqu'au Moyen Âge.

Ce n'est qu'au milieu du xviie siècle qu'est franchie une étape importante dans l'histoire de l'embryologie : la publication, en 1651, d'un ouvrage de W. Harvey intitulé Exercitationes de generatione animalium établit la notion fondamentale que « tout ce qui vit vient initialement d'un œuf ».

En étudiant le développement du germe d'œuf de poule, Harvey constate que l'embryon se forme progressivement, partie après partie : ce processus est interprété par la théorie de l'épigenèse. Une autre théorie, celle de la préformation, supplante provisoirement la précédente, grâce à l'utilisation du microscope qui, en 1677, permet l'observation des spermatozoïdes. Cette découverte, s'ajoutant à celle des follicules dans l'ovaire de mammifères faite par R. De Graaf, est interprétée à l'époque comme une preuve que l'être serait préformé, soit dans l'œuf, pour les ovistes, soit dans le spermatozoïde, pour les animalculistes. Parmi les ovistes se rangent Malpighi, Buffon, Malebranche et Bonnet. Les imaginations se donnent libre cours. C'est alors que Bonnet exprime sa fameuse hypothèse de l'« emboîtement des germes ». L'ovaire d'Ève, mère de l'espèce humaine, aurait contenu les germes des [...]


Médias de l’article

Développement comparé d'embryons

Développement comparé d'embryons
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Œufs : divers exemples

Œufs : divers exemples
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Segmentation de l'œuf de grenouille (1) (2) (3)

Segmentation de l'œuf de grenouille (1) (2) (3)
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Segmentation de l'œuf de grenouille (4)

Segmentation de l'œuf de grenouille (4)
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages




Écrit par :

  • : professeur de biologie de la reproduction à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : docteur ès sciences, chargée de recherche au C.N.R.S.
  • : docteur ès sciences, maître de recherche au C.N.R.S.
  • : professeur à la faculté des sciences de Fribourg, Institut de biologie animale

Classification


Autres références

«  EMBRYOLOGIE  » est également traité dans :

ABDOMEN

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 6 342 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le contenu de l'abdomen »  : […] La cavité abdominale est recouverte d'une séreuse, le péritoine, qui tapisse le diaphragme, la face profonde des muscles larges, plus précisément le transverse de l'abdomen et la fosse iliaque, matelassée par le muscle psoas-iliaque. Le versant postérieur de la cavité (fig. 4) n'est pas péritonisé . Il comprend trois régions, l'une médiane, vertébrale, et deux régions latérales ou lombaires. La ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abdomen/#i_88353

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 437 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Reproduction sexuée : origine de la lignée germinale »  : […] Chez de nombreux animaux, la ségrégation de la lignée germinale est précoce, et s'établit dès les premiers stades du développement embryonnaire. Ainsi, chez l'ascaris du cheval, l'œuf fécondé est polarisé : un pôle « animal » et un pôle « végétatif » différent morphologiquement par l'aspect des inclusions cytoplasmiques. Dès la première division de segmentation, l'une des cellules filles ou bla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modes-de-reproduction-des-animaux/#i_88353

BAER KARL ERNST VON (1792-1876)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 688 mots

Naturaliste russe, Karl Ernst von Baer domina la science de son époque et fut l'un des pionniers de l'embryologie moderne. Né en Estonie d'une famille prussienne, il étudie la médecine à l'université de Dorpat (actuellement Tartu), passe sa thèse en 1814, puis voyage durant trois ans (Vienne, Berlin) pour parfaire ses connaissances. En Allemagne (Würzburg), il rencontre J. I. Döllinger qui l'orien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-ernst-von-baer/#i_88353

BALFOUR FRANCIS MAITLAND (1851-1882)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 234 mots

Embryologiste anglais qui, après des études au Trinity College de Cambridge, entre en 1872 dans le laboratoire du physiologiste Foster, puis va travailler sur l'embryologie des élasmobranches à la Stazione zoologica de Naples. De retour à Trinity College, Balfour est nommé assistant d'embryologie, puis directeur du laboratoire de morphologie. Ses recherches personnelles et sa réputation de remarqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-maitland-balfour/#i_88353

