BAER KARL ERNST VON (1792-1876)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naturaliste russe, Karl Ernst von Baer domina la science de son époque et fut l'un des pionniers de l'embryologie moderne. Né en Estonie d'une famille prussienne, il étudie la médecine à l'université de Dorpat (actuellement Tartu), passe sa thèse en 1814, puis voyage durant trois ans (Vienne, Berlin) pour parfaire ses connaissances. En Allemagne (Würzburg), il rencontre J. I. Döllinger qui l'oriente vers l'anatomie comparée et dirige ses recherches sur le blastoderme du poulet. Sous l'influence de Burdach, Baer devient prosecteur d'anatomie à la Faculté de Königsberg (1817), puis professeur d'anatomie (1819) et de zoologie (1826) ; c'est dans cette ville qu'il parvient à des découvertes fondamentales pour une science toute neuve, l'embryologie. Il décrit la notochorde, les vésicules cérébrales, le tube neural formé de feuillets. En 1826, il corrige l'erreur de De Graaf en décelant la présence de l'ovule des mammifères à l'intérieur du follicule ovarien (De ovi mammalium et hominis genesi epistola, 1827) et montre que tout fœtus a pour origine un ovule. Dans Über die Entwickelungsgeschichte der Thiere (1828), il décrit le développement embryonnaire des vertébrés, de la fécondation de l'œuf à la naissance et consolide, un demi-siècle après C. F. Wolff, la théorie de l'épigenèse. Dans une espèce donnée, le développement de l'embryon se déroule toujours suivant le même plan. Considérant des espèces voisines, au sein d'une même famille, Baer établit la loi des ressemblances embryonnaires relatives aux vertébrés : « Je possède, écrit-il, conservés dans l'alcool, deux petits embryons dont j'ai omis d'inscrire le nom, et il me serait actuellement impossible de dire à quelle classe ils appartiennent. Ce sont peut-être des lézards, de petits oiseaux, ou de très jeunes mammifères, tellement la similitude du mode de formation de la tête et du tronc chez ces animaux est grande [...]. Les pattes des lézards et des mammifères, les ailes et les pattes des oiseaux, ainsi que les mains et les pieds de l'homme dérivent tous de la même forme fondamentale. » Ces observations, étendues au règne animal, le conduisent à grouper les animaux en quatre « types » de développement fondés sur la symétrie segmentaire, massive, périphérique ou radiale. Ces quatre modes de développement permettent de distinguer les quatre embranchements de Cuvier : vertébrés, annelés, mollusques, échinodermes. En outre, il établit une série de lois. Premièrement, au cours du développement embryonnaire, les « traits les plus généraux d'un grand groupe, écrit-il, apparaissent dans l'embryon avant les traits les plus spéciaux » ; ainsi au cours de son ontogenèse un oiseau est d'abord un vertébré. Deuxièmement, « les structures les moins générales naissent des plus générales ». Troisièmement, il n'est pas vrai que les embryons des animaux supérieurs passent par des stades au cours desquels ils ressemblent aux formes adultes d'animaux situés plus bas dans l'échelle de l'évolution. Il met en évidence le rôle du chorion, de l'amnios et de l'allantoïde du poulet et des mammifères. Après la publication par Darwin des Origins of Species (1859), il s'oppose aux théories du naturaliste anglais.

Il prend part à plusieurs expéditions scientifiques, tant géologiques qu'anthropologiques, du pôle Nord à la Caspienne, et publie de très nombreux articles dans l'importante revue Beiträge zur Kenntniss des russischen Reiches. Il participe à la fondation des Archiv für Anthropologie et à celle de la Société géographique russe. Il devient doyen de la faculté de médecine, puis recteur de l'université de Königsberg et, en 1846, il est nommé professeur d'anatomie comparée et de physiologie à l'Académie de médecine de Saint-Pétersbourg, où il est également chargé de la direction du musée d'Anatomie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BAER KARL ERNST VON (1792-1876)  » est également traité dans :

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 231 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les étapes de l'embryologie »  : […] Les origines de l'embryologie remontent à l'Antiquité : de nombreux médecins et philosophes s'intéressèrent alors à l'évolution de l'embryon. Leurs moyens techniques étaient réduits, limités à l'observation d'œufs de divers animaux, surtout celui de la poule. Spéculations et hypothèses remplaçaient l'insuffisance des techniques. Les doctrines les plus variées et les plus erronées furent alors prop […] Lire la suite

PANDER CHRISTIAN HEINRICH (1794-1865)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 045 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La découverte des feuillets embryonnaires »  : […] Né le 23 juillet 1794 à Riga, ville alors russe, dans une famille d’origine allemande, Christian Heinrich Pander étudia à partir de 1812 la médecine à l’université allemande de Dorpat (aujourd’hui Tartu, en Estonie) où il noua amitié avec Karl Ernst von Baer (1792-1876), autre futur grand embryologiste. Mais peu satisfait par les cours qui y étaient donnés, il décida en 1814 de se rendre en Allema […] Lire la suite

PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE

  • Écrit par 
  • Maria Teresa MONTI
  •  • 6 748 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La résolution des énigmes »  : […] Épigenèse et préformation s’opposent et se combattent donc non seulement sur le problème spécifique de la génération, mais aussi sur toutes les questions, scientifiques et épistémologiques, qui lui sont associées. Ni l’une ni l’autre ne constitue un édifice théorique rigide et compact, s’adaptant aux découvertes et interagissant enfin avec les nouveautés scientifiques des Lumières. La guerre entre […] Lire la suite

SPENCER HERBERT (1820-1903)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 3 676 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La généralisation de la loi de Baer »  : […] C'est en rendant compte pour la Westminster Review de la troisième édition (1851) des Principles of Physiology General and Comparative de W. Carpenter que Spencer repéra l'énoncé de la loi de Baer et son application à la biologie animale ainsi qu'à la biologie végétale. « Ajoutée à ma réserve d'idées générales, écrit-il dans son Autobiographie , cette idée [que le développement de tout organisme c […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « BAER KARL ERNST VON - (1792-1876) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-ernst-von-baer/