EMBRYOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Annexes embryonnaires

Définitions

Chez les vertébrés ovipares (comme les oiseaux), le développement embryonnaire s'effectue totalement en dehors de la mère. L'embryon de poulet, par exemple, puise, par l'intermédiaire de sa vascularisation vitelline, toutes les substances nutritives nécessaires à son développement, dans le jaune remplissant sa vésicule ombilicale (ou sac vitellin). Cet embryon s'entoure d'une membrane, l'amnios (fig. 10), et baigne dans le liquide qui remplit le sac amniotique. Il accumule ses déchets dans une vésicule, l'allantoïde, qui devient volumineuse et dont les parois portent des capillaires sanguins. L'allantoïde s'accole à la paroi périphérique de l'œuf, ou chorion. C'est au niveau de la membrane chorio-allantoïdienne ainsi vascularisée que s'effectuent les échanges respiratoires de l'embryon avec l'air ambiant, à travers la membrane coquillière. La vésicule ombilicale, l'amnios, le chorion et l'allantoïde constituent les annexes embryonnaires.

Annexes de l'embryon de poulet

Annexes de l'embryon de poulet

Dessin

Schéma montrant la disposition des annexes de l'embryon de poulet. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Amnios et liquide amniotique

L'embryon des mammifères, comme celui des oiseaux et des reptiles, se recouvre d'une annexe membraneuse caractéristique, que l'on appelle amnios. La membrane amniotique limite une cavité remplie de liquide (le liquide amniotique), dans lequel l'embryon baigne tout au long de son développement.

La formation de l'amnios s'effectue chez les sauropsidés (reptiles et oiseaux), les monotrèmes, les marsupiaux et quelques mammifères euthériens par soulèvement autour de l'embryon de replis ectomésoblastiques, qui, en fusionnant, vont délimiter la cavité amniotique (amniogenèse par plicature, ou plectamnios). Chez de nombreux mammifères au contraire, et dans l'espèce humaine en particulier, la cavité amniotique se creuse dans la masse même des cellules du bouton embryonnaire (amniogenèse par clivage, ou schizamnios). Chez l'homme, la cavité amniotique devient extrêmement volumineuse, et, à la fin de la grossesse, l'amnios s'accole à la périphérie du sac ovulaire et forme un amnio-chorion, qui disten [...]

Annexes d'un embryon humain

Annexes d'un embryon humain

Dessin

Schéma montrant la disposition des annexes d'un embryon humain. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages



Médias de l’article

Développement comparé d'embryons

Développement comparé d'embryons
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Œufs : divers exemples

Œufs : divers exemples
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Segmentation de l'œuf de grenouille (1) (2) (3)

Segmentation de l'œuf de grenouille (1) (2) (3)
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

Segmentation de l'œuf de grenouille (4)

Segmentation de l'œuf de grenouille (4)
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 17 médias de l'article





Écrit par :

  • : professeur de biologie de la reproduction à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : docteur ès sciences, chargée de recherche au C.N.R.S.
  • : docteur ès sciences, maître de recherche au C.N.R.S.
  • : professeur à la faculté des sciences de Fribourg, Institut de biologie animale

Classification


Autres références

«  EMBRYOLOGIE  » est également traité dans :

ABDOMEN

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 6 342 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le contenu de l'abdomen »  : […] La cavité abdominale est recouverte d'une séreuse, le péritoine, qui tapisse le diaphragme, la face profonde des muscles larges, plus précisément le transverse de l'abdomen et la fosse iliaque, matelassée par le muscle psoas-iliaque. Le versant postérieur de la cavité (fig. 4) n'est pas péritonisé . Il comprend trois régions, l'une médiane, vertébrale, et deux régions latérales ou lombaires. La ré […] Lire la suite

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 437 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Reproduction sexuée : origine de la lignée germinale »  : […] Chez de nombreux animaux, la ségrégation de la lignée germinale est précoce, et s'établit dès les premiers stades du développement embryonnaire. Ainsi, chez l'ascaris du cheval, l'œuf fécondé est polarisé : un pôle « animal » et un pôle « végétatif » différent morphologiquement par l'aspect des inclusions cytoplasmiques. Dès la première division de segmentation, l'une des cellules filles ou bla […] Lire la suite

BAER KARL ERNST VON (1792-1876)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 688 mots

Naturaliste russe, Karl Ernst von Baer domina la science de son époque et fut l'un des pionniers de l'embryologie moderne. Né en Estonie d'une famille prussienne, il étudie la médecine à l'université de Dorpat (actuellement Tartu), passe sa thèse en 1814, puis voyage durant trois ans (Vienne, Berlin) pour parfaire ses connaissances. En Allemagne (Würzburg), il rencontre J. I. Döllinger qui l'orien […] Lire la suite