BIOLOGIE - La contruction de l'organisme

  • Écrit par 
  • Françoise DIETERLEN
  •  • 2 476 mots
  •  • 1 média

L'étude du développement embryonnaire des animaux métazoaires, organismes complexes constitués de milliards de cellules aux fonctions distinctes qui se différencient harmonieusement à partir de la cellule-œuf, a d'abord été l'objet d'une science descriptive, l'embryologie. Celle-ci fut qualifiée de « causale » lorsqu'elle chercha à comprendre les mécanismes qui président au développement. Aujourd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-la-contruction-de-l-organisme/#i_88353

BLASTOPORE

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 165 mots

Lors de l'embryogenèse animale, au cours de la gastrulation, et au moment où s'invagine le pôle végétatif de la cœloblastula, il se produit une ouverture : c'est le blastopore. Celui-ci donne accès à la cavité archentérique située dans le sac invaginé, ébauche du tube digestif. La destinée du blastopore permet d'identifier deux grandes coupures chez les animaux à symétrie bilatérale. Dans une prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blastopore/#i_88353

CARACTÈRES SEXUELS PRIMAIRES

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 227 mots

Caractères sexuels correspondant à la présence, chez un animal, des gonades (testicules chez le mâle et ovaires chez la femelle) et des annexes génitales, organes directement en rapport avec la fonction de reproduction, c'est-à-dire avec le transport des gamètes et avec l'accouplement (voies génitales et organes copulateurs), éventuellement aussi avec la gestation. Le développement des annexes gén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caracteres-sexuels-primaires/#i_88353

CELLULE - La division

  • Écrit par 
  • Marguerite PICARD
  •  • 4 983 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le contrôle de l'entrée en mitose »  : […] Les mécanismes fondamentaux qui contrôlent la mitose ont été élucidés grâce à la conjonction d'études effectuées par les généticiens, les biochimistes, les embryologistes sur des systèmes biologiques aussi divers que les amphibiens, les invertébrés marins, les cellules de mammifères en culture et la levure Schizosaccharomyces pombe . Lorsque Rao et Johnson font fusionner en 1970 des cellules huma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-la-division/#i_88353

CELLULE - Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 558 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Physiopathologie du mouvement cellulaire dans les organismes multicellulaires »  : […] Les mécanismes moléculaires du mouvement cellulaire ont été élaborés et sélectionnés pendant la longue évolution des eucaryotes à l'état unicellulaire, soit pendant près de 2,5 milliards d'années. Lorsque les eucaryotes multicellulaires sont apparus, il y a seulement 700 millions d'années, ces mécanismes ont été exploités pour constituer des organismes tels que le corps humain, qui contient plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-les-mouvements/#i_88353

CLONAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Paul RENARD
  •  • 5 006 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les trois filières d'obtention de clones »  : […] Les trois techniques qui permettent d'obtenir des clones sont les suivantes : – Le clonage par séparation de blastomères d'un jeune embryon (fig. 2a). Cette approche met à profit la totipotence des cellules embryonnaires, c'est-à-dire l'aptitude de chacune d'entre elles à assurer seule la totalité du développement embryonnaire et fœtal. L'œuf fécondé, ou zygote, est par définition, une cellule t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clonage/#i_88353

DE GRAAF RÉGNIER (1641-1673)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 690 mots

Médecin et physiologiste hollandais né à Schoonhoven, Régnier (ou Reinier) De Graaf étudie à Louvain, puis à Utrecht (1661) où Diemerbroek enseigne l'anatomie, et à Leyde où ses maîtres sont notamment Van Horne et de Le Boë (dit Sylvius). Dans cette ville, il publie Disputatio medica de natura et usu succi pancreatici (1663), où il montre le rôle du suc pancréatique dans la digestion et voit l'or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regnier-de-graaf/#i_88353

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement animal

  • Écrit par 
  • Marc-Yves FISZMAN, 
  • Thomas HEAMS, 
  • Lieba LAZARD, 
  • Andras PALDI, 
  • Alain PRIVAT, 
  • Patricia SIMPSON
  •  • 16 172 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Mise en place du plan d'organisation »  : […] Après la fécondation, l'œuf commence à se diviser en cellules plus petites. Pour initier une activité génétique différente dans les cellules ainsi formées, une asymétrie est nécessaire, telle qu'un pôle de l'œuf diffère du pôle opposé. En général, deux axes embryonnaires perpendiculaires sont mis en place. Le plan du corps, de la tête à la queue, est défini par l'axe antéro-postérieur. L'axe dors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-animal/#i_88353

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 129 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le programme de l'individu »  : […] La période d'organisation de l'être humain a été divisée en 23 stades fondés sur l'examen de 600 spécimens d'embryons reconstruits à l'institut Carnegie de Washington. Ces stades (dits « stades Carnegie ») sont décrits dans les ouvrages classiques d'embryologie humaine auxquels nous renvoyons le lecteur. Dans une vue synthétique, il est possible d'envisager successivement les grands événements qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-humain/#i_88353

DRIESCH HANS (1867-1941)

  • Écrit par 
  • Jane M. OPPENHEIMER
  • , Universalis
  •  • 810 mots

Biologiste et philosophe allemand né le 28 octobre 1867 à Bad Kreuznach en Prusse, mort le 16 avril 1941 à Leipzig. Fils d'un riche marchand d'or de Hambourg, Hans Adolf Eduard Driesch tient peut-être de sa mère, qui hébergeait à la maison toutes sortes d'animaux, son goût pour la zoologie. Hans Driesch fréquente plusieurs universités (à Hambourg, Fribourg et Iéna) où il étudie la zoologie, la chi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-driesch/#i_88353

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La « boîte noire » de l'ontogenèse »  : […] L'avènement de la biologie moléculaire a permis d'ouvrir la « boîte noire » de l'ontogenèse, par trop négligée par la théorie synthétique classique. Dès 1894, William Bateson avait décrit la curieuse anomalie d'une région du corps qui porte un organe normalement porté par une autre, par exemple dans le cas de la mutation du gène antennapedia chez la drosophile, où une patte prend sur la tête […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_88353

GALLIEN LOUIS (1908-1976)

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 557 mots

Embryologiste, professeur à l'université Pierre-et-Marie-Curie (Paris VI) et membre de l'Académie des sciences, Louis Gallien, né à Cherbourg le 2 janvier 1908, est mort à Paris le 6 septembre 1976. Brillant élève, il fait ses études au lycée de Cherbourg, puis à la faculté des sciences de Caen où il acquiert une solide formation de naturaliste. Dès l'âge de vingt ans, il découvre dans la vase de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-gallien/#i_88353

GENERELLE MORPHOLOGIE DER ORGANISMEN (E. Haeckel)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 137 mots
  •  • 1 média

Sept ans après l’ Origine des espèces (1859) du naturaliste anglais Charles Darwin, la publication par l’Allemand Ernst Haeckel (1834-1919) de la Generelle Morphologie der Organismen . Allgemeine Grundzüge der organischen Formen-Wissenschaft , mechanisch begründet durch die von Charles Darwin reformirte Descendenz-Theorie (« Morphologie générale des organismes. Principes généraux de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generelle-morphologie-der-organismen/#i_88353

GÉNOMIQUE - La transgenèse

  • Écrit par 
  • Pascale BRIAND
  •  • 7 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Identification de la filiation cellulaire »  : […] Connaître le destin des cellules issues de la division d'une cellule souche au cours du développement des organismes supérieurs est d'une importance capitale pour la compréhension des mécanismes de différenciation. Les étapes qui précèdent l'implantation de l'embryon sont accessibles à l'observation ; en revanche, celles qui sont postérieures ne permettent pas l'utilisation des traceurs usuels et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genomique-la-transgenese/#i_88353

HAECKEL ERNST HEINRICH (1834-1919)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 740 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une interprétation évolutionniste de la forme des organismes »  : […] Sur un plan purement scientifique, il s’intéresse à la morphologie des organismes, qu’il tente d’expliquer à la lumière de la théorie de l’évolution, interprétant dans ce sens les données de l’anatomie et de l’embryologie comparées. Dès 1862, il publie ainsi une monographie superbement illustrée sur les radiolaires ( Die Radiolarien ), animaux unicellulaires (protozoaires) dans lesquels il voit de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haeckel-ernst-heinrich-1834-1919/#i_88353

HÉRÉDITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BABINET, 
  • Luisa DANDOLO, 
  • Jean GAYON, 
  • Simone GILGENKRANTZ
  •  • 11 220 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La parthénogenèse impossible  »  : […] Dans la nature, un certain nombre d'espèces, tant animales que végétales, se reproduisent par parthénogenèse, c'est-à-dire à partir du gamète femelle, sans aucune participation du gamète mâle. Chez les mammifères, la parthénogenèse naturelle n'a jamais été décrite et les tentatives de parthénogenèse expérimentale se sont toutes soldées par des échecs : si l'on obtient assez aisément un début de d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heredite/#i_88353

HERMAPHRODISME

  • Écrit par 
  • Berthe SALZGEBER
  •  • 1 578 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Hermaphrodisme non fonctionnel »  : […] Lorsqu'il existe indépendamment de la formule génétique un état de bivalence de l'appareil génital juvénile, on parle d' hermaphrodisme embryonnaire . Chez les embryons (ou les larves) des animaux qui manifestent cette bivalence coexistent les ébauches des appareils génitaux, mâle et femelle. Au cours du développement, il doit donc se produire un « virage » privilégiant l'achèvement de l'une des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermaphrodisme/#i_88353

HERTWIG OSKAR (1849-1922)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 192 mots
  •  • 1 média

Embryologiste et cytologiste allemand. Né à Friedberg (Allemagne), Oskar Hertwig a suivi à Iéna l'enseignement de Ernst Heinrich Haeckel (1834-1919) avant de faire des études médicales à Bonn. Il fut nommé professeur d'anatomie à l'université d'Iéna (1881) puis à celle de Berlin (1888-1921). Avec son frère Richard (1850-1937), lui-même professeur de zoologie à Königsberg et à Bonn, il entreprit d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oskar-hertwig/#i_88353

HYBRIDATION

  • Écrit par 
  • Georges BARSKI, 
  • Yves DEMARLY, 
  • Simone GILGENKRANTZ
  •  • 5 920 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les chimères en expérimentation animale »  : […] Les chimères embryonnaires furent d'abord extrêmement précieuses pour comprendre comment, à partir d'une cellule unique, l'œuf fécondé, se forme un individu adulte, dans toute sa complexité. Dès 1926, chez les Urodèles, par implantation de la lèvre dorsale du blastopore, au stade gastrula (troisième stade de développement de l'œuf fécondé), de Triturus taeniatus (pigmenté) sur la face ventrale de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hybridation/#i_88353

HYPOPHYSE ou GLANDE PITUITAIRE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Universalis
  •  • 6 568 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le lobe antérieur »  : […] L' hypophyse se développe à partir de deux ébauches totalement différentes : une évagination de l'ectoblaste du stomodaeum située immédiatement en avant de la membrane pharyngienne et qui constitue la poche de Rathke , et un prolongement inférieur du plancher du diencéphale, l' infundibulum . Chez l'embryon de trois semaines, la poche de Rathke se dirige dorsalement à la rencontre de l'infundibulu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypophyse-glande-pituitaire/#i_88353

INSECTES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 12 838 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « Développement embryonnaire »  : […] L' œuf est une cellule polarisée. Lors de sa formation, certaines molécules (ARN messagers et/ou protéines) sont déposées de façon localisée ; cette distribution sera ainsi à l'origine de l'établissement d'une polarité antéro-postérieure (ARNm et protéine bicoid ) ainsi que d'une polarité dorso-ventrale (ARNm et protéine nanos ). Dans le cas de la drosophile, le développement embryonnaire est extr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/insectes/#i_88353

INTERSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Katy HAFFEN
  •  • 2 775 mots

Dans le chapitre « Différenciation sexuelle »  : […] Le sexe d'un embryon se détermine au moment de la fécondation. La détermination génétique du sexe dépend de la répartition des chromosomes sexuels X et Y dans l'œuf. Chez la plupart des animaux, la constitution génétique de l'œuf est homogamétique chez la femelle (XX), hétérogamétique chez le mâle (XY). Chez les Oiseaux et chez certains Amphibiens, la situation est inverse ; la formule mâle est Z […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intersexualite/#i_88353

JOST ALFRED (1916-1991)

  • Écrit par 
  • Etienne WOLFF
  •  • 781 mots

Né en 1916 à Strasbourg, Alfred Jost accomplit de brillantes études dans des lycées de Strasbourg et de Paris.Il fut reçu à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm,où après avoir passé avec succès l'agrégation des sciences naturelles, il s'initie aux questions scientifiques avec le professeur Robert Lévy, dont l'enseignement était incomparable et dont se souviennent tous les élèves qui ont eu l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-jost/#i_88353

LEWIS EDWARD B. (1918-2004)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GUYADER
  •  • 361 mots

Généticien américain. Né le 20 mai1918 à Wildes-Barre (Pennsylvanie), Edward Lewis, diplômé du California Institute of Technology (1942) où il a étudié sous la direction d'Alfred Sturtevant, effectue sa carrière d'enseignant dans cette institution à partir de 1946. Lewis s'est attaqué au problème des rapports entre génétique et embryologie. Dans les années 1940 à 1950, quand il a commencé ses trav […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-b-lewis/#i_88353

MALPIGHI MARCELLO (1628-1694)

  • Écrit par 
  • Alfredo RIVA, 
  • Ettore TOFFOLETTO
  •  • 923 mots
  •  • 1 média

Médecin et biologiste italien né le 10 mars 1628 à Crevalcore, près de Bologne (États pontificaux), mort le 30 novembre 1694 à Rome . Marcello Malpighi entre en 1646 à l'université de Bologne dont il est docteur en médecine et en philosophie en 1653. Nommé enseignant dans son alma mater , il y poursuit aussitôt ses recherches en anatomie et en médecine. En 1656, le grand-duc de Toscane, Ferdinand  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcello-malpighi/#i_88353

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Développement embryonnaire »  : […] Les Mammifères et les Sauropsidés (Reptiles et Oiseaux) constituent, au sein de l'embranchement des Vertébrés, le groupe des «  amniotes ». Ce terme évoque la présence d'une annexe embryonnaire : l' amnios, d'origine ectodermique, qui limite la cavité amniotique, renfermant le liquide amniotique dans lequel baigne l'embryon. Un autre diverticule d'origine endodermique, l' allantoïde, se développe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mammiferes/#i_88353

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurogenèse et évolution

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 10 350 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Du S.N.C. des invertébrés à celui des vertébrés »  : […] La différence fondamentale entre les systèmes nerveux de ces deux groupes de métazoaires est plus immédiatement sensible à l'observateur si l'on en considère la morphologie générale plutôt que les propriétés fonctionnelles des neurones, voire de l'organisation synaptique. En effet, si comme nous l'avons dit plus haut des différences certaines existent pour celles-ci, elles ne sont pas toujours fac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurogenese-et-evolution/#i_88353

NERVEUX (SYSTÈME) - Le neurone

  • Écrit par 
  • Michel HAMON, 
  • Clément LÉNA
  •  • 5 729 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine des neurones »  : […] Les neurones sont des cellules post-mitotiques, c'est-à-dire qui ont perdu la capacité de se diviser. Une fois passée la division cellulaire (mitose) qui marque le début de leur existence, ces cellules étendent leur neurites et survivent fréquemment jusqu'à la mort de l'organisme entier. La formation du système nerveux d'un vertébré s'effectue en plusieurs phases. C' est d'abord la différenciation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-le-neurone/#i_88353

NÜSSLEIN-VOLHARD CHRISTIANE (1942- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 376 mots

Généticienne allemande, spécialiste de génétique du développement, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1995 (conjointement à Eric Wieschaus et Edward Lewis), pour ses recherches sur les mécanismes de développement précoce de l'embryon. En travaillant en tandem avec Eric Wieschaus, Christiane Nüsslein-Volhard a poursuivi les recherches pionnières d'Edward Lewis, qui utilisait la drosophile, é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christiane-nusslein-volhard/#i_88353

ŒIL HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Antoine BERNARD, 
  • Guy OFFRET
  •  • 11 131 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Origine »  : […] Embryologiquement, la rétine est une expansion du cerveau, et c'est le seul élément du globe oculaire à présenter une origine neurale. À la troisième semaine du développement embryonnaire (embryon de 3 mm), apparaissent, au niveau du cerveau intermédiaire, deux vésicules optiques primitives , évagination du tube neural auquel elles restent reliées par un pédoncule (cf.  développement , biologie ). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeil-humain/#i_88353

PANDER CHRISTIAN HEINRICH (1794-1865)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 045 mots
  •  • 1 média

Biologiste russe de culture allemande, Christian Heinrich Pander fut l’auteur d’une des plus importantes découvertes de l’embryologie moderne, celle des feuillets embryonnaires (ou germinatifs), structures membraneuses de l’embryon précoce à partir desquelles se développent tous les tissus et organes d’un organisme animal pluricellulaire. Il proposa également l’une des premières théories transfor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-heinrich-pander/#i_88353

PEAU

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET
  •  • 8 222 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Embryologie »  : […] L'organe peau résulte de la réunion de deux tissus d'origine embryologique différente : l'épiderme, qui provient de l'ectoderme, et le derme et l'hypoderme, qui proviennent du mésoderme. L'embryon n'est tout d'abord couvert que d'une simple assise cellulaire qui devient double entre la cinquième et la septième semaine. Vers le troisième mois, la couche basale, où se font les divisions cellulaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peau/#i_88353

PERTURBATEURS ENDOCRINIENS

  • Écrit par 
  • Vincent LAUDET
  •  • 3 826 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'émergence du concept de perturbateur endocrinien »  : […] Avant de présenter les résultats des recherches entreprises sur ces molécules, il est utile d'examiner comment le concept de perturbateur endocrinien a émergé. Ce sont principalement deux lignes de recherche très différentes qui ont permis aux scientifiques de réaliser que de très petits changements dans l'activité des systèmes endocriniens pouvaient avoir des conséquences graves en termes de repr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perturbateurs-endocriniens/#i_88353

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La contribution de l'évo-dévo »  : […] Version moderne de l'embryologie évolutive, l'évo-dévo (raccourci pour Evolutionary Developmental Biology ) aborde de manière nouvelle, notamment en utilisant les gènes de développement, de vieilles questions zoologiques. La contribution de cette discipline à la phylogénie animale proprement dite reste mineure, hormis le soutien apporté à la subdivision ecdysozoaires/lophotrochozoaires/deutérostom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenie-animale/#i_88353

PLAN D'ORGANISATION DES VERTÉBRÉS

  • Écrit par 
  • Bertrand FAVIER
  •  • 5 774 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Colinéarité temporelle de l'expression des gènes Hox »  : […] Un embryon de mammifère, à la différence des embryons de drosophile, se construit progressivement le long de l'axe antéro-postérieur : gastrulation et neurulation mettent en place les structures antérieures ; les somites sont formés d'abord en région cervicale, puis thoracique, etc. Les gènes homéotiques suivent aussi cette séquence temporelle et les gènes du groupe de paralogues 4 sont transcrit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plan-d-organisation-des-vertebres/#i_88353

PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE

  • Écrit par 
  • Maria Teresa MONTI
  •  • 6 744 mots
  •  • 7 médias

Selon le dictionnaire Le   Robert , la préformation est « une des deux théories biologiques en lutte aux xvii e et xviii e  siècles, selon laquelle l’organisme vivant est complètement constitué dans le germe ». Son opposé est l’épigenèse, « théorie selon laquelle un embryon se développe par différenciations successives de parties nouvelles ». Ce sont des définitions actuelles, qui donnent à ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preformation-et-epigenese/#i_88353

PROCRÉATION

  • Écrit par 
  • Bernard JAMAIN, 
  • Paul-François LEROLLE, 
  • Yves MALINAS, 
  • Jacques TESTART
  •  • 12 308 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre «  De l'embryon au fœtus »  : […] Dans l'espèce humaine, l'œuf fécondé (fig. 1 ) migre à travers la trompe, et ne s'implante que vers le huitième jour dans la muqueuse utérine (nidation). Pendant ces sept jours d'autonomie, des divisions cellulaires successives ont partagé la masse ovulaire en une centaine de cellules, sans augmentation du volume global. Du fait de la duplication chromosomique qui précède chaque division, toutes l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/procreation/#i_88353

PROGRAMME GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Corinne ABBADIE
  •  • 8 008 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mort cellulaire programmée »  : […] La formation des neuf cent cinquante-neuf cellules définitives de Caenorhabditis est accompagnée de la mort de cent trente et une cellules temporaires. Ces morts cellulaires sont précisément contrôlées : dans le développement normal de tous les animaux, ce sont toujours les mêmes cellules qui meurent, au même emplacement et au même moment du développement. Les cellules mortes sont éliminées par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/programme-genetique/#i_88353

PROLANS ou GONADOTROPHINES CHORIONIQUES

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 371 mots

Substances gonadotropes découvertes en 1927 chez la souris par Aschheim et Zondek, et qui se retrouvent en quantités considérables chez les mammifères supérieurs, dans le sang et dans les urines, au décours de la grossesse. Leur origine est placentaire, mais elles sont très proches des gonadotrophines hypophysaires, tant par leur nature que par leurs actions. Pour cette raison, elles sont mainten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prolans-gonadotrophines-chorioniques/#i_88353

REMAK ROBERT (1815-1865)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 361 mots

Embryologiste et neurologue prussien, né le 26 juillet 1815 à Posen, en Prusse (auj. Poznañ, Pologne), mort le 29 août 1865 à Bad Kissingen, en Bavière (Allemagne). Robert Remak fait ses études à l'université de Berlin sous la direction de l'éminent physiologiste Johannes Müller. Il obtient son doctorat en médecine en 1838 et découvre, dans le cadre de sa thèse sur la structure fine du tissu nerv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-remak/#i_88353

REPTILES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT
  •  • 3 965 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Embryologie »  : […] Les Reptiles sont des Vertébrés Amniotes, comme les Mammifères et les Oiseaux. De même que chez ces derniers, l'embryon se développe dans un œuf le plus souvent pondu et abandonné sans soins particuliers. Chez quelques espèces ovovivipares (Vipère, Lézard vivipare), l'embryon a un développement intra-utérin complet. L'embryon est complètement développé par le sac amniotique et, de son endoblaste d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reptiles/#i_88353

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves animales

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD, 
  • Jean-Marie VERNIER
  •  • 7 466 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Réserves destinées au développement embryonnaire de l'animal »  : […] Une certaine ambiguïté dans la terminologie règne à propos des réserves de l'œuf animal, qui sont désignées dans leur ensemble par le terme de vitellus. La nature, la quantité, la distribution du vitellus varient considérablement selon les groupes zoologiques. La présence du vitellus, l'importance de sa masse, sa répartition et le degré de sa ségrégation d'avec le cytoplasme pur contenant le no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserves-physiologiques-reserves-animales/#i_88353

ROUX WILHELM (1850-1924)

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 356 mots

Zoologiste allemand qui, en s'efforçant de découvrir comment la structure et les fonctions des organes et des tissus se trouvaient déterminées dès la fécondation de la cellule-œuf, devint un fondateur de l'embryologie expérimentale. Élève du biologiste Ernst Haeckel, Roux étudia les sciences à Iéna, à Berlin et à Strasbourg. Il fut assistant à l'Institut d'hygiène de Leipzig (1879-1886) et profess […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-roux/#i_88353

SEXUALISATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Jean-Marc LOBACCARO, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI, 
  • Charles SULTAN
  •  • 14 029 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Hormones sexuelles : rôle des androgènes »  : […] Le rôle des estrogènes est étudié dans l'article appareil génital  : ils sont responsables de la morphogenèse « neutre » à savoir féminine. Nous ne l'envisagerons pas ici. Les androgènes ont longtemps été considérés comme des hormones exclusivement virilisantes, c'est-à-dire responsables de la différenciation et du développement de l'appareil génital masculin ; leurs actions physiologiques sont, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualisation-biologie/#i_88353

SPEMANN HANS (1869-1941)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 242 mots

Zoologiste allemand, né en 1869 à Stuttgart, mort en 1941 à Fribourg. Fondateur de l'embryologie comme discipline constituée, Hans Spemann a étudié les lois primaires qui régissent le mécanisme de la différenciation tissulaire de l'œuf en embryon. Recherchant des relations de causalité, Spemann réalise, par microchirurgie, des expériences de transplantations de fragments de tissus primitifs dans d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-spemann/#i_88353

TÊTE ET COU

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 13 400 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Embryologie »  : […] L' embryologie rend compte de la complexité des deux grandes régions que sont la tête et le cou, assez différentes dans leur organisation, mais étroitement solidaires dans leur fonction chez tous les Vertébrés (cf. crâne ) et spécialement dans le cas de l'homme, seul étudié dans cet article. Le cou possède une structure métamérique , assez comparable à celle du tronc ; elle est rendue apparente pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tete-et-cou/#i_88353

URINAIRE APPAREIL

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 5 141 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Embryologie »  : […] Au cours du développement embryonnaire des Vertébrés, de minuscules unités excrétrices tubulaires se différencient aux dépens de plaques mésodermiques disposées symétriquement de part et d'autre de la corde dorsale. Ces plaques se découpent en segments successifs, d'allure métamérique, que l'on nomme des néphrotomes . Ils donnent naissance d'avant en arrière à une série d'ébauches dont la destiné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-urinaire/#i_88353

VAN BENEDEN EDOUARD (1846-1910)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 334 mots

Embryologiste et cytologiste belge, né le 5 mars 1846 à Louvain, mort le 28 avril 1910 à Liège. Durant sa jeunesse, Edouard van Beneden travaille avec son père, P. J. van Beneden. Professeur de zoologie à l'université catholique de Louvain, ce dernier est connu pour ses travaux sur les protozoaires, les nématodes et diverses espèces animales. Edouard van Beneden étend ses recherches aux dicyémide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-van-beneden/#i_88353

VIE

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 10 960 mots

Dans le chapitre « La vie comme mécanisme »  : […] À la fin du Traité de l'homme (1633, mais publié seulement en 1662-1664), Descartes écrit : « Je désire que vous considériez que ces fonctions suivent toutes naturellement, en cette Machine, de la seule disposition de ses organes, ne plus ne moins que font les mouvements d'une horloge ou autre automate, de celle de ses contrepoids et de ses roues ; en sorte qu'il ne faut point à leur occasion con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vie/#i_88353

WIESCHAUS ERIC (1947- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 380 mots

Biologiste du développement américain, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1995 (conjointement à Edward Lewis et Christiane Nüsslein-Volhard), pour la découverte des mécanismes de contrôle du développement embryonnaire précoce. En travaillant avec Christiane Nüsslein-Volhard, Eric Wieschaus poursuit les recherches novatrices d'Edward Lewis, qui avait fondé lui aussi ses études sur la drosoph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eric-wieschaus/#i_88353

WOLFF ÉTIENNE (1904-1996)

  • Écrit par 
  • Nicole LE DOUARIN
  •  • 932 mots

Étienne Wolff est né en 1904 à Auxerre dans une famille d'enseignants. Sa famille s'étant installée en Normandie, il fait ses études secondaires au lycée de Rouen, puis au lycée Louis-le-Grand à Paris. Une inclination marquée pour la philosophie l'amena à suivre un enseignement dans cette discipline à la Sorbonne et à obtenir à dix-sept ans (en 1921) le titre de licencié ès lettres. Se destinant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-wolff/#i_88353

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice PANIGEL, Josselyne SALAÜN, Denise SCHEIB, Jean SCHOWING, « EMBRYOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/embryologie/