BALFOUR FRANCIS MAITLAND (1851-1882)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 234 mots

Embryologiste anglais qui, après des études au Trinity College de Cambridge, entre en 1872 dans le laboratoire du physiologiste Foster, puis va travailler sur l'embryologie des élasmobranches à la Stazione zoologica de Naples. De retour à Trinity College, Balfour est nommé assistant d'embryologie, puis directeur du laboratoire de morphologie. Ses recherches personnelles et sa réputation de remarqu […] Lire la suite

BIOLOGIE - La contruction de l'organisme

  • Écrit par 
  • Françoise DIETERLEN
  •  • 2 476 mots
  •  • 1 média

L'étude du développement embryonnaire des animaux métazoaires, organismes complexes constitués de milliards de cellules aux fonctions distinctes qui se différencient harmonieusement à partir de la cellule-œuf, a d'abord été l'objet d'une science descriptive, l'embryologie. Celle-ci fut qualifiée de « causale » lorsqu'elle chercha à comprendre les mécanismes qui président au développement. Aujourd […] Lire la suite

BLASTOPORE

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 165 mots

Lors de l'embryogenèse animale, au cours de la gastrulation, et au moment où s'invagine le pôle végétatif de la cœloblastula, il se produit une ouverture : c'est le blastopore. Celui-ci donne accès à la cavité archentérique située dans le sac invaginé, ébauche du tube digestif. La destinée du blastopore permet d'identifier deux grandes coupures chez les animaux à symétrie bilatérale. Dans une prem […] Lire la suite

CARACTÈRES SEXUELS PRIMAIRES

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 227 mots

Caractères sexuels correspondant à la présence, chez un animal, des gonades (testicules chez le mâle et ovaires chez la femelle) et des annexes génitales, organes directement en rapport avec la fonction de reproduction, c'est-à-dire avec le transport des gamètes et avec l'accouplement (voies génitales et organes copulateurs), éventuellement aussi avec la gestation. Le développement des annexes gén […] Lire la suite

CELLULE - La division

  • Écrit par 
  • Marguerite PICARD
  •  • 4 983 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le contrôle de l'entrée en mitose »  : […] Les mécanismes fondamentaux qui contrôlent la mitose ont été élucidés grâce à la conjonction d'études effectuées par les généticiens, les biochimistes, les embryologistes sur des systèmes biologiques aussi divers que les amphibiens, les invertébrés marins, les cellules de mammifères en culture et la levure Schizosaccharomyces pombe . Lorsque Rao et Johnson font fusionner en 1970 des cellules huma […] Lire la suite

CELLULE - Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 558 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Physiopathologie du mouvement cellulaire dans les organismes multicellulaires »  : […] Les mécanismes moléculaires du mouvement cellulaire ont été élaborés et sélectionnés pendant la longue évolution des eucaryotes à l'état unicellulaire, soit pendant près de 2,5 milliards d'années. Lorsque les eucaryotes multicellulaires sont apparus, il y a seulement 700 millions d'années, ces mécanismes ont été exploités pour constituer des organismes tels que le corps humain, qui contient plus […] Lire la suite

CLONAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Paul RENARD
  •  • 5 006 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les trois filières d'obtention de clones »  : […] Les trois techniques qui permettent d'obtenir des clones sont les suivantes : – Le clonage par séparation de blastomères d'un jeune embryon (fig. 2a). Cette approche met à profit la totipotence des cellules embryonnaires, c'est-à-dire l'aptitude de chacune d'entre elles à assurer seule la totalité du développement embryonnaire et fœtal. L'œuf fécondé, ou zygote, est par définition, une cellule t […] Lire la suite

DE GRAAF RÉGNIER (1641-1673)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 690 mots

Médecin et physiologiste hollandais né à Schoonhoven, Régnier (ou Reinier) De Graaf étudie à Louvain, puis à Utrecht (1661) où Diemerbroek enseigne l'anatomie, et à Leyde où ses maîtres sont notamment Van Horne et de Le Boë (dit Sylvius). Dans cette ville, il publie Disputatio medica de natura et usu succi pancreatici (1663), où il montre le rôle du suc pancréatique dans la digestion et voit l'or […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement animal

  • Écrit par 
  • Marc-Yves FISZMAN, 
  • Thomas HEAMS, 
  • Lieba LAZARD, 
  • Andras PALDI, 
  • Alain PRIVAT, 
  • Patricia SIMPSON
  •  • 16 172 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Mise en place du plan d'organisation »  : […] Après la fécondation, l'œuf commence à se diviser en cellules plus petites. Pour initier une activité génétique différente dans les cellules ainsi formées, une asymétrie est nécessaire, telle qu'un pôle de l'œuf diffère du pôle opposé. En général, deux axes embryonnaires perpendiculaires sont mis en place. Le plan du corps, de la tête à la queue, est défini par l'axe antéro-postérieur. L'axe dors […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 129 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le programme de l'individu »  : […] La période d'organisation de l'être humain a été divisée en 23 stades fondés sur l'examen de 600 spécimens d'embryons reconstruits à l'institut Carnegie de Washington. Ces stades (dits « stades Carnegie ») sont décrits dans les ouvrages classiques d'embryologie humaine auxquels nous renvoyons le lecteur. Dans une vue synthétique, il est possible d'envisager successivement les grands événements qu […] Lire la suite

DRIESCH HANS (1867-1941)

  • Écrit par 
  • Jane M. OPPENHEIMER
  • , Universalis
  •  • 810 mots

Biologiste et philosophe allemand né le 28 octobre 1867 à Bad Kreuznach en Prusse, mort le 16 avril 1941 à Leipzig. Fils d'un riche marchand d'or de Hambourg, Hans Adolf Eduard Driesch tient peut-être de sa mère, qui hébergeait à la maison toutes sortes d'animaux, son goût pour la zoologie. Hans Driesch fréquente plusieurs universités (à Hambourg, Fribourg et Iéna) où il étudie la zoologie, la chi […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La « boîte noire » de l'ontogenèse »  : […] L'avènement de la biologie moléculaire a permis d'ouvrir la « boîte noire » de l'ontogenèse, par trop négligée par la théorie synthétique classique. Dès 1894, William Bateson avait décrit la curieuse anomalie d'une région du corps qui porte un organe normalement porté par une autre, par exemple dans le cas de la mutation du gène antennapedia chez la drosophile, où une patte prend sur la tête […] Lire la suite

GALLIEN LOUIS (1908-1976)

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 557 mots

Embryologiste, professeur à l'université Pierre-et-Marie-Curie (Paris VI) et membre de l'Académie des sciences, Louis Gallien, né à Cherbourg le 2 janvier 1908, est mort à Paris le 6 septembre 1976. Brillant élève, il fait ses études au lycée de Cherbourg, puis à la faculté des sciences de Caen où il acquiert une solide formation de naturaliste. Dès l'âge de vingt ans, il découvre dans la vase de […] Lire la suite

GENERELLE MORPHOLOGIE DER ORGANISMEN (E. Haeckel)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 137 mots
  •  • 1 média

Sept ans après l’ Origine des espèces (1859) du naturaliste anglais Charles Darwin, la publication par l’Allemand Ernst Haeckel (1834-1919) de la Generelle Morphologie der Organismen . Allgemeine Grundzüge der organischen Formen-Wissenschaft , mechanisch begründet durch die von Charles Darwin reformirte Descendenz-Theorie (« Morphologie générale des organismes. Principes généraux de la […] Lire la suite

GÉNOMIQUE - La transgenèse

  • Écrit par 
  • Pascale BRIAND
  •  • 7 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Identification de la filiation cellulaire »  : […] Connaître le destin des cellules issues de la division d'une cellule souche au cours du développement des organismes supérieurs est d'une importance capitale pour la compréhension des mécanismes de différenciation. Les étapes qui précèdent l'implantation de l'embryon sont accessibles à l'observation ; en revanche, celles qui sont postérieures ne permettent pas l'utilisation des traceurs usuels et […] Lire la suite

HAECKEL ERNST HEINRICH (1834-1919)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 740 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une interprétation évolutionniste de la forme des organismes »  : […] Sur un plan purement scientifique, il s’intéresse à la morphologie des organismes, qu’il tente d’expliquer à la lumière de la théorie de l’évolution, interprétant dans ce sens les données de l’anatomie et de l’embryologie comparées. Dès 1862, il publie ainsi une monographie superbement illustrée sur les radiolaires ( Die Radiolarien ), animaux unicellulaires (protozoaires) dans lesquels il voit de […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11 août 2004 • Royaume-Uni • Autorisation du clonage humain à des fins thérapeutiques.

La Haute Autorité en charge des activités d'assistance médicale à la procréation et à la recherche en embryologie accède à la demande émise par une équipe de biologistes de l'université de Newcastle de créer des embryons humains à des fins de recherche médicale. Elle met ainsi pour la première [...] Lire la suite

9 juillet 2004 • France • Révision de la loi sur la bioéthique.

les autorisations et les agréments dans les domaines de la greffe, de la reproduction, de l'embryologie et de la génétique humaines. Le projet de loi qualifie par ailleurs le clonage reproductif appliqué à l'homme de « crime contre l'espèce humaine » et le clonage thérapeutique de « délit ».  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice PANIGEL, Josselyne SALAÜN, Denise SCHEIB, Jean SCHOWING, « EMBRYOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/embryologie